Le titre Aquaman profite depuis le relaunch d’un scénariste qui a su profiter des richesses du monde d’Atlantis. Dan Abnett oscillait entre références aux récits majeurs et action massive, le tout dans un récit d’aventure sur fond de tensions géo-politiques. Ce fond vient à éclore avec ce troisième album, qui voit également arriver chez l’éditeur un artiste ayant fait ses armes dans les maisons indé : Stjepan Sejic. C’est donc avec l’allure d’un roman graphique que se présente ce nouvel arc.

Le retour du roi déchu

Le roi est laissé pour mort. Rath a pris le pouvoir, et Atlantis applique une politique hostile au monde de la surface. La race Atlante considérée comme noble est la seule tolérée. Arthur se cache dans les bas-fonds, et côtoie les autres déchus de ce système. Pendant ce temps, Mera tente, tant bien que mal, de faire son deuil. De ce statut initial, ce volume ne va faire que lancer les premières intrigues et interactions. Dan Abnett fait d’Aquaman une légende « urbaine ». Le scénariste se concentre aussi bien sur Mera que sur Vulko. Se détacher partiellement du personnage principal permet à l’univers de gagner en consistance.

Cette narration en continu sur trois plans différents peut paraître gênante. Mais les transitions sont amenées avec fluidité, via des techniques simples. Elle permet un attachement à l’ensemble de l’univers, plutôt qu’à un unique personnage. Dan Abnett avait déjà fait le choix judicieux de s’intéresser aux personnages secondaires dans les tomes précédents. Accentuer cet intérêt ne fait que renforcer cette attache. On ne peut qu’apprécier la colère de Mera, et regretter que Vulko se suffise au stéréotype du personnage secondaire loyal et comique. Si cette écriture apporte une légère touche d’humour, elle vient aussi désamorcer la tension critique dans laquelle baigne Atlantis.

Profondeurs hostiles

Dans cette optique d’introduction générale, Underworld ne fait que donner une image à Rath. Présenté dans le premier épisode, il s’efface pour laisser place aux rebelles. Rath est la représentation de ce régime totalitaire. Il aurait été bon de développer ses idées, présenter ce qu’il recherche pour Atlantis. A vouloir gouverner pour s’opposer au monde de la surface, le personnage possède ses raisons. Il ne peut vouloir du mal à Atlantis. Dan Abnett aurait pu appuyer la vision du personnage, voir même le rendre attachant. Rath ne tient là que le rôle de celui qui a détrôné Aquaman, et rien d’autre.

On peut comprendre cette absence de développement, certainement par manque de temps. Dan Abnett introduit en peu de temps deux ennemis qui font face à Aquaman. Ceux-ci nuancent les positions de tel et tel autre personnage, créant chez le lecteur un regard mieux définit sur les réactions du pouvoir mis en place par Rath. Perçu comme désolant et inébranlable, plus le récit avance, plus il semble fragile et être la proie d’un certain nombre d’intéressés.

Représentation différente d’un même monde

Le gros point fort de l’album est le travail de Stjepan Sejic. L’artiste croate fait des merveilles. Son trait souple et ses formes affinées donnent une représentation d’Aquaman et de Mera comme on ne l’a jamais vu auparavant. Retrouver l’artiste tant au dessin, qu’à l’encrage et la couleur forme un tout en harmonie avec sa vision personnelle d’Atlantis. En plus d’une palette de couleurs différentes entre la surface et les profondeurs, il instaure un jeu de lumière. Il n’utilise que celle du soleil pour la surface, et donne des impressions d’une lumière aussi naturelle qu’improbable : blanche ou pourpre.

Il conçoit Atlantis de manière très différente, par rapport aux volumes précédents. Les artistes qui assistaient Dan Abnett jusqu’ici restaient dans une représentation très conventionnelle. Malgré leurs nombreuses qualités, Brad Walker ou Scott Eaton ne brillent pas pour l’originalité de leurs designs. Stjepan Sejic redonne à Atlantis de sa superbe, à travers une atmosphère aussi oppressante que spacieuse. Ses décors marquent, sans avoir besoin de révéler les couloirs et secrets de la citée entière.

L’arrivée de Stjepan Sejic comble une grande partie des défauts du titre Aquaman, qui ne bénéficiait jusqu’alors que d’une partie graphique affirmant un statut de titre secondaire. La qualité du scénario a porté son fruit, après avoir attiré un public, et signe avec Underworld un volume surprenant, emprunt d’un grand sentiment d’aventure. De quoi oublier le fait qu’il ne s’agisse que de prémices.

Excellent / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Stjepan Sejic
- Une vision d'Atlantis nouvelle
- Le rôle laissé aux personnages secondaires
- Une lecture politique en arrière-plan...
Les -
- ... qu'on aurait aimé plus développée
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

Article précédentRetour vers le passé pour le 100ème épisode de The Flash
Article suivantAura-t-on droit à l’annonce d’un jeu Superman aux Game Awards 2018 ?
Watchful
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

4
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Watchfulurbanvspanini10knightwingMilank Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Milank
Milank

C’est vraiment une lecture très agréable, on découvre une nouvelle atlantis loin du palais royal, ce qui est rafraîchissant !

knightwing
knightwing

Totalement d’accord avec Watchful et dommage que Sejic ne soit pas resté plus longtemps sur le titre, parce que p***** ce que c’est beau !!! ^^

urbanvspanini10
urbanvspanini10

Ah ! Enfin la critique du tome 3 arrive (avec plusieurs mois de retards ^^). Blague à part c’est un des meilleurs arc de la série avec surtout la participation de Sejic qui rend le titre assez sublime !

Sinon pour le développement de Rath il est assez peu développé effectivement. Mais plus tard dans la série il lui à était accordé un numéro développant ses motivations.