Nouveau mois, nouveau kiosque Justice League ! Il est donc temps de voir si Justice League s’est redressé, si Action Comics et The Flash poursuivent dans leur qualité, et si Hal Jordan et le Green Lantern Corps se maintient dans le correct.

Numéro précédent : Justice League #4


Justice League #9-10

Scénario : Bryan Hitch – Dessins : Neil Edwards, Daniel Henriques

Non… Juste non. Je suis désolé, bien que je ne sois absolument réfractaire aux gros blockbusters bien bourrins, mais là, ça ne marche pas. Entre Cyborg et tous les ordinateurs de la Batcave piratés, et pire, l’anneau de Green Lantern l’être aussi… Parce que l’anneau des Lanterns, ça se pirate maintenant, aussi facilement. Au moins, heureux d’apprendre que les gardiens d’Oa peuvent être mis en PLS avec un Mac. Hitch essaye de développer les personnages et le marasme intérieur auquel ils sont en proie, mais le tout est très vite relayé au second plan par de l’action de qualité plus que clivante. C’est peu original, peu inspiré, et les dessins, quoique pas extraordinaires font le taff. Rien de plus, rien de moins.

Blue – Note : 4/10


Action Comics #965-966

Scénario : Dan JurgensDessins : Stephen Segovia

Action Comics, ce n’est pas qu’un titre mettant en scène Superman, c’est un titre qui permet de traiter de la Super-family plus globalement. C’est le cas ici puisque cet arc en deux parties se concentre sur Lois Lane, et notamment son retour au Daily Planet, à son ancienne vie, mais dans les baskets d’une autre, celles de la Lois New 52. Rien que pour avoir Lois en protagoniste principale, cet arc vaut le détour, mais ce n’est pas l’unique raison. Notons par exemple le fait que le numéro présente les différentes facettes de ce retour, notamment par le prisme de sa famille, et notamment Clark : l’alchimie du couple est clairement palpable ici. Une relation touchante et un exemple d’écriture dont Jurgens avait déjà fait preuve sur Lois & Clark. Mais surtout, la narration est menée par la reporter intrépide, qui se retrouve dans une situation pour le moins cocasse, mais qui permet de mettre en avant ses différents talents tout en humour. L’émotion se fait également présente par le traitement de la disparition de l’autre Lois, que l’intrigue n’oublie pas et met justement en son cœur. Ce numéro, c’est avant tout une ode à Lois Lane, une femme qui pense à sa famille avant tout, mais n’est réellement complète que quand elle peut s’accomplir en tant que journaliste. C’est aussi un encouragement à l’accomplissement personnel, et à celui de nos proches.

Mocassin – 8,5/10


The Flash #9-10

Scénario : Joshua WilliamsonDessins : Jorge Corona, Felipe Watanabe

Deux épisodes aussi bons que différents. Tant dans l’histoire que dans la partie graphique. Mais j’y reviendrai.
Le premier épisode va voir les Wally se rencontrer. La couverture du premier est justement une référence hyper connue mais très réussie. Si vous attendiez ce face à face, c’est fait. Mais ça casse pas des briques. C’est gentillet mais Jeune Wally est un peu cassé pied, à la limite du CW Wally
Le second épisode fait suite à cette rencontre, car jeune Wally a appris des choses qu’il ne savait pas. Du coup, il fait sa crise d’adolescence. En revanche l’ennemi semble intéressant et l’ambiance est pas mal. Il y a un parti pris dans la couleur ou l’encrage ou les deux mais ça rend bien.
L’inconvénient est la partie graphique… le premier numéro est bizarre car il utilise quand même des petits effets pour la vitesse et les costumes mais c’est le style qui ne me plait pas, il semble vouloir ressembler à Carmine Di Giandomenico.   Et le second était vraiment pas beau du tout. C’est même moche.
Bref, c’est bien en dessous de ce dont a l’habitude de lire. La trame de fond n’avance pas, même si elle est évoquée. Notamment la petit amie de Flash tuée par GodSpeed

James Edge Grayson – Note : 5/10


Hal Jordan et le Green Lantern Corps #7-8

Scénario : Robert Venditti – Dessins : Rafa Sandoval, Ethan Van Sciver

En deux numéros, Venditti conclut son arc scénaristique et en commence un nouveau, l’occasion pour lui de changer de dessinateur, passant de Rafa Sandoval à Ethan Van Sciver. À n’en pas douter, ces deux numéros sont de bonne qualité. Malheureusement pour le numéro 7, le fait d’avoir étiré l’action d’une intrigue qui aurait pu se conclure en quatre numéros, rend la résolution moins viscérale que prévue, bien que le tout offre ce qu’il faut en baston et drama. Le numéro 8, quant à lui, arrive à tenir en haleine de par le teasing intensif de Venditti, que ce soit sur les méchants –très surprenants pour le coup- , ou le retour d’une stabilité chez les gardiens. De plus, il peut être intéressant de voir la future coopération entre… ah ben non, no spoil ici aussi. Pour résumer, c’est très joli, ça ne révolutionnera pas le genre, mais ça reste vraiment agréable à suivre.

Blue – 6,5/10

Passable Notre avis
0 Votre avis (0 votes)
Les +
Lois Lane au top dans Action Comics
The Flash si on aime Wally
Hal Jordan et le Green Lantern Corps se maintient
Les -
Justice League, encore et toujours
La partie graphique de The Flash
The Flash perd en intérêt
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Trier par :

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}

PARTAGER
Previous articleReview VF – Nightwing Rebirth Tome 1
Next articleReview TV – The Flash S04E01 : The Flash Reborn
Dernier représentant de la tribu des Mocassins, il prit le nom de celle-ci afin de la faire perdurer. Avant de s'exiler sur les terres dites civilisées, il trouva une pantoufle précieuse. Plus tard, il comprit qu'il avait en sa possession la pantoufle unique, la maîtresse des dix-neuf autres chaussons. Il était devenu le seigneur des godasses. Avec ce nouveau pouvoir, il fonda la secte des fragiles, où seuls les braves osant exprimer leurs sentiments étaient acceptés.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
wpDiscuz