Review Grant Morrison Présente Batman Tome 7
Les points positifs :
  • L’originalité du scénario
  • Grant Morrison ne se fixe aucune limite
  • Tellement différent de ce que l’on voit habituellement
Les points négatifs :
  • Certains n’aimeront pas le changement opéré

“Léviathan est la réponse à toutes vos questions.”


  • Scénario : Grant Morrison – Dessins : Yanick Paquette, Cameron Stewart, Chris Burnham, Pére Perez et Scott Clark

Depuis 2006, et depuis que Tomasi lui ait proposé, Grant Morrison a fait en sorte de rassembler, de lier plus de soixante-dix comics sur le Chevalier Noir. Il a voulu à travers son long run rendre cohérent l’univers du Chevalier Noir. Grant Morrison a, au fil des années, égrené ses idées, créé de nouveaux personnages, ressorti d’autres du placard en prenant soin de les dépoussiérer. Tout en gardant en filigrane son fameux Dossier Noir ! Dossier où notre héros conserve toutes ses enquêtes ! Et le point d’orgue de toutes ces années, c’est Batman Incorporated ! Sans doute, l’un des plus gros combats que livrera Batman.

Enfin de retour à son époque, Bruce Wayne reprend les destinées de Batman, de façon inattendue. À la légende du justicier solitaire, il substitue une nouvelle organisation internationale financée par sa multinationale : Batman Incorporated ! Recrutant à travers le monde différents alliés pour sa croisade contre le crime, Bruce se prépare également à croiser le fer avec un nouvel ennemi : Léviathan ! (Contient Batman Incorporated #1 à 8 et Batman Incorporated Leviathan Strikes !)

review Grant Morrison Présente Batman Tome 7

Avant d’arriver à Batman Incorporated, Batman aura traversé moult péripéties, que Grant Morrison aura mises sur son chemin afin de créer une cohérence dans son univers, de faire en sorte de lier tout ce qui a pu être écrit sur Batman depuis sa création. La découverte d’un fils (dans Grant Morrison présente Batman #1), des démêlés assez lourds avec le docteur Hurt (dans Grant Morrison présente Batman #2), un voyage dans la passé (dans Grant Morrison présente Batman #3 et Grant Morrison présente Batman #4), un retour difficile et éprouvant à notre époque (dans Grant Morrison présente Batman #5), un nouveau duo dynamique (dans Grant Morrison présente Batman #6). Ces six premiers tomes ont permis à Grant Morrison d’expliquer certaines zones d’ombres du passé de Batman, de remettre à la lumière du jour toute une galerie de personnages, dont le fameux Club des Héros. Six tomes pour une refonte totale et une nouvelle mise en lumière du protecteur de Gotham. Six tomes où Grant Morrison va faire de son mieux pour mêler le Golden et le Silver Age au Batman d’aujourd’hui. Six tomes pour préparer notre justicier à une nouvelle et terrible menace ! Six tomes pour nous préparer à Batman Incorporated !

Un nouvel ennemi donc, menace non pas Gotham, mais le monde entier. Un ennemi implacable semblant pouvoir œuvrer partout à travers le club ! Son nom : Léviathan ! Et ces huit premiers chapitres, composant la première partie de Batman Incorporated, servent à nous présenter la nouvelle organisation internationale de Batman. On suit notre héros de pays en pays pour essayer de « démarcher » de nouveaux héros pour rejoindre sa version surdéveloppée du Club des Héros. Tout commence au Japon, Batman, cherche à recruter un Batman à Tokyo, et il jette son dévolu sur l’Inconnu. Il va découvrir, avec la charmante et sensuelle Catwoman (merci les dessins de monsieur Paquette) qu’ils sont deux à se cacher sous cet alias. Et l’un ne pourra plus jamais porter le masque à cause de Lord Death-Man… L’autre sera alors mis à l’épreuve pour mériter son entrée dans Batman Incorporated.

review Grant Morrison Présente Batman Tome 7

Puis, changement de décor. Nous nous retrouvons en Argentine, où Batman et El Gaucho sont opposés à El Sombrero (qui garde un mauvais souvenir de ce qui touche à Gotham et plus particulièrement au Joker) et à Scorpiana l’empoisonneuse. Durant le combat, ils vont se découvrir un même amour passé pour la jolie Kathy Kane ! L’ancienne Batwoman, qui avait été engagée par un criminel nazi, le docteur Dédale, pour enquêter sur Batman… Cette confrontation va mener tout ce petit monde, ainsi que l’actuelle Batwoman et le Masque sur les îles Malouines où fut emprisonné, il y a des dizaines d’années, le sinistre docteur Dédale par d’anciens super-héros britanniques. Et alors que tous réalisent que l’ennemi n’est plus là depuis fort longtemps, Batwing découvre que Léviathan contrôle déjà complètement un pays en Afrique…

Dès lors, Batman Incorporated lance sa riposte à l’encontre de Léviathan, partout à travers le monde. Avec encore d’autres membres, Red Robin et les Outsiders, le Parkoureur, Black Bat, Dark Ranger ou encore un Wingman bien mystérieux. Bientôt rejoints par Frère Chiroptère et Corbeau Rouge. Le combat entre Batman Incorporated et Léviathan n’est pas uniquement visible sur la terre ferme, non, il se déplace également dans le monde numérique avec l’internet 3.0 comme théâtre ! Mais Batman Incorporated n’est pas le seul organisme à se renforcer. Non ! Léviathan aussi cherche à faire grossir ses rangs déjà démesurés. Batman dépêche Stephanie Brown dans une école assez particulière, où des jeunes filles sont entraînées à tuer et à obéir sans le moindre libre arbitre. Avec des professeurs aussi barges que le professeur Pyg, deuxième du nom. Et alors que le duel tant attendu démarre vraiment avec Léviathan Strikes ! Le premier sang est versé, le docteur Dédale est retrouvé et dans un ultime chapitre psychédélique le visage du chef de Léviathan nous est révélé !…

Oui, c’est un sacré virage que nous propose Grant Morrison ! Oui cela ne plaira, hélas, pas à tout le monde. Mais bon dieu qu’il est bon de voir Morrison prendre de tels risques, de le voir sortir des sentiers battus pour nous proposer l’une des meilleures histoires de Batman depuis tellement longtemps. C’est tellement bon de lire une saga de Batman différente, colorée, brillante, intelligente et qui casse les schémas répétitifs auxquels nous somme habitués. Les histoires défilent sur un sacré rythme, sans réel fil rouge en toile de fond, si ce n’est l’ombre menaçante que représente Léviathan.

Et il est grisant de sentir un tel vent de fraicheur battre les pages de Batman, alors que Grant Morrison puise quasiment la plupart de ses personnages des méandres du milieu des années 50. Des personnages comme Kathy Kane, El Gaucho, Frère Chiroptère ou encore Corbeau Rouge. Mais il n’y a pas que les personnages qui rappellent ces folles années riches en créativité. La construction de ces premiers chapitres, avec ce rythme effréné, ce déferlement de personnages, d’action, de rebondissements, sans liens visibles les uns entre les autres. Et pourtant, plus on avance, plus on se laisse aller dans cette folle aventure et plus l’on découvre que Grant Morrison s’amuse avec la toile qu’il a tissé sur sept ans, mêlant à la perfection le old school et le moderne.

review Grant Morrison Présente Batman Tome 7

Graphiquement, nous retrouvons également ce mélange. Les premiers épisodes sont l’œuvre de Yanick Paquette avec des dessins où la dureté et la sensualité transpirent, des couleurs assez pastel et une action merveilleusement bien retranscrite. Puis arrive Chris Burnham, avec l’épisode #4, centré sur la belle Kathy Kane, un épisode dans le passé et dessiné en conséquence, on a l’impression de tourner les pages d’une vieux strip. Chris Burnham et son style si en adéquation avec cette série ne quitteront plus Grant Morrison. Hormis un petit voyage dans l’internet 3.0 plus que futuriste de Scott Clark. Dessins un peu trop novateurs pour moi, pour le coup. Trop informatiques, trop 3D. Et la visite d’une école avec les traits d’un Cameron Stewart en grande forme. Ses personnages féminins sont si beaux. Il se permet même le délire de faire apparaître Madonna, Katy Perry, Rihanna ou encore Lady Gaga parmi les professeurs !

Bref, vous l’aurez compris, je suis sous le charme. Grant Morrison tape dans la fourmilière et bouge un peu notre Batman, lui offrant une aventure inédite, rafraîchissante, innovante, merveilleusement bien écrite tout en utilisant des éléments old school que l’on avait plus l’habitude de voir depuis tellement longtemps. Alors oui, cela ne plaira pas à tout le monde, tout le monde n’est pas friand de changement, d’innovation, et pourtant cette histoire est tellement bien écrite, cette histoire est tellement intelligente, cette histoire est tellement passionnante !

14 Commentaires

  1. Moi suis blasé… précommande chez mon libraire, je me le feuillette dans la nuit (douce insomnie), et je constate que j’ai 2 fois les pages 33 à 40!!! la première bien placées dans l’histoire de Jiro, et bis repetita en plein milieu de celle du Gaucho!!
    A part ce défaut de fabrication de mon volume ( arrivé plus tôt que la sortie, peut être un album test destiné au libraire qui sais??), je rejoins tes impressions, je me régale!!!!

    Mais Urban, des fois ça devient pas limite la qualité des ouvrages mais bon….

    Allé je file leur écrire mon mécontentement !! Je leur ai lâché pas mal de sous depuis pour agrémenter mes collections après tout!

  2. Personnellement j’ai eu du mal, je décroche un peu car dans certains tomes on s’éloigne de l’organisation de départ dans cette sage. J’ai beaucoup eu de mal à suivre les tomes 4 et 5. Et ici je dois avouer que j’ai énormément de difficulté due à la présence de ces vieux personnages que sont les Batmens du monde. Je les détestes, des costumes ridicules, idem pour les méchants. Je trouve que l’on s’éloigne de l’univers de Batman, sombre pour arriver dans un univers plus clownesque. Comme ça a été dit, soit ça plait, soit ça ne plait pas tout simplement. A mon sens je préfère quand Batman est Batman, comme dans la saga Silence ou le chevalier noir de Finchs et Jenkins. Mais bon avec le temps peut être que je verrais cette partie de la saga autrement.

    • “on s’éloigne de l’univers de Batman, sombre” “je préfère quand Batman est Batman,comme dans la saga Silence ou le chevalier noir de Finchs et Jenkins”
      Tu comprends bien que tes phrases sont absurdes. Ta définition du personnage ne prend en compte que les 15 dernières années (on va élargir à 30, histoire de prendre en compte Miller) alors même que le personnage a 75 ans et que e but du run de Morrison est de faire la synthèse de toutes ces années. Tu comprends bien que Batman existait dans les années 40, 50 et 60 , qu’il n’était pas “pas Batman”.
      C’est l’interprétation restrictive du personnage et de son univers que tu as qui ne correspondent pas à la réalité du personnage.

      • J’ai peut être généralisé en disant ” l’univers ” j’aurais dû mettre ” l’univers selon ma vision “. Certes ma vision du personnage ne comprend que les albums que DC refait depuis quelque années, donc oui elle n’est pas d’origine. Il n’empêche que comme des personnes préfère les Batman de Burton à ceux de Nolan, moi je préfère le Batman de maintenant, plus sombre, torturé par son passé. Après je comprend très bien ce que tu dis, et tu as parfaitement raison, mais le mot ” absurde ” me vexe un peu. Je n’aimes pas cette version de Batman que Morrison a fait dans cet album, même si il fait une synthèse de ce que Batman était, moi je n’aimes pas et je suis content que cette ” version ” de Batman ne soit plus car elle n’est pas Batman selon moi. Et pour finir, même si Batman était autrement jadis ^^ il avait une certaine classe que ces autres Batmens du monde comme El Gaucho ou l’indien n’ont pas et n’auront jamais.

        • Absurde parce que tu fais un reproche qui correspond très exactement à ce que Morrison cherche à dénoncer et à démontrer, à savoir ce point de vue restrictif du personnage.
          Tu peux tout à fait ne pas être d’accord avec lui ou ne pas trouver d’intérêt dans son projet mais lui reprocher qu’il n’écrit pas du “vrai Batman” alors même que le concept même du run critique ce concept est par définition absurde.

  3. Ca y est ! avec ce tome et les Batman saga HS, j’ai enfin lu la totalité du run de Morrison. Et c’est incroyable !
    Ce tome, sous ses apparences très colorées et avec ses batmen qui pourraient sembler ridicules, se retrouve très crédible avec son rythme effréné et la narration de Morrison. En plus, il prépare en filigrane la dernière partie du run qui, elle, est bien plus sombre et ancrée dans le batman des années 80/90. Comme quoi, quelle cohérence dans le travail de l’auteur (comme d’habitude).
    Bref chapeau, c’est hyper fun et en même temps très ancré dans l’ensemble du run. Je crois que je peux le dire : vive Grant Morrison !

  4. je suis du même avis que capugino. Bien-sûr Batou a 75 ans d’histoire, mais pour avoir découvert le personnage avec les films et la série animée -dans son genre assez sombre- je ne peux que rejoindre le précité dans sa critique des seconds couteaux faiblards, aux costumes ridicules dignes des pulp comics.

    Et puis, sans spoil aucun, le final du run de Morrison, m’a laissé pantois : avec les évènements malheureux qui s’y déroulent, je m’attendais a BEAUCOUP plus de rage, de haine, de tristesse. Je trouve par exemple que les premières pages de “Silence” retranscrivent 100 fois mieux l’état psychologique de Batou en cas de coup dur du même genre. Bref, après 6 volumes achetés, je vais me forcer pour compléter le tout : les 4 et 5 sont d’une confusion rarement égalée. A trop vouloir synthétiser les aventures historiques de Batman, je trouve qu’on se retrouve avec un Batman bien trop lisse, des persos secondaires d’un autre âge, et un patchwork fluo.

    Bien-sûr, j’insiste, cela n’engage que moi. Je suis juste déçu de voir que les sagas les plus longues publiées par Urban (knightfall et Grant) sont en fait celles que j’ai le moins aimées. D’ailleurs, mon porte-feuille me fait la gueule, c’est un signe qui ne trompe pas.

    • Pour ma part, comme vous, je n’ai commencé Batman que “récemment” et suis davantage habitué au “Dark” Knight ; mais ce malgré, j’apprécie beaucoup : je trouve cela très rafraîchissant et cela donne beaucoup de rythme. De Knightfall 1 au Fils Prodigue j’ai eu le sentiment de lire invariablement les mêmes histoires : je ne critique pas la série nécessairement, mais cela rendait l’histoire un peu mollassonne et je pouvais avoir tendance à décrocher. Morisson raconte une histoire différente à chaque fois, les enjeux sont différents et les protagonistes ne sont jamais les mêmes. Par ailleurs, toutes ces références à l’univers d’antan ne peuvent que donner envie au lecteur de s’y (re)plonger.
      Bon… quant au style narratif de Morrison, force m’est admettre qu’il reste particulier ; mais pour m’a part, même si le 5e m’a quelque peu bloqué, c’est surtout le second qui m’a posé le plus de difficulté – celui-ci, pas tant que ça ! (chacun son truc ^^). Je crois, qu’à force, je m’y suis habitué

  5. Moi j’aime beaucoup le run de Morrison (pas encore lu ce tome). Pourtant j’ai eu du mal à y rentrer au départ. Mais je trouve qu’il ose “secouer le cocotier” tout en restant respectueux de tout ce qui fait et a fait Batman, ça fait du bien. Il a osé faire du Batman sans Bruce Wayne, du Bruce Wayne sans Batman (le voyage temporel de Bruce), inverser les rôles (Dick, le Robin d’origine, devient Batman, et Wayne – fils – devient Robin), inventer des concepts (Batman Inc., Leviathan…) ou des personnages forts (Damian, Pyg…), voire les détourner (Hurt). Non, franchement, c’est certes déstabilisant, on peut avoir du mal à accrocher, mais Dieu que ça fait du bien d’être bousculé dans ses habitudes, que c’est rafraichissant dans l’univers du comic souvent balisé par ses archétypes immuables et ses figures de style imposées. En attendant d’avoir lu cette fin, je dis merci M. Morrison.

  6. Entièrement d’accord avec la note de Biggy ainsi qu’avec le commentaire précédent. Si j’étais plus que réticent au début, je suis maintenant totalement conquis par le travail de Morrison, après avoir achevé la lecture de son run.
    J’ai trouvé Batman Inc. juste génial : récit animé, fluide, orginal. Cet arc n’a pour moi que des qualités. Dommage cependant qu’Urban l’ait publié avec d’assez nombreuses coquilles et fautes de français…

  7. Effectivement un tome plutôt correct. J’ai en revanche eu énormément de mal avec les chapitres 3.0. Alors j’imagine bien que c’était voulu l’effet informatique, 3D mais ça pique les yeux j’ai failli sauter ce passage c’est dire…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.