Avec House of El, c’est au tour de Claudia Gray de délivrer sa vision de Krypton et de ce qui a mené la planète à sa fin. Catégorisé Young Adult, ce nouveau récit nous promet d’apporter une nouvelle explication à l’un des mystères qui régit la disparition de la planète natale de Superman : comment les Kryptoniens n’ont-ils pas vu leur fin venir à temps ?

Illustres inconnus

Contrairement à ce que le titre indique, ce récit a pour particularité de ne pas se concentrer sur les El, mais bien sur des personnages inédits : Zahn-Re et Sera-Ur. Représentant chacun une caste de la société kryptonienne -l’élite dirigeante pour l’un, l’unité militaire pour l’autre-, ceux-ci nous font plonger dans les différentes sphères de Krypton à travers des yeux plus communs. On appréciera surtout suivre les missions de Sera, très révélatrices de l’état d’esprit imposé aux soldats.

House of El Book One : The Shadow Threat

Pour le bien du récit, Zahn et Sera ne sont évidemment pas banals pour autant. Chacun semble en effet disposer d’une étincelle de conscience que les autres n’ont pas, et qui leur permettra de commencer à interroger le monde qui les entoure. Si chacun poursuit son intrigue de son côté, les deux protagonistes sont amenés à se croiser ici et là, permettant de développer une romance (ou plutôt un flirt) shakespearienne, un lieu commun qu’on retrouve habituellement sur Krypton avec Jor et Lara, et auquel Claudia Gray est habitué puisqu’il s’agissait d’une composante de son succès Lost Stars (Star Wars).

Contrôle familier

Bien que l’on suive des personnages originaux, House of El ne nous mène pas en terrain inconnu pour autant, et ce à plusieurs égards. On peut s’éloigner autant que l’on veut du récit habituel, Jor-El et Lara Vor-Van sont des figures incontournables de cette fin de Krypton, tout comme le Général Zod, qu’on retrouve tous en arrière-plan. C’est là que le titre de ce premier numéro, The Shadow Threat (possiblement en référence à Star Wars I : La Menace Fantôme), prend tout son sens : la véritable action ne peut que se dérouler à l’ombre de ce régime dictatorial qu’est la société kryptonienne.

House of El Book One : The Shadow Threat

Plus que toute autre chose, c’est le modèle kryptonien qui nous semblera familier puisque l’auteure reprend largement l’idée de John Byrne, celle d’une société où la procréation devient artificielle et calculée, où la notion de liberté n’a pas lieu d’être. Néanmoins, Gray ne se contente pas de réutiliser cette idée, non, elle propose de la pousser encore plus loin. Et si Krypton n’a pas vu sa fin venir car elle ne le pouvait tout simplement pas ? Et si ces êtres manufacturés étaient littéralement incapable de voir au-delà de leur programmation ? Le choix de protagonistes “normaux” révèle alors toute l’absurdité de la situation.

Calcul visuel

House of El tient également sa réussite à sa partie graphique, signée Eric Zawadski. S’il se veut simple, son trait est toujours révélateur. On notera et retiendra surtout son approche très géométrique de société Kryptonienne, que ce soit dans son architecture ou ses vêtements. De cette géométrie ressort une impression d’ordre absolu, d’un monde où tout est est calculé au millimètre près. Nul besoin d’agrémenter ses arrières plans de détails superflus, l’essentiel est déjà là, seul ce qui est utilise a sa place sur Krypton. Puis, il y a les bas-fonds, là où résident ceux qui n’y ont pas leur place, et où le trait se montre bien moins gracieux, courbé, aléatoire.

House of El Book One : The Shadow Threat

Impossible de ne pas noter non plus l’utilisation si particulière des couleurs de Dee Cunniffe, qui nous dépeint un monde majoritairement fait de bleu, de vert et de jaune. Toujours très neutres, ces couleurs englobent souvent la majorité de la case, si ce n’est de la page. S’en dégage à nouveau un sentiment de contrôle, mais aussi à la fois d’unification et de séparation entre les diverses castes. De cette simple palette se démarque un rouge vif qui n’interviendra quasiment qu’en opposition à Krypton, pour symboliser ce qui est brut et indomptable.

Étant particulièrement fasciné par Krypton, j’attendais House of El au tournant. Ici, Claudia Gray jauge particulièrement bien ce qu’il faut pour plaire au fan : rester fidèle aux fondamentaux tout en apportant sa touche personnelle, quelque chose qui démarquera le récit afin d’en faire une nouvelle pierre à l’édifice. On se retrouve alors avec une lecture convaincante, qui brille davantage par son efficacité que son originalité, et dont la classification Young Adult se montre pertinente sans être handicapante. Espérons maintenant que la suite saura le rester tout en passant à la vitesse supérieure (et en proposant une Attaque des Clones, pourquoi pas ?).

Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
-Fidèle aux fondamentaux
-Une exécution efficace
-Une partie graphique qui renforce le propos
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.