Depuis mardi, l’auteur et dessinateur Cameron Stewart est dans la tourmente à la suite de tweets dénonçant ses comportements toxiques envers de jeunes artistes. Stewart est connu pour avoir travaillé sur Fight Club 2 et Fight Club 3 chez Dark Horse Comics, mais aussi pour avoir écrit Batgirl et dessiné Catwoman, notamment pour le numéro spécial des 80 ans de Catwoman.

Cameron Stewart et le « grooming »

Initialement, le terme « grooming » fait référence aux prédateurs qui dissimulent leurs identités sur les réseaux sociaux, en se faisant passer pour des mineurs afin d’attirer les jeunes enfants ou ados, dans le but d’en abuser. Hors réseaux sociaux, l’objectif est le même car il s’agit de créer un lien sentimental avec des jeunes filles ou garçons, afin d’en abuser aussi bien physiquement que mentalement.

Aviva Maï est une artiste et mannequin, c’est elle qui a publié, mardi dernier, un thread dans lequel elle dit avoir été « groomée » par Cameron Stewart. Dans ses tweets, elle affirme avoir rencontré l’artiste en 2009. Alors âgée de 16 ans, elle explique ensuite avoir entretenu une relation « amicale » avec Stewart malgré ses messages dans lesquels il regrettait d’avoir « manqué sa chance » d’être avec elle (lorsqu’elle était âgée de 16 ans). À la fin de son thread, Aviva Maï met en avant l’hypocrisie de l’auteur qui avait été encensé pour sa Batgirl, dessinée par Babs Tarr et non sexualisée : « Je ne publie ceci que parce qu’il a travaillé sur de nombreuses bandes dessinées s’adressant directement aux jeunes filles et aux femmes, et je veux qu’elles sachent quel genre de personne il est. »

L’affaire ne s’arrête pas au témoignage d’Aviva Maï puisque d’autres artistes ont confirmé le comportement de Cameron Stewart comme Kate Leth et Evelyn Hollow. Par ailleurs, Aviva Maï dit avoir été contactée par 14 femmes ayant vécu la même expérience avec cet homme.

Dans son texte publié, là aussi, sur twitter, Evelyn Hollow partage la relation qu’elle a eu pendant plusieurs années avec l’artiste, entre ses 17 et 22 ans. Elle explique que Stewart l’a approché par message, après le commentaire de la jeune femme sur une de ses publications, elle dit alors qu’elle ne connaissait pas exactement l’âge qu’il avait et qu’elle ne trouvait aucune information à ce sujet sur internet.

Après son témoignage, Evelyn Hollow affirme avoir été contactée par un collègue de Cameron Stewart pour l’informer que ce dernier est né en 1975. « Ce qui veut dire qu’en 2011, quand il s’est glissé dans mes DM et a commencé à flirter avec moi, puis est allé à un rendez-vous avec moi et a couché avec moi, j’avais 17 ans et il avait 36 ans ! 36 !!« 

A la suite de ces témoignages, Cameron Stewart a masqué ses comptes Twitter et Instagram. Bleeding Cool annonce que DC Comics aurait retiré de son planning un projet non annoncé sur lequel Cameron Stewart travaillait. Sa couverture variant de Ice Cream Man #20 a été annulée et de nombreux artistes se sont désolidarisés de Stewart comme Babs Tarr qui, en plus de soutenir les tweets d’Aviva Maï, a adressé un message aux lecteurs : « Si nos comics vous avaient finalement fait sentir à votre place dans les rayons ou vous avaient fait prendre des comics, j’espère que vous ne perdrez pas entièrement ce qu’ils vous ont donné. Vous êtes et serez toujours ceux pour qui je fais des comics.« 

Cette histoire relance le sujet de l’insécurité des femmes dans l’industrie, avec un point positif : la rapidité d’exécution. Là où il avait fallu attendre une dizaine d’années pour finalement licencier un Eddie Berganza, il a suffi de quelques tweets pour que Cameron Stewart soit exclu de ses projets en cours. C’est prometteur, même si DC n’a pas encore communiqué à ce sujet.