Introduction

1. Silver et le Bronze Age

2. Période Peter David

3. New 52, réinvention par Johns

4. Les autres points d’entrées

New 52 et la réinvention par Geoff Johns

Aquaman tome 1, 2 et 3 / Intégrale Vol.1 (VF)

On arrive sûrement sur quelque chose qui vous est familier, puisque qu’il en découle la version actuelle du personnage, en plus d’être le run qui a grandement inspiré le film. L’arrivée de Geoff Johns sur Aquaman a marqué un véritable tournant, le célèbre auteur ayant décidé de reconstruire ses origines et son univers, comme il l’avait fait pour Green Lantern, la JSA ou Flash, afin de redorer son blason qui était en perdition depuis un moment. Ce run débute avec le reboot des New 52, autant vous dire que vous avez devant vous la porte d’entrée idéale pour lire de l’Aquaman, et en prime vous aurez droit à ce qui est à mon sens la meilleure lecture sur le personnage, que ce soit pour le scénario ou pour les dessins époustouflants d‘Ivan Reis.

Ceux qui ont commencé à lire le personnage à partir de ce point ne se rendent pas forcément compte à quel point Geoff Johns apporte à son histoire. L’auteur reprend les origines de sa première ongoing, bien plus inspirante, et brode à partir de là un récit touchant quant à ses relations avec ses parents et donc avec les deux mondes auxquels il appartient. Il développe également l’origine de Mera (ce qu’il avait commencé à introduire avec Brightest Day, mais on en parlera dans la dernière partie) en faisant d’elle une traître à sa nation de Xebel, qui l’avait envoyé pour assassiner Aquaman, mais surtout il nous offre à nouveau une belle romance entre Arthur et elle, chose qui s’était perdue depuis la mort d’Aquababy à la fin des années 70. La relation entre le héros et Black Manta est très approfondie avec cette histoire de double vengeance, l’un étant responsable de la mort du père de l’autre, et faisant d’eux de véritables némésis, alors que l’on octroyait ça plutôt à Orm. En parlant d’Ocean Master, il est peut-être le personnage le plus changé, et en bien. Toujours le demi-frère d’Arthur, il n’est plus un humain mais un Atlante pur et qui hait les surfaciens qu’il pense plus faible et irrespectueux envers les océans.

Vous ferez d’abord d’abord la rencontre de la Fosse (The Trench), un peuple des fonds marins vindicatifs qui attaquent étrangement la surface, puis vous verrez Black Manta s’attaquer aux Others, un groupe créé par l’auteur dont Aquaman faisait partie dans sa jeunesse, afin de récupérer leur artefact respectif. Puis il y a l’arc Throne of Atlantis, qui a inspiré un film animé clairement pas à la hauteur, où Ocean Master, alors Roi d’Atlantis, envahit les côtes américaines à grands coups de tsunamis, et ce sera à Aquaman et la Justice League de tenter de l’arrêter sans entamer une guerre entre les Atlantes et les surfaciens. Enfin, vous aurez La Mort du Roi avec l’arrivée de Nérée, un guerrier xebellien promis à Mera (oui, c’est un peu différent dans le film) et qui invoquera le premier Roi d’Atlantis d’entre les morts pour tuer Arthur. C’est alors que Geoff Johns tease Rise of the Seven Seas, que l’on n’avons toujours pas en comics et que ce qui s’en rapproche le plus est finalement le long-métrage de James Wan.

Et après ça ? La version New 52 d’Aquaman continue encore dans les tomes 4 et 5 ou l’intégrale tome 2, mais l’équipe créative change. Jeff Parker et Paul Pelletier prennent le relais et si nous avons quelque chose de qualitatif, ils n’atteignent pas le niveau de leurs prédécesseurs malheureusement. Je vous les conseille également, contrairement à la fin de la série qu’Urban a très bien fait d’ignorer car il s’agit tout bonnement du pire récit Aquaman. Vous pouvez également vous intéresser au spin-off Aquaman and the Others, sans Geoff Johns et quelque peu oubliable, mais qui peut vous plaire si vous souhaitez en voir plus sur cette équipe.

Et Après ça ? | Aquaman Rebirth tome 1 et 2

Aquaman Rebirth tome 1 et 2 (VF)

Avec le DC Rebirth, c’est Dan Abnett qui se charge d’écrire Aquaman avec Brad Walker et Philippe Briones entre autres dessinateurs. Urban a certes oublié leurs numéros ensemble à la toute fin des New 52 sur le personnage (qui introduit un monstre qu’on retrouve dans le tome 2, faudra pas s’étonner si vous ne savez pas d’où il sort), mais on retrouve encore de très bonnes choses. En véritable continuité du travail de Johns et Parker, Dan Abnett remet en avant la déchirure entre la surface et Atlantis. Aquaman essaie de créer un lien pacifique entre les deux, mais des groupes rebelles sabotent toutes ces bonnes intentions et le Roi se voit impliquer dans un conflit politique et militaire très délicat. C’est inventif et vous pouvez directement attaquer avec cette série, surtout avec les informations que vous a déjà procuré le film Aquaman.

Et après ça ? | Aquaman Rebirth Tome 3 & 4

Aquaman Rebirth tome 3 & 4 (VF)

C’était de courte durée, mais voici la dernière grande ère en date d’Aquaman. il est préférable de lire les deux précédents tomes puisque Dan Abnett continue son histoire avec cette fois l’aide de deux artistes au combien talentueux : Stjepan Sejic et Riccardo Federici. Après tout ce conflit politique tumultueux, les Atlantes extrémistes ont pris le pouvoir et à leur tête se trouve Corum Rath, devenu le Roi d’Atlantis. Pendant ce temps, Arthur se cache dans les bas-fonds de la cité engloutie et devient un justicier protégeant le bas peuple des souffrances que le despote essaie de lui faire subir. Derrière un message politique on ne peut plus actuel, Abnett explore cette fois la ville d’Atlantis et ses quartiers pauvres, ce qui n’avait jamais été fait auparavant. Ajoutez à cela un Aquaman qui se la joue Batman (mon nerdgasm absolu) et qui débute une révolution dans sa propre ville aux côtés d’une Dolphin réinventée, d’un King Shark qui n’a jamais été aussi cool et de nouveaux personnages intéressants. Mera est peu présente à certains moments, mais c’est compensé par le fait qu’elle possède sa propre mini-série spin-off du même auteur et de Lan Medina où elle fait équipe avec Ocean Master lui-même pour libérer Atlantis de la couronne d’épines qui enferme la cité, car oui on reparle aussi de la magie noire atlante et ça fait plaisir. Vous terminerez donc sur un récit épique et magnifiquement dessiné et vous comprendrez alors le potentiel d’Aquaman et de son univers, le héros le plus sous-estimé tellement il a été capable de récits majeurs que trop peu de gens ont lu aujourd’hui.

Et après ça ? | Aquaman #43

Aquaman #43 (2018 – VO)

On en arrive alors aux sorties VO actuelles. Dan Abnett termine son run avec un petit crossover sans importance avec Suicide Squad, puis avec l’event Drowned Earth en crossover avec Justice League, qui est un bon blockbuster à la Snyder. Mais il est largement préférable de lire tout ce que le petit Scott a écrit sur la ligue avant. À l’heure de la sortie de cet article, Kelly Sue DeConnick, auteure de talent tout droit venue de chez Marvel, a sorti le premier numéro de son run sur Aquaman, et avec lui la confiance que nous aurons encore une fois le droit à quelque chose d’innovant sur ce personnage déjà bien loti (et vous aurez la réponse très bientôt avec une critique évidemment).

6
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
3 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Darkseid~samaSledgy7urbanvspanini10Milank Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Milank
Milank

Le run de Peter David a l’air vraiment sympa ! Il a été publié en vf ?

Yann Moix
Yann Moix

Ca y est DCP à céder à Urbie et bah c’est beau ça ^^

urbanvspanini10
urbanvspanini10

C’est vraiment pas mal ce PAR OÙ COMMENCER #11 bon boulot encore une fois, j’espère que Urban publiera un jour le run de Peter David en vf. (Lisez ce run, l’un des meilleur sur le perso)

Par contre je serais pas aussi négatif pour l’arc d’Aquaman par Cullen Bunn, c’est pas aussi mauvais qu’on le pense, on a une bonne utilisation du lore de l’Atlantis et les dessin sont pas dégeux.