Le mois de mai vient de débuter, et avec lui arrive mes allergies et quelques nouveautés majeures chez DC Comics : le début du run de Brian Michael Bendis sur Superman et la mini-série No Justice de Scott Snyder, Joshua Williamson et James Tynion IV (sans compter mon anniversaire que vous me souhaiterez évidemment tous dimanche). Pour nous teaser tout ça, l’éditeur reprend à sa sauce le concept du Free Comic Book Day en sortant DC Nation #0 un comic book à un quarter teasant ces événements à venir, en plus du fameux rendez-vous que nous prépare Tom King pour le #50 de Batman. Il est donc temps de se faire une première idée de ce que vont nous proposer ces auteurs dans les mois à venir.

Partie Batman

La première histoire est donc celle sur le Chevalier Noir, ou plutôt sur le Joker qui apprend qui va malheureusement apprendre qu’il n’est pas invité à la petite sauterie de la chauve-souris. Avec Tom King, le clown est plus classique que jamais, il est fou, cruel, raconte des blagues et aime Batman. Tout est représenté dans ces 8 pages, mais le problème est que le récit ne propose rien d’autre qu’une prise d’otage vaine et sans aucun message. Les dialogues restent bons, malgré les vannes du Joker sans contexte qui sont un peu déconcertantes – quoiqu’il s’agit sûrement de l’effet escompté – et les dessins sont beaux avec la mise en scène efficace qu’on retrouve dans tous les comics de l’auteur, mais difficile de se motiver plus que ça pour la suite après ce simple passage ne montrant toute compte fait qu’une victime de plus du super-vilain.

Partie Superman

Nous avions déjà pu avoir un léger aperçu de ce que préparait Bendis pour son arrivée sur Superman dans Action Comics #1000, très porté sur l’action avec un début de retcon guère alléchant, mais l’ambiance est drastiquement différente pour ce nouveau prologue à la mini-série Man of Steel. Superman n’y fait que de la figuration et laisse sa place à Clark Kent puisque le récit se passe dans le Daily Planet où notre héros se fait réprimander par Perry tout en lui présentant une nouvelle venue au sein du journal. Ce regain d’intérêt pour le Planet fait vraiment plaisir et apporte de la fraîcheur, tout en nous rappelant le bon vieux temps de Bendis lorsqu’il écrivait Ultimate Spider-Man. La scène est intéressante à suivre avec un José Luis García-López toujours efficace et on appréciera un teasing de fin moins grossièrement spectaculaire que sur AC #1000. Ce dernier point signifie aussi que certains seront probablement moins emballés pour la suite, rebuté par le côté trop bavard ou trop sobre qui ressort de ce prologue qui semble pourtant être le vrai début de Man of Steel.

Partie Justice League

Enfin vient la partie sur la Justice League de Scott Snyder et ses compagnons Joshua Williamson et James Tynion IV. Vous n’aurez aucune surprise en lisant ces pages si vous connaissez les intentions de l’auteur sur le titre, c’est à dire faire une fête de la saucisse cosmique osant tout pour le cool et le jamais vu. Son prélude a une construction très simple, une présentation des différentes équipes une à une pour finir sur la Terre, englobé par beaucoup d’exposition et quelques pensées de certains personnages sur ce qu’ils sont en train de vivre. C’est aussi efficace que ridicule, avec des dialogues pas très inspirés et un manque de contexte dérangeant – ce que No Justice devrait régler, du moins je l’espère – mais au moins les dessins de Jorge Jimenez sont vraiment splendides avec de très belles couleurs par Alejandro Sanchez et certains y trouveront un bon gros divertissement à lire en buvant un litre de bière et profitant d’une des rares lectures cosmiques auxquels nous avons droit ces derniers temps.

Comme on pouvait s’y attendre, ces trois récits n’ont pas le temps de montrer grand chose, mais l’esprit des différents auteurs y est pourtant perceptible. Tom King écrit toujours aussi bien, mais son histoire ne mène nulle part, Bendis nous rassure en laissant tomber l’action et en redonnant de l’importance au Daily Planet et à Clark Kent plutôt qu’à Superman, et le trio de No Justice s’amuse en profitant des double pages de Jimenez pour présenter les rosters des Justice Leagues. Compte tenu du prix, difficile de ne pas conseiller cette lecture, surtout que beaucoup d’entre nous liront de toute façon ce qui est teasé ici, mais mis à part Bendis qui commence réellement l’histoire de son Man of Steel, ces courts récits sont anecdotiques et la partie Justice League est mal écrite. Vous pourriez tout de même prendre du plaisir à les lire et ça vaudrait le coup ne serait-ce que pour les dessins.

Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
-Les artistes, en particulier Jorge Jimenez
-L'écriture de King
-Bendis se focalise sur Clark
Les -
-Les deux tiers sont anecdotiques
-No Justice, le barbecusmique
-Mes néologismes
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

9
Poster un Commentaire

Please Login to comment
3 Comment threads
6 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
Review Express VO – Rebirth Semaine #100 (DC Nation #0, Action Comics Special #1) | DCPlanet.frurbanvspanini10mavhocWatchfulCielo Recent comment authors

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
plus récents plus anciens
Me notifier des
Cielo
Cielo

Je ne sais pas si je suis le seul à bien aimer Snyder x)

urbanvspanini10
urbanvspanini10

Tu n’est pas seul ! ;(

Watchful

Tout dépend comment on l’aborde. Pour Metal j’ai beaucoup de mal sans haïr pleinement. J’aime certaines histoires de Snyder, mais le personnage de Snyder est bien trop imposant dans ses créations, comme s’il cherchait à écrire pour la reconnaissance. Je suis du genre à toujours vouloir détacher la vie de l’artiste de sa création. Pour exemple, Ethan Van Sciver est un extrémiste effrayant, mais ça ne se ressent pas dans ses productions.

Après, je suis certainement le seul du Staff à défendre le premier arc de All Star Batman, justement parce que Snyder s’efface au profit d’un second degré et une action extrême, drôle et surprenante.

Justement ça m’intéresserait de savoir ce qui te plaît autant concernant Snyder.

Cielo
Cielo

Je n’aime pas spécialement Snyder par rapport à d’autres auteurs comme King etc, mais ce que je veux dire, c’est que ce côté où tout parait énorme, amplifié ne me dérange pas tant que ça. Par exemple j’ai bien aimé Metal sans pour autant le considéré comme un chef d’œuvre. Je suis conscient des faiblesse que peuvent avoir ses scénarios, mais ça ne me dérange pas tant que ça non plus. Je ne le connais que depuis son run des N52 sur Batman donc je ne suis peut-être pas le mieux placé pour bien débattre sur ce sujet, mais j’aime bien ce côté  » énorme  » qu’il donne à ses récits, ça change un peu des comics qui appuient un peu plus sur des côtés sérieux comme la politiques etc.

C’est comme le début de JL Rebirth, bon, certains numéros étaient vraiment pas ouf, mais sinon même si ce n’était que du blockbuster j’aimais bien sans penser que c’était la meilleure série

Watchful

Je vois tout à fait ce que tu trouves chez Snyder, et comme le dit Urban en dessous, tu n’es pas le seul. Il faut qu’il y ait une diversité dans les comics, et Snyder, même sur ce plan, dérange dans une domination de la démesure et du n’importe quoi. Je te renvoie vers un article que je renie un peu aujourd’hui vu ce qu’il a fait par la suite : https://www.dcplanet.fr/169046-off-my-mind-24-scott-snyder-chute-faucon-noir . Ce qu’il faut en retenir c’est qu’on a tous aimé à un moment donné Scott Snyder, et que des nuances sont à définir à chaque fois qu’on parle de ce qu’il fait et a pu faire.

Ceci dit, j’attends tout de même sa Justice League avec un soupçon de crainte et d’impatience.

Cielo
Cielo

Après je comprends que la démesure ne puisse pas plaire à tout le monde, si on était tous d’accord sur tout et n’importe quoi il n’y aurait plus de débats. Moi ce qui me fait peur, c’est qu’on ne le laisse pas faire tout ce qu’il veut et que les critiques des lecteurs viendront peut-être changer la forme de son prochain JL. Je veux dire, qu’il vaudrait mieux changer d’auteur si ça ne convient pas que de forcer Snyder à ne pas faire ce qui le caractérise, ça rendrait un résultat encore moins bon. Après je pense que si DC le laisse faire c’est que de l’autre côté de l’atlantique Snyder doit faire naitre moins de débats.

Watchful

Il y en a des débats par là bas, mais ils sont bien minoritaires. Et je comprends tout à fait. Mais de mon point de vue, j’accepterais bien plus ce que fait Snyder si déjà il y avait un sens à donner plus de libertés aux idées folles des scénaristes en dehors de ce qu’il fait lui. Il est coltiné à cette marque de l’exagération et du délirant enfantin. A mes yeux c’est un peu un talent gâché, et je serais le premier ravi de voir un mouvement parmi les artistes qui chercheraient à se libérer du consensus actuelle du scénario en six parties avec une ligne éditoriale qui n’assume en aucun cas son statut d’univers fantastique. Et où la cohérence de l’univers partagé prime sur la création.

mavhoc
mavhoc

Personnellement je retiens de ce DC Nation que Bendis sur Superman, ça devient de moins en moins sexy. Espérons que Man of Steel remontera le niveau …