Introduction

1. Silver et le Bronze Age

2. Période Peter David

3. New 52, réinvention par Johns

4. Les autres points d’entrées

Période Peter David

The Legend of Aquaman / Aquaman Vol.3 (VO)

Avant d’entamer la grande ère de Peter David, il faut parler du one-shot The Legend of Aquaman par Keith Giffen, Robert Loren Fleming et Curt Swan, qui va remodeler les origines de notre héros aquatique, ce qui en fait encore une porte d’accès possible. Dans cette version qui va perdurer, il est un Atlante pur, abandonné par sa mère pour le protéger et recueilli par Arthur Curry, un gardien de phare. Ce dernier lui apprendra le langage et à manier ses pouvoirs, mais l’homme finit par mourir. L’enfant devenu adulte reprit son nom et finira par chercher ses origines sous l’océan. Il se fait alors capturé, Atlantis étant mené par un despote cruel, et se fait enfermer dans la prison nommée l’Aquarium (no joke). Il y verra sa mère pour la première fois, rencontrera Vulko et finira par s’échapper grâce à ses super-pouvoirs et vaincra le régime en place. Il remplit son rôle d’héritier du trône, garde son uniforme de prisonnier pour se rappeler de ces événements et s’approprie même le nom d’Aquaman, que ses compagnons de cellule utilisaient pour se moquer de lui.

Et après ça ? Le reste de son histoire est toujours canon, et le troisième volume d’Aquaman reprend donc alors que le mariage d’Arthur et Mera bat de l’aile. Notre héros a tout abandonné il y a plusieurs mois, et constate lorsqu’il revient à Atlantis que la cité s’est fait envahir par une race de méduses qu’il ne connaît pas.

Atlantis Chronicles (VO)

Si les deux derniers volumes ont servi de renouveau, c’est ici que les choses sérieuses commencent. Atlantis Chronicles est une mini-série en 7 numéros dont chacun raconte un moment fatidique de l’histoire d’Atlantis. Par le regard des différents scribes, le récit part du Grand Déluge qui a fait coulé Atlantis avec le Roi de sa capitale Poséidonis, Orin, tentant de trouver un moyen de faire vivre son peuple sous l’eau, jusqu’à arriver à nos jours. On en apprend donc beaucoup sur la mythologie atlante dans ces histoires remplies de guerre, de trahison et d’amour dignes des plus grands livres d’heroic fantasy. Il signe aussi les débuts du fameux Peter David sur cet univers – avec Esteban Maroto aux dessins . Il y place beaucoup de points qui gagneront en importance dans son run d’Aquaman qui aura lieu quelques années plus tard seulement, dont Orin (qui sera aussi le nom atlante d’Arthur), la malédiction de Kordax et la rencontre des parents de notre héros.

Il s’agit donc d’un très bon récit, et d’une très bonne entrée en matière, en plus d’être original, puisqu’on ne voit pas Aquaman avant le dernier numéro, et d’être très utile si on souhaite lire le run de David (on y vient).

Et après ça ? Entre temps, Aquaman aura connu un quatrième volume très oubliable que je vous suggère d’ignorer impunément. Par contre, la mini-série Time and Tide de 1993/94 est une très bonne suite d’Atlantis Chronicles, toujours par Peter David et cette fois Kirk Jarvinen en tant que dessinateur. Arthur écrit lui-même la suite des Atlantis Chronicles en racontant ses premières aventures, plaçant encore quelques pièces importantes à son tour comme l’introduction de la jeune Inuit nommée Kako, le premier amour d’Aquaman. Ca y est, on peut attaquer le gros morceau.

Aquaman vol.5 par Peter David (VO)

Accompagnés par les deux artistes Martin Egeland et Jim Calafiore, Peter David prend en main en 1994 le cinquième volume d’Aquaman et ne lâchera pas pendant 47 numéros (en comptant le #0). C’est une véritable traversée à travers les 90s, décennie difficile pour les héros de comics, mais notre Arthur fait partie de ceux qui s’en sont le mieux tiré en embrassant les concepts de l’époque. Vous avez là une série d’aventures épiques qui font de ce run un must-have en plus d’un point d’entrée en matière pas trop compliqué, d’où le conseil de lire Atlantis Chronicles et Time and Tide du même auteur. Cette partie importante de la vie du personnage vous rappellera sûrement quelque chose, puisqu’il s’agit de l’Aquaman avec des cheveux longs, une barbe et un crochet en or à la place de la main gauche, comme on peut le voir dans le dessin animée Justice League par exemple, et c’est aussi la période où il se comporte parfois comme un gros con.

En effet, les premiers numéros racontent le combat d’Arthur, devenu un ermite, contre Charybdis, un super-vilain qui arrivera à empêcher notre héros de contrôler la vie sous-marine et plongera sa main dans un eau infestée de piranha. À travers ses prochaines aventures, il retrouvera l’ancien Aqualad qui prendra bientôt le nom de Tempest, et si Mera a disparu, il rencontrera son propre fils illégitime Koryak ainsi que Dolphin, une humaine pouvant vivre sous l’eau après les expérimentations d’extra-terrestres. Ils connaîtront des histoires pleines d’action, de drame et de violence, où la géopolitique des différents royaumes est omniprésente, la place d’Aquaman sur le trône étant remis en question régulièrement par certains personnages trop ambitieux et les conflits entre Poséidonis et Tritonis faisant écho aux querelles d’antan que l’on a vu dans Atlantis Chronicles.

C’est donc quelque chose d’assez unique que ces histoires proposent, l’épopée homérique d’un Aquaman colérique et entouré de nouveaux personnages, car je n’ai même pas cité les Sea Devils ou Deep Blue, sans compter les nombreux super-héros variés venant en tant que guest. Le lore s’agrandit de numéro en numéro et si cette version d’Arthur ne conviendra pas à tout le monde, son histoire se termine en beauté et il reste le run préféré de beaucoup de fans.

Et après ça ? Le titre perdure après le départ de Peter David, laissant Dan Abnett (un nom qu’on va retrouver plus tard) et Andy Lanning prendre sa place pour réintégrer Mera. S’en suivra le run d’Erik Larsen à réserver à ceux qui aiment vraiment l’Aquaman au crochet, puis vient Dan Jurgens et son récit en 13 numéros sympathique et qui continue de développer les personnages, malgré le fait que la qualité est tout de même moindre. Avant d’entamer le volume 6 d’Aquaman, il faudra se tourner vers l’event Our Worlds At War où Atlantis disparaît vers une autre époque où les Atlantes seront mis en esclavage, puis vers le titre JLA et son arc Obsidian Age pour voir le retour de ce peuple dans le présent et notre héros encore une fois destitué et même banni pour tous ces événements qu’on lui met sur le dos.

Et Après ça ? | Aquaman : Sub-Diego

Aquaman Vol.6 (VO) / Aquaman : Sub-Diego (VF)

En 2003, Rick Veitch et Yvel Guichet lance un sixième volume d’Aquaman, qui est une porte d’entrée difficile quand on ne connaît pas tout ce qui s’est passé auparavant. La volonté de l’équipe créative était de refaire d’Arthur un super-héros avec un code d’honneur plus strict que sa période plus guerrière symbolisée par son crochet. Ils font donc en sorte qu’Aquaman l’abandonne et devienne le Waterbearer, le gardien d’une eau mystique contenu dans sa nouvelle main que lui a donné la Dame du Lac du conte arthurien pour répandre la paix. En l’utilisant pour frapper un ennemi, il invoquera une terrible entité qui se nourrit des déesses maritimes, ce qui va le calmer un bon coup quant à ses manières de bourrin.

Pour l’arc suivant, Sub-Diego, Urban a décidé à juste titre qu’il n’y avait pas besoin d’avoir lu tout ce qui le précède (à part pour la main peut-être, mais de toute façon vous êtes au point maintenant). Une partie de la ville de San Diego est soudainement engloutie par l’océan à cause d’un tremblement de terre artificiel, mais les milliers de personnes piégées sous l’eau ne sont pas mortes. un scientifique avait auparavant trafiqué l’eau courante pour que les habitants puissent s’adapter et vivre dans l’océan. Aquaman va donc s’occuper de ces gens avec l’aide d’une rescapée décidée à passer un coup de main, et qui deviendra même la nouvelle Aquagirl. Un nouveau monde qui verra bientôt naître de nouveaux problèmes et de nouveaux criminels de tout genre, allant du cartel de drogues à l’assassin psychopathe.

Et après ça ? Sub-Diego se terminera un peu abruptement à cause d’Infinite Crisis, qui aura comme conséquence la destruction pure et simple d’Atlantis, puis dans les pages de World War III, nous verrons Aquaman décider de sauver son peuple en devenant le Dweller in the Depths, une entité qui protège les océans mais qui fera perdre presque toute sa mémoire à notre héros.

Pourtant, alors que le titre devient Aquaman : Sword of Atlantis, un remplaçant va émerger. Arthur Joseph Curry, qu’on apprendra être le petit-neveu humain du premier Aquaman, portera son flambeau par la force des choses. Aux côtés de son allié de fortune King Shark, ils devront accomplir une certaine prophétie que le Dweller a émise pour sauver Atlantis. Ce run commence bien avec Kurt Busiek et Jackson Guice, mais perd de son intérêt lorsqu’ils sont remplacés par Tad Williams et Shawn McManus. Après 17 numéros, le titre s’arrête fin 2007 et à part une brève apparition dans The Outsiders entre autre, on ne verra plus le nouvel Aquaman dans les publications DC, sachant qu’il quitte le trône d’Atlantis qu’il avait obtenu car il était trop dans l’ombre de son prédécesseur au point qu’on le pensait sa réincarnation. Le Dweller in the Depths est quant à lui tué par Koryak, son propre fils donc.

6
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
3 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Darkseid~samaSledgy7urbanvspanini10Milank Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Milank
Milank

Le run de Peter David a l’air vraiment sympa ! Il a été publié en vf ?

Sonic le porc-épic
Sonic le porc-épic

Ca y est DCP à céder à Urbie et bah c’est beau ça ^^

urbanvspanini10
urbanvspanini10

C’est vraiment pas mal ce PAR OÙ COMMENCER #11 bon boulot encore une fois, j’espère que Urban publiera un jour le run de Peter David en vf. (Lisez ce run, l’un des meilleur sur le perso)

Par contre je serais pas aussi négatif pour l’arc d’Aquaman par Cullen Bunn, c’est pas aussi mauvais qu’on le pense, on a une bonne utilisation du lore de l’Atlantis et les dessin sont pas dégeux.