Il n’y a pas à dire, les New 52 (ou DC Renaissance) ont encore de beaux restes avec ce Batman: Anarky. Effectivement, après Empereur Pingouin et Jours de Colère, voici que sort la suite dans les rayons librairie. Et si les épisodes précédents étaient passablement dispensables, en sera-t-il de même pour ces numéros de Detective Comics?

LA LIBÉRATION PAR L’ANARCHIE

En 2011 apparaissaient les New 52 où de nombreux personnages furent réécrits, à tort comme à raison. Ainsi, tel que le laisse deviner le titre, l’intrigue tournera autour de Anarky, un ennemi assez absent des publications. D’ailleurs sur ce point, nous allons y revenir. Tout d’abord, le récit débute sur une vieille affaire de drogue vendue dans le marché noir de Gotham surnommée Icare. Et s’il s’avère dangereusement planante pour ceux qui la consomment, le « consommateur » s’expose au même destin funeste que le personnage du mythe grec. L’enquète est menée bien entendu par Batman, mais aussi par Bullock, pour qui cette affaire ravive de mauvais souvenirs tant sur le plan professionnel que personnel.

Si vous ne connaissiez pas Anarky, sachez que ce personnage apparait pour la première fois en 1989 dans Detective Comics. Crée par Alan Grant et Norm Breyfogle, il devient célèbre par son esprit de populiste radical et de fervent adversaire des élites. En effet, ce dernier se nomme ainsi d’après la philosophie de l’anarchisme, pour qui elle est la seule voie possible vers la Libération. En l’enrichissant avec des concepts touchant à l’environnement, la religion ou l’inégalité, Alan Grant tend à rendre son personnage rationnel. Ce que, malheureusement, n’arrivera pas à réitérer ici le duo Buccellato/Manapul. Outre ces défauts innérants pour rendre le personnage moins complexe, la faute est également due à une intrigue classique au possible.

batman: anarky image1

ARNAQUE À L’ANARKY

Malgré le potentiel d’un tel personnage, mais surtout sans vous spoiler l’histoire, Anarky n’apparaitra activement qu’en deuxième partie. Et même s’il existe un fil conducteur, c’est beaucoup trop léger et prévisible. Ceci est fort regrettable et représente le gros bémol du titre Batman: Anarky. D’une part cela limite la caractérisation de l’antagoniste, et d’autre part cela le condamne à ne rester qu’un médiocre bouche-trou. Un vrai gachis. A l’instar d‘Empereur Pingouin et de Jours de Colère, DC se sert à nouveau de Detective Comics comme d’une belle vitrine au vide narratif. Car oui, s’il y a une raison pour laquelle vous devriez lire ce Batman: Anarky, ce serait à cause de Francis Manapul.

A l’œuvre également sur The Flash, Francis Manapul démontre une nouvelle fois son talent pour insuffler les expressions faciales. L’artiste apporte plus d’émotions dans le graphisme que dans l’écriture de ses personnages. De plus, il faut aboslument souligner le travail de la colorisation de Buccellato qui est tout simplement magnifique. En effet, on remarquera que toutes les scènes ont quasiment une dominance de une voire deux couleurs. Ce qui colle parfaitement aux séquences de face à face des dialogues et des combats. Esthétiquement, c’est une réussite, rien à dire de plus.

batman: anarky image2

Vous l’aurez compris, Batman: Anarky n’est pas un récit qui vous laissera indifférent. Pour coééencer, il n’a d’Anarky que le nom, et ne rend clairement pas justice à la psychologie de base du personnage. On aurait pu s’attendre à bien mieux en terme d’exploitation de ses motivations avec le contexte sociétal de Gotham ou de l’Amérique en général. Classique et sans ambition, le titre ne brille que grâce à une partie graphique maitrisée par Francis Manapul. Enfin, le tome se compose de numéros de remplissage tels que l’annual #3, ce qui fait vraiment tâche pour le coup. A ne réserver qu’aux Batfans.

Passable / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Toute la partie graphique orchestrée par Manapul/Buccellato
- Uniquement pour les collectionneurs librairie de Detective Comics New 52
Les -
- L'intrigue d'Anarky ne commence réellement qu'à partir de la deuxième moitié du tome
- Une histoire très classique, très dispensable et très oubliable
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}