Batman Bad Blood
Les points positifs :
  • Dick Grayson en Batman
  • Inspiré de Grant Morrison
  • Animation solide
  • Damian Wayne
Les points négatifs :
  • Trop court
  • Donc scénario sous-exploité

“Trust me, he’s a total badass.” – Dick Grayson 


  • Batman Bad Blood – 19 janvier 2016 en digital – 2 février 2016 en Blu-Ray/DVD – France : 24 février 2015
  • Blu-Ray/DVD et Téléchargement Digital –  72 minutes – 8,99€
  • Blu-Ray Deluxe avec Goodie – 22,99€

Suite directe de Batman vs Robin qui était lui-même la suite de Son of Batman. On retrouve le même style graphique, le même type de chorégraphie de combat et le même casting récurent pour les voix (VO). Jusque là, pas de surprise pour ceux qui ont vu les autres animés. Le pitch : Batman a disparu, présumé mort par certains, et pour éviter que ses ennemis se croient libres de faire ce qu’ils veulent, Nightwing prend le masque de son mentor et fait perdurer la légende. Il est rejoint dans sa mission par deux nouveaux héros portant la chauve-souris : Batwoman et Batwing.

screen-shot-2015-12-24-at-105141-am-1450983128035_1280w

Jusque là, j’étais mitigé sur ces animés bien qu’ils parlent au fanboy de Dick Grayson que je suis. Tout d’abord, ils donnaient, tous deux, un peu trop la part belle à Damian Wayne, l’actuel Robin, et Batman était tellement fort qu’on se demande pourquoi il avait besoin d’acolyte. Ensuite, parce que Dick Grayson n’y était pas toujours bien dépeint, parfois suffisamment bon pour battre un Robin surentrainé et parfois totalement inutile qu’il en était relégué au rend de demoiselle en détresse ou d’infirmière. Et dans ces animés, Dick sort avec Starfire et non Batgirl, et cette relation était bizarrement amenée via un coup de téléphone furtif mettant en scène une relation visiblement très sexuelle (en même temps, il s’agit de Starfire…). Vu qu’il y avait eu deux animés, je m’attendais à un peu plus de développement sur d’autres personnages et pas seulement Damian et Damian. Et pour finir, j’avais été déçu par l’utilisation expédiée de grandes sagas comics pour les vulgariser et les détourner, leur enlevant leurs bons côtés.

batman-bad-blood

Mais voilà, je suis fanboy de Dick Grayson et son passage en Batman était quelque chose de fort, donc attendu pour ma part. Et… je n’ai pas été déçu de ce côté-ci, du tout. Etrangement, on ressent une tension envers Bruce de la part de Dick en provenance du monologue : “même quand tu n’es pas là, je ne peux m’éloigner de toi”. Nightwing n’apparait plus comme l’ancien Robin trainant toujours autour de Batman mais clairement en tant que justicier de sa propre ville Blüdhaven (et oui, visiblement, beaucoup de gens, public et créateurs, sont encore coincés dans cette époque révolue depuis plus de 6 ans et qui n’en a duré qu’à peine le double dans la vie d’un personnage de 75 ans d’existence dont 31 en tant que Nightwing). C’est donc un point intéressant que j’aurais aimé voir débuter dans les animés précédents.

Autre point qui m’a bien plu, c’est Damian, qui bien qu’au centre de l’histoire (oui, encore), n’est pas aussi omniprésent que dans les épisodes précédents et pour cause, il y a deux p’tits nouveaux. Damian semble avoir évolué depuis les tragédies des précédents opus, son histoire reprend de suite après son exil, un point pour la continuité. Mais il reste le garçon arrogant, casse-pied et toujours aussi modeste qu’on aime détester ou qu’on déteste aimer. Et bien sûr, il forme un duo Robin et Batman avec “Grayson” comme il aime l’appeler (sûrement un fan de la série du même nom), qui rappelle aux lecteurs le passage de Grant Morrison sur Batman et Robin. C’est assez drôle dans les répliques et fait encore une fois avancer la psychologie de Dick vis-à-vis de Bruce et du rôle de Batman. Dick ne veut pas être Batman mais personne d’autre ne le peut pour le moment. Damian étant “trop petit” comme le souligne Batwoman. Et si certains, sur le net, se plaignaient du costume de Batman et son cache-menton, Dick en est dépourvu et c’est vrai qu’il a un meilleur look, arborant le symbole jaune et une couleur moins sombre.

Batman-Bad-Blood-630x420

Batwoman et Batwing sont donc présentés dans cet animé. Respectivement Kate Kane et Luke Fox, fils de Lucius Fox. Je ne les connais pas très bien mais semblent relativement coller à leurs histoires des comics. Ils arrivent finalement pour compléter la petite équipe que monte Dick en Batman. Et tous les deux connaissent Dick depuis longtemps, ce qui, il me semble, est nouveau, par contre. Je vois cet animé comme une introduction pour ces deux personnages et qui s’avère plutôt bonne, même.

Quant aux antagonistes, on voit débarquer l’Hérétique que les lecteurs de comics connaissent toujours grâce à Morrison mais je déplore quand même son utilisation qui varie un peu de celle du comics et qui nous faisait miroiter une version alternative intéressante mais qui s’avèrera juste plus expéditive que le comics. C’est déjà mieux que Talon/Personne dans le précédent opus. Mais le reste du plan était plutôt pas mal, évidemment mené par Talia Al Ghul et dont Le Chapelier Fou est la pièce maîtresse. Il est dépeint comme moins fou que dans le comics mais tout aussi dangereux. Mais il finit par en perdre la tête (jeu de mot repris de l’animé et peut-être déplacé). Ensuite, le plan qui semblait être stoppé par nos héros va finalement jusqu’au bout, voire même, la réussite des héros était prévue pour mener à bien le plan final. On retrouve donc l’écriture un peu simpliste que ces animés ont l’habitude de nous donner. D’autres ennemis du bestiaire de Batman sont présents mais plus en mode clin d’œil, comme Black Mask, Blockbuster, l’Electrocutioner, Tusk (j’ai bien cru qu’il aurait au moins une corne cassée…)…

BadBlood_Villains

Le doublage est toujours de qualité, Jason O’Mara fait toujours un bon Batman et Sean Maher en fait une bonne imitation. J’ai particulièrement aimé cet effort. S’il y avait un bon point de ces animés jusque là, c’était bien le casting. Et les nouveaux se glissent bien dans la voix de leur personnage. Plusieurs bonnes punchlines remplissent cet animé.

Ce que je reproche à cet animé, c’est qu’il traite rapidement le sujet. On ne profite pas pleinement du remplacement de Batman et l’enquête pour retrouver Bruce est inexistante puisque nos héros ne font que suivre un traceur sur le costume de Robin alors qu’il est lui-même enlevé. Peut-être que travailler plus en profondeur le scénario et augmenter la durée de 20 minutes aurait été profitable. Par ailleurs, j’ai parlé plus haut de continuité, mais lorsqu’on voit certaines origines modifiées jusqu’à présent ou l’absence d’autres Robin, j’espère qu’ils ont un plan d’attaque bien écrit pour la suite. Car si dans le comics les ennemis subissent des fins peu définitives, depuis Son of Batman, les ennemis tombent comme des mouches.

Une surprise à la fin attend ceux qui regarderont l’animé. Si les scénaristes comptent l’utiliser dans la suite qu’on connait déjà, ça risque de faire beaucoup de personnages avec les Titans et la Justice League. Et j’ai beaucoup de mal avec ce mélange d’ancienne et nouvelle continuité.

J’ai vraiment bien aimé cet animé qui pour ma part est le meilleur des trois. Il subit toujours les défauts d’expédition de scénario mais sans massacrer autant qu’auparavant le contenu d’origine, choisissant juste une version simplifiée peu pervertie que le format court oblige. Les personnages sont bien caractérisés et bien doublés. Et soit j’ai fini par y être habitué soit ils ont fait un effort, mais j’ai trouvé que les combats étaient moins brouillons (mention spéciale à Alfred). L’animé est de bonne qualité, pouvant donner aux novices l’envie de lire l’œuvre originale dont il est issue, et aux autres de s’y replonger. En tous cas, je maintiens ma précommande de la version collector contenant la statuette Nightwing.


UN DEUXIEME AVIS C’EST BIEN AUSSI !!

A la différence des deux premiers animés, ce Batman : Bad Blood fait la part belle à de nouveaux venus dans la Bat-Family, et en est d’autant plus appréciable qu’un de ces deux personnages n’est autre que Batwoman, qui a une aura et une prestance remarquable. Certes, les éléments du run de Morrison sont assez appréciables pour qui a lu les comics, mais l’intérêt de ce (pas assez) long métrage réside dans l’installation de ces nouveaux personnages ; on change la donne en mettant Bruce hors champ pendant plus de la moitié du film, Batwoman et Batwing apportent un vrai vent de fraîcheur (même si l’introduction pour Luke Fox est un peu trop expéditive). On pourra par contre regretter un développement trop rushé qui amène trop rapidement au climax de fin, mais les scènes d’action qui font intervenir tout le cast ont le mérite d’être hyper dynamiques et de voir quelque chose de nouveau dans les styles de combat. Quant à la scène finale, elle confirme tout ce que je pense du nouvel univers animé DC : il faut plus de girl power dedans !!

– ArnoKikoo

11 Commentaires

  1. C’est vrais que c’est étrange de faire seulement 72 minutes… Pour quelles raisons ? Qui regarde encore des films aussi courts ?
    Les enfants tiennent très bien une Reine de Neiges de 102 minutes voir même une Princesse Mononoké de 134 minutes.

    • Alerte Spoiler: Ce ne sont que des DTV, ils n’ont du coup pas du tout la même ambition que les films que tu cites, la comparaison est absurde ! D’autant plus que l’animation, ça coûte cher, ils doivent donc, j’imagine sans mal, se limiter dans la durée pour rester rentable vu le public visé.
      Après, oui, je suis d’accord dans le fond: ils veulent parfois être ambitieux, mais le format quasi imposé les bride bien trop. Dommage.

  2. Tout à fait d’accord avec vos 2 avis. “-Even your butler is involved in this ? -Trust me, he’s a total badass” Pour la fin moi elle m’a rappelé celle de Captain America 2, d’ailleurs le scénario globale m’a rappelé le film.
    Bon maintenant j’attend avec impatience plus d’info pour Killing Joke…

  3. Je ne suis pas d’accord sur le rentabilité par rapport à la durée car lorsqu’ils ont sortie “The Dark Knight Returns” en 2 partie c’était le plus gros succès des DC animated et lorsqu’ils ont sorti après les 2 parties réunies en 1 seule de 2h30 (uniquement disponible un blu ray US) le succès a été encore bien mieux et aucun autre anime DCU n’a eut autant de succès aussi bien critique que commercial ! Donc le jour où ils comprendront que pour qu’un anime DTV ait un grand succès commercial et critique que ce n’est pas en les faisant vite fait en manga d’1h10 on aura plus souvent des super dessins animés tel que “The Dark Knight Returns”.

  4. J’ai enfin vu la bête (attention risque de spoils)
    Parlons tout de suite des aspects négatifs : vouloir prendre les grandes idées du génial Morrison tel que celles de Batman Returns, de Batman Incorporated et de Requiem pour les mettre dans un film de 1h15, ça ne peut qu’être foireux. Et en grande partie ça l’est dans la première partie du film, le comble étant le ratage complet de l’Heretic, qui aurait mérité un meilleur traitement.
    Toutefois, bien qu’inégal, le film est plaisant à suivre, le rythme est soutenu, et le traitement de Kathy Kane et de Batwing est bien réussi. La personnalité de Dick est bien représentative du personnage (cette réplique sur Alfred, mortel !) et Alfred est l’une des révélations du film. La 2ème partie du film gagne en originalité et en dynamisme. Vraiment sympa.
    Toutefois, si le traitement scénaristique des films par rapport au support de base (le comics original) permet d’offrir un autre point de vue de l’histoire (une sorte de Earth 1 bis en quelque sorte), il faut savoir garder ce qui fait la puissancee du matériel de base. A ce titre, l’attente et l’appréhension vont être longues jusqu’à la sortie de Killing Joke, que j’espère être le digne successeur de l’adaptation animé de TDKR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.