Introduction

1. Black Canary et sa création

2. Black Canary et les retcons

3. Post Crisis on Infinite Earths, ou la Black Canary moderne

4. Les New 52, le reboot

5. Les adaptations

6. Conclusion

Les New 52, le reboot

Black Canary origines
© DC Comics

Vinrent les New 52. Concernant les New 52 en lui même on ne va pas s’y attarder des heures, tout le monde est à peu près au parfum là-dessus aujourd’hui. DC trouvait que sa continuité était devenu un poids mort qui freinait tout nouveau lectorat. De plus ils voyaient depuis des années leurs chiffres de vente chuter de plus en plus. Alors ils se sont dit, on va tout reprendre à zéro et qui plus est on va faire des trucs super dark, car oui ils étaient encore persuadés que le dark faisait vendre en 2011. En a résulté une relance qui fut un énorme échec parvenant à s’aliéner une bonne partie des fans qui ne voyaient pas pourquoi on leur retiraient les personnages et les histoires qu’ils aimaient depuis des années, tout ça pour les remplacer par des copies Leader Price qui fronçaient beaucoup les sourcils. Qui plus est la manne de nouveaux lecteurs attendus était très loin de ce à quoi l’éditeur devait se préparer. Et voilà qu’aujourd’hui, huit ans après ce reboot, DC essaye toujours de revenir à cette ancienne continuité pré New 52. Cependant sans vraiment y parvenir. Aujourd’hui, nous sommes toujours coincé dans une sorte d’entre deux, une créature de Frankenstein, composée de morceaux grossièrement rattachés entre eux.

Mais revenons à nos moutons, qu’en était-il de Black Canary ?

Déjà, il n’existait plus deux Black Canary. Dinah Drake est la seule et unique Black Canary qui ait existé. Dinah Drake n’a jamais connu sa mère. On sait seulement qu’il s’agissait d’une très jeune fille quand Dinah est venue au monde et qu’elle ne pouvait s’en occuper. A partir de quatre ans elle fut placée en famille d’accueil. Ici on reprendra un cliché bien connu des personnages orphelins; Dinah était un enfant à problème, elle ne restait jamais longtemps au même endroit, elle changeait souvent de famille d’accueil. Rien de bien neuf en somme. Elle finira ensuite par s’échapper pour de bon de sa famille d’accueil à l’âge de 10 ans et alors qu’elle errait dans les rues de Gotham elle tomba sur Desmond Lamar. Celui-ci était un ancien agent des forces spéciales qui dirigeait maintenant un dojo. Il prit la jeune fille sous son aile et lui apprit à se battre.

Black Canary origines
© DC Comics

Quelques années plus tard Desmond succomba d’une tumeur au cerveau et très vite les choses dégénérèrent. Dinah avait repris les rennes du dojo, cependant les gangs qui avaient la main mise sur Gotham et que Desmond réussissait à éloigner à l’époque se montraient de plus en plus virulents. Autant Dinah n’avait pas peur d’eux grâce à son talent au combat, autant ce n’était pas le cas des autres élèves qui finirent par tous quitter le dojo. Dinah était seule de nouveau. Les choses empirèrent quand les événements contés dans Year Zero, la fabuleuse réécriture des origines de Batman par Scott Snyder, arrivèrent. Le dojo fut entièrement démoli et Dinah se retrouvait de nouveau à la rue. Cependant, alors qu’elle affrontait des ninjas dans la rue (fabuleuses réécriture on le répète), ses talents martiaux impressionnèrent John Lynch qui l’invita à rejoindre la Team 7. Une énième équipe de force spéciale à la solde du gouvernement. Ce qu’elle accepta. On lui donna le nom de code Operative Canary et très vite ses pouvoirs se dévoilèrent. Après ça l’équipe explosa, Dinah devint une fugitive et prit le nom de Black Canary.

Comme vous pouvez le voir, les choses ont bien changé. Tout aspect d’héritage a été complètement abandonné, le personnage n’héritant en fait de son identité que par le biais d’une énième organisation secrète. Cependant, on va dire que ce n’est pas le plus grave. Le plus grave est que dans cette version là du personnage, jamais elle n’a voulu devenir une héroïne d’elle-même. Contrairement au pré-flasphoint, Dinah n’a jamais été inspiré par sa mère ou par son père, ou encore par les générations de héros qui la précédait, elle est juste devenu une espionne, puis une super-héroïne, parce-qu’elle le pouvait et c’est bien dommage. C’est là tout un pan du personnage qui se retrouve effacé. Dinah ne poursuit plus d’idéaux, elle était devenu un personnage cynique. Ce qui en soi est une belle image de ce qu’était les New 52.