C’est encore moi cette semaine, pour vous présenter un nouveau numéro pour cette nouvelle rubrique Showcase. Nous sommes le 13 février, demain c’est la fête des amoureux, tout ça, pour le coup, nous avons décidé de vous dégoter un numéro spécial pour la Saint-Valentin ! Ou presque. Disons que la romance est un peu particulière, mais c’est surtout aussi l’occasion de vous parler de Stéphanie Brown. À noter que toute ressemblance avec un des singles sortis cette semaine est purement fortuite… Si si, promis !


Action Comics #600 Variant

Il s’agit aujourd’hui donc de Batgirl #18, numéro écrit par Bryan Q. Miller, dessiné par Dustin Nguyen et encré par Derek Fridolfs (les deux étant généralement inséparables). À noter que Dustin Nguyen s’est chargé des images peintes présentées dans ce Showcase (à la manière d’un L’il Gotham), ce numéro #13 de la série Batgirl pré-New 52 présente Stéphanie Brown, en « pause », le soir de la Saint-Valentin. Du moins, c’est ce qu’elle espère, jusqu’à ce qu’elle tombe sur le cadavre d’un homme visiblement attaqué par un « homme-bête », d’après la description des témoins alentours.

Grand « mal » lui en fasse, puisque dans son enquête, elle va découvrir que le fameux meurtrier n’est autre que le « familier » de Klarion, le Witch-Boy, surtout connu pour être là où on l’attend le moins, ni vraiment gentil, ni vraiment méchant (par contre on l’a récemment vu en vilain dans la sérié animée Young Justice). Klarion a transformé son chat Teekl (car ouais, c’est un chat à la base) en forme humanoïde pour qu’il évite de courir les femelles partout et s’intéresse plutôt à son maître (oui c’est assez curieux comme manière de régler le problème, mais Klarion n’a pas vraiment compris comment ça marchait je pense).

Seulement, la bestiole est partie en live total et a échappé au contrôle de Klarion. Après un périple pour le retrouver (malgré la réticence du jeune sorcier qui finalement décide d’écouter Stéphanie, ceci juste après l’avoir miniaturisée et enfermée dans une boule magique… ce qu’il corrige quelques instants plus tard), Batgirl suggère au Witch-Boy que le seul moyen pour calmer son familier est finalement de le laisser trouver « l’amour » (une façon polie de dire : laisser libre-court à ses pulsions sexuelles…). Le magicien téléporte tout le monde dans son univers, Limbo, et ils se mettent à la recherche d’une femelle pour Teekl. Après que Stéphanie s’est remise du voyage, puisque la téléportation peut avoir quelques effets secondaires désagréables…

Évidemment, avec sa chevelure blonde et sa forte tendance à s’étonner du regard méfiant qu’ont les autres habitants de ce monde envers elle, elle finit par s’attirer des ennuis. En effet, les « non-sorciers » comme ils les appellent, sont interdits au sein de ce royaume. Cela suffira à Klarion, qui profitera de la distraction pour capturer une femelle d’une des habitantes et l’enfermer avec Teekl pour que les deux petits animaux copulent en toute joyeuseté.

Une fois l’affaire réglée, et que Klarion ait ramené Stéphanie à bon port, ils ont le choix de passer le reste de la soirée ensemble… Chose un peu délicate vu la différence des deux protagonistes (à noter qu’à ce stade, on a complètement oublié qu’il y a eu un mort au début de l’histoire, mais soit…). Mais cela est sans compter l’arrivée « d’amis » de fac de Stéphanie qui commencent à lui faire des réflexions désobligeantes sur la teneur de son prétendu petit ami… À savoir Klarion, qui prend un peu mal la remarque et s’apprête à transformer une des filles (prénommée Johanna) en grenouille, pour lui apprendre la vie.

Stéphanie réagit aussitôt en embrassant Klarion, le stoppant dans sa course. On fait ce qu’on peut avec les moyens du bord, mais elle ne peux pas s’exposer avec un magicien sans soulever trop de question et mettre en péril son identité secrète… Car là, elle se balade sans problème en Stéphanie et non en BatgirlKlarion, surpris, se laisse faire bien qu’il trouve tout ça un peu répugnant. Ce qui ne l’empêche pas de finalement rester à flâner avec Stéphanie encore un peu. Après tout, les problèmes avec son chat ont été réglés sans souci et il lui doit bien ça… Mais il transformera Johanna en grenouille quelques minutes plus tard… (voir la page ci-dessus)


En image bonus, un autre petit souvenir de l’époque pré-New 52, où Stéphanie et Red Robin ont partagé une belle histoire qui s’est, hélas, plus ou moins terminée abruptement une fois le reboot arrivé (même si l’eau n’était pas toute claire entre eux sur la fin, mais en terme de comparaison, leur relation était similaire à celle de Dick et Barbara). Je me la joue un peu DC Fan Art avec cette image, il s’agit d’un dessin peint à la guache par l’artiste Nick Perkes, qui l’a fait pour symboliser la « fin » de leur histoire lors du reboot. Histoire qui renaîtra de ses cendres dans Batman Eternal ? Peut-être…

the_old_dcu___tim_drake_and_stephanie_brown_by_nick_perks-d5nn1r9