[Review VO] Suicide Squad Vol. 1: Kicked in the Teeth 1
Les points positifs:
  • Une équipe qui prend vite ses marques
  • Une Harley Quinn en grande pompe !
  • Amanda Waller a maigri (pour les pervers)
Les points négatifs:
  • Parfois immoral
  • Amanda Waller a maigri (pour les conservateurs)
  • Pas de points neutres (pour ceux qui s’en foutent)

“I’ve seen scary. And you ain’t got his smile.” – Harley Quinn


  • Scénario : Adam Glass – Dessin : Federico Dallocchio, Clayton Henry, Ransom Getty, Andrei Bressan, Cliff Richards, Ig Guara, Scott Hanna – Couleur : Val Staples, Hi-Fi, Allen Passalaqua


Amanda Waller, femme du gouvernement américain qui aime les initiatives musclées, vient de former une nouvelle équipe de terrain qu’elle pourra utiliser comme bon lui semble : le Suicide Squad. Oui, le nom est d’une clarté sans pareille. Des hommes et des femmes (on aime la parité) prêts à servir de chair à canon pour la patrie ! Mais à quoi bon utiliser de vrais agents de terrains honnêtes si on peut piocher directement chez les criminels névrosés et les rejetés de la société ? Hop, Amanda va taper directement dans la case “super-vilains”. Au préalable, il faudra quand même leur faire subir quelques tests de loyauté, faut pas déconner non plus. Loyauté forcée hein, à coup de micro-bombe insérée dans leur crane, entre autres. Sinon comment voulez-vous qu’ils suivent les ordres ?! Ensuite, ils sont affectés à leur première mission, qui a tout ce qu’il y a de plus réel: la liquidation pure et simple de gens enfermés dans un stade en proie à un virus étrange (oui bon, des zombies quoi…). On ne s’embarrasse pas des détails avec le Suicide Squad.

suicide_squad_vol01_2

Ce titre n’est pas un concept nouveau dans l’univers DC. Il y a eu plusieurs incarnation de l’équipe. L’idée était la même : un groupe de super-vilains malléables (ou presque) et dirigé par la dure Amanda Waller. A ceci près que la chère Amanda a décidé de suivre un régime dans cette nouvelle timeline. Sans doute parce que ça le faisait pas d’avoir une “rombière” à la tête d’un groupe de psychopathes, ça donnait une mauvaise image des personnes en surpoids sans doute. Ou c’était moins vendeur, ne soyons pas naïf. Je ne vais pas m’étendre plus longtemps sur le sujet, ça a déjà fait assez couler d’encre comme ça ! Presque autant que le pantalon de Wonder Woman, c’est dire ! Oui, on aime suivre des sujets aussi passionnant que dans la presse people dans le monde des comics, c’est notre droit après tout…

Ce titre, écrit par Adam Glass, démarre par une présentation rapide de chaque membre de l’équipe, avec un plus gros focus sur certains personnages comme Deadshot (le leader, qui aime jouer avec les flingues à longue portée), Harley Quinn (la copine de monsieur J.), et El Diablo (qui heu… je ne connaissais pas celui là, tiens…). Les autres membres étant King Shark (un homme requin “connu” de l’univers DC), Black Spider (ancien ennemi repenti de Batman, qui n’a rien à voir avec Spiderman… quoique depuis le numéro #700 de Amazing Spiderman, on peut peut-être revenir sur cette affirmation) et Voltaic (je sais pas qui c’est non plus, mais on s’en fiche, il va mourir très vite, oui je spoile, mais je ne vous dis pas comment il meurt !).

suicide_squad_vol01_1

Malgré toutes ces têtes, il est finalement assez facile de rentrer dans le titre. Comme quoi, quand on fait bien les choses et surtout qu’on prend le temps de le faire, peu importe le nombre de personnages à l’affiche, ça donne un résultat concluant. N’est-ce pas Cornell ? Aussitôt le premier numéro passé, l’équipe est envoyé sur le terrain pour leur première mission suicide : un terrain de football cloisonné dans lequel un virus s’est propagé. Transformant les gens en zombie. Grands dieux comme c’est original ! Mais ne boudons pas notre plaisir, le titre nous sert avant tout de l’action bien sanglante affichant une équipe sans pitié et se souciant peu de la vie des “dommages collatéraux”. C’est peut-être par moment légèrement exagéré. Mais la dynamique de l’équipe se met très vite en place, et ceci, malgré les morts et les remplaçants (c’est des missions suicides en même temps). On se demande parfois où se trouve la morale de l’histoire, mais je pense qu’il est surtout important d’admettre qu’il n’y en a pas.

Et pourtant, Glass arrive par moment à nous effleurer avec ses personnages. Comme ce Deadshot qui se voit accorder la visite d’une petite fille qui semble l’adorer, où cette Amanda Waller qui, dans un moment de désespoir, appelle quelqu’un de proche semble-t-il, comme pour lui dire aurevoir. Bien sur, on a déjà vu ça ailleurs, je le concède, mais c’est tellement inattendu et tellement en décalage avec le reste de la BD que ça en devient agréable. A l’issu de ce premier tome, il reste plein de mystère en suspend sur deux trois personnages. King Shark par exemple, est très peu développé. Mais il faut se poser la question : est-ce vraiment utile de développer le background d’un requin humanoïde qui ne pense qu’à bouffer des gens ? On sait justement qu’il a un appétit féroce qu’il a du mal à contrôler, pour l’instant ça suffit. Mais on sent que l’auteur veut nous emmener quelque part avec chacun d’entre eux (du moins, ceux qui ne meurent pas dans le processus…).

suicide_squad_vol01_4

Le tout est appuyé parfois d’un humour bien glauque, mais qui reste subtile car il n’y aucun abus (c’est pas du Liefeld ou du Miller sous acides les mecs, soyez rassurés). Dans tout les cas, Adam Glass maîtrise totalement la caractérisation de ses personnages. Et il l’appuie fermement dans les numéros #6 et #7 qui sont centrés sur Harley Quinn. Une simple histoire en deux parties mais qui reste absolument jouissive. On revient notamment sur les origines de la belle qui ont légèrement changé (mais pas trop) et on y voit le Joker bien plus que dans toutes les séries Batman réunies (du moins à l’époque, aujourd’hui l’event Death of the Family change un peu la donne, à l’inverse…). Et un bon Joker. D’ailleurs, je trouve que Glass arrive à rendre un peu plus crédible le côté déjanté d’Harley, mais je vous laisse le plaisir de la découverte. Seul bémol, on finit le tome sur un cliffhanger qui fait bien mal (dans tout les sens du terme, surtout pour le personnage concerné), bien que ça clôture tout de même l’arc narratif centré sur Harley.

Pour les dessins, malgré la tonne de dessinateurs qui ont composé la série jusqu’ici, je dois dire que très étonnamment, ils sont assez constants et font de la qualité. On remarquera peut-être rapidement par endroit des visages bizarres, mais rien de bien violent. C’est assez agréable en tout les cas. Et l’action est bien rendu. Un plaisir. On peut aussi revenir sur le nouveau design d’Harley Quinn. J’étais septique à la base, j’avais peur qu’avec son nouveau look, ils en viennent à dénaturer un peu plus le personnage, mais il n’en est rien. Ouf ! Et finalement, je le trouve pas si mal ce nouveau look !

suicide_squad_vol01_3

J’ai adoré cette série. Pleine de charme et de testostérone. Mais finalement pas si idiote et qui permet un développement riche de situations cocasses et de personnages qui le sont tout autant, mais avec du sang partout ! Adam Glass fait un super boulot d’introduction et nous plonge au coeur de l’équipe avec le plus grand des plaisirs. Un grand turn-over est prévu pour les personnages au fil des numéros, et cela commence dès ce premier tome. Espérons que cela ne gâche pas la sauce, pour l’instant ce n’est pas le cas, et que tout ce qui a été développé ici soit conservé le plus longtemps possible ! Bref, lisez cette série, c’est un ordre !

12 Commentaires

  1. Je te trouve très gentil avec la série, Freytaw. Je me suis essayé à Suicide Squad en suivant le premier arc et honnêtement tout ce que j’y ai vu c’est une équipe “faussement dark et faussement politiquement incorrecte” de méchants qu’on ne savait pas trop où caler et une Harley Quinn post-arkham qu’on a collé là pour faire du Fan-Service et tenter d’attirer le lecteur de Batman. Et Amanda Waller n’a plus grand chose du personnage qu’elle était (mais là c’est le conservateur qui parle.)

  2. J’ai plutôt bien aimé moi ! par contre le “immoral” en négatif c’est plutôt étrange pour une série faisant appel à des “vilains”, j’ai trouvé que c’était plutôt un point positif.

  3. Après, j’ai pas la prétention d’être objectif. Personnellement, j’ai adoré le traitement de cette série. Ce n’est qu’un début certes, mais il y a quand mêmes des passages, même sans être d’une violence imbuvable, qui te rappelle quand même que tu as affaire à des salopards (enfin surtout Deadshot quand on y pense). Ensuite forcément, tu as certains personnage comme El Diablo qui viennent contrebalancer ce coté Dark, heureusement. Et Harley, dommage que tu ne l’ai pas plus appréciée que ça, mais elle brille sur les chapitre 6 & 7 cependant, elle dévoile vraiment son potentiel à ce moment là, je ne sais pas si tu es allé jusque là. Après je suis fan, alors peut-être que le “service” a fonctionné :p

  4. @Monarque

    Oui, ce que tu dis à du sens. Mais ce qui me “gêne” (bien que le terme soit un peu fort), c’est que j’aime bien retrouver quand même un message derrière une histoire, que ce soit tiré d’un comics ou autre. Ici, j’ai juste l’impression que le message c’est : “défoncez tout le monde, vous en sortirez vainqueur”. Maintenant, ça colle parfaitement au titre ! :)

  5. Mon avis est aussi très subjectif, après je comprends que ça puisse plaire à une certaine tranche de lecteurs, je n’irai pas jusqu’à dire qu’il s’agit d’une mauvaise série, mais je la considère comme l’une des séries “moyennes” des new 52, on est clairement pas dans le haut du panier. Perso j’ai trouvé Harley plus intéressante dans les tie-ins de Death of The Family.

  6. Je n’y suis pas encore, mais j’en attends beaucoup de ces tie-ins ! Je lis maintenant au rythme des parutions TPB.
    Harley a un peu tout connu avant le relaunch, surtout dans la série Gotham City Sirens. Je suis très intrigué de voir où ils vont l’amener.

  7. Tu devrais aimer, je trouve les tie-ins plutôt sympas. Et bon c’est quand même intéressant de voir comment Harley trouve ce “nouveau” Joker. Après on peut sûrement reprocher à Death of the Family d’empêcher le titre suicide squad de partir vers un nouvel arc mieux construit. (Même si c’est la même chose avec 80% des titres de la bat-family qui deviennent des faire-valoir de la série de Snyder à chaque “event”…)

  8. Ca c’est un peu le problème “commerciale” lié à ces events… Tant que c’est que sur un numéro, on fait avec, m’enfin bon, c’est vrai que c’est parfois dommage quand ça tombe en plein milieu d’un arc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.