On se retrouve comme chaque semaine pour les Highlights, le bilan de nos lectures hebdomadaires chez DC Comics, avec en l’occurrence les sorties du 17 novembre 2020, qui signe la fin d’Aquaman et de Teen Titans.

LES VALEURS SURES

Highlights de la semaine #105 1

Aquaman #65

Collection : Rebirth

Scénario : Kelly Sue DeConnick

Dessins : Miguel Mendonça

C’est la fin du run Kelly Sue DeConnick et vraisemblablement du titre Aquaman, pour le moment. La scénariste amorce une bataille grandiose pour l’apogée de son run, mais elle évite finalement de remplir son dernier numéro de bagarre : après un coup de poing, on passe aux discours sur le bien d’Atlantis et pourquoi Orm est un manipulateur. Ça aurait donc pu être bien mieux, mais les choses qui sont dites sont importantes, il y a une volonté d’évolution de toute la cité (même si on sait que ce sera forcément de courte durée) et c’est bien dessiné, tout simplement. La dernière partie de ce final est le fameux mariage qu’on nous avait promis, qui se fait un peu à l’arrache, loin de la cérémonie royale attendue. C’est une bonne chose puisque ça leur ressemble plus et que nous avons franchi une étape importante dans l’histoire d’Atlantis, la fin de la monarchie. Un tournant pour Arthur Curry.

– Sledgy7

Highlights de la semaine #105 2

Rorschach #2

Collection : Black Label

Scénario : Tom King

Dessins : Jorge Fornés

Le premier numéro de Rorschach m’avait laissé sur un sentiment assez positif, malgré des défauts flagrants et gênants. Je dois avouer qu’à première vue, ce deuxième épisode me séduit encore davantage. La faute d’abord à Jorge Fornés, qui est comme à son habitude extraordinaire, dans son dessin comme dans sa construction des planches. Aucune page n’est en-dessous, bâclée ou rushée. Il met une fois de plus très bien en image le travail de notre ex-agent de la CIA favori et l’ambiance de thriller néo-noir recherchée par le scénariste… et bien plus encore, on appréciera cette double-page de comics dans le comics, dans un style reconnaissable entre milles. On peut dire ce qu’on veut de Tom King, mais très souvent, il sait s’entourer en terme d’illustration…

Nous ne sommes pas beaucoup plus avancés dans l’intrigue de cette maxi-série en 12 numéros avec ce deuxième volet (et comme je l’ai déjà dis : il faudra sans doute véritablement attendre Rorschach #12 pour jauger de la qualité de l’œuvre qui, rappelons-le, a été écrite d’une traite). On peut évidemment discuter de la pertinence de fond de ce deuxième épisode, et notamment, après le clin d’œil déplacé du #1, de la pertinence de l’hommage masqué à Steve Ditko, le créateur implicite de Rorschach via The Question. Des hommages visuels explicites à la vie de reclus, en passant par un date qui ressemble fort à celui de Peter Parker et Gwen Stacy, Ditko est partout. Si c’est moins maladroit que dans le premier épisode, nous restons en droit de nous interroger sur ce que King cherche à faire ici dans sa dimension méta. Pris comme une suite de Watchmen, cela décevra sans doute. Mais en tant que crime-comics, Rorschach est plutôt efficace, notamment grâce à une excellente partition visuelle. N’étant pas vraiment fan de Watchmen, je laisserai d’autres à la rédaction s’exprimer là-dessus. Mais en tant qu’amateur de romans et de films noirs, je reste assez séduit.

– myplasticbus

Highlights de la semaine #105 3

Catwoman #27

Collection : Rebirth

Scénario : Ram V

Dessins : Fernando Blanco

L’arrivée de Ram V sur le titre a été une très belle surprise et un renouveau certain pour le personnage. Et ces deux derniers numéros continuent sur la même lignée. Catwoman renoue avec ses origines, bien plus proche de la rue et ses occupants que des villas qu’elle parcourait ces derniers temps. L’auteur utilise judicieusement les événements de Joker War (c’est bien le seul…) pour pimenter le scénario d’un nouveau personnage mystérieux, Father Valley. Celui-ci est utilisé avec parcimonie et laisse au lecteur l’envie de le découvrir un peu plus à chaque numéro. Parallèlement, on peut suivre les événements du quartier d’Alley Town, corrompu par plusieurs gangs et autres flics ripoux que Selina souhaite éradiquer. C’est bien écrit, bien dessiné, les personnages sont classiques mais correctement caractérisés.

On se demande cependant souvent où est l’Homme chauve-souris, qui laisse des tueurs et des dealers se balader tranquillement dans sa ville sans rien faire depuis un certain temps (ce qui contredit d’ailleurs complètement ce qu’il dit dans son titre solo cette semaine). Mais cela n’empêche absolument pas d’apprécier le titre. A conseiller autant aux amateurs de récits de gangsters qu’à ceux qui veulent retrouver Catwoman dans un rôle qui lui va nettement mieux que ses dernières aventures.

– Justafrogg

Highlights de la semaine #105 4

Justice League #57

Collection : Rebirth

Scénario : Joshua Williamson

Dessins : Xermanico

Lorsque j’avais vu les premières sollicitations de l’arc Doom Metal par Williamson, je fais partie de ceux qui se sont dit « Pitié, pas ça ». Laissez-moi vous dire que j’ai eu bien tort. Cet arc est en définitive l’un des meilleurs éléments qui sortira du blockbuster de Snyder. Oh, n’allez pas dire ce que je n’ai pas dit : on est loin d’être dans un classique de l’histoire des comics. On est loin d’être sans l’excellence, même. On garde toujours les dialogues un peu aux fraises habituels au scénariste. Mais Williamson est parvenu à injecter beaucoup de cœur et d’inventivité qui laissent un plaisir certain à la lecture. 

Ce numéro final, malgré ses limites évidentes, garde cet esprit authentique, qui nous aide à passer un bon moment. Malgré un discours sur la League et l’héritage  un peu déjà-vu, qu’on connait maintenant très bien, Williamson arrive à l’apporter d’une manière touchante et organique. Aussi, c’est une joie de revoir Nightwing dans une véritable position de leader, que l’on peine à voir ces derniers temps. Entre son écriture de Wally dans Speed Metal et celle de Nightwing ici, on sent l’amour du scénariste pour ces personnages de l’héritage DC, et on en viendrait presque à l’imaginer sur une série Titans… mais pas trop non plus, on sait combien il est capable du pire comme du meilleur !Autrement, Xermanico nous livre des dessins somptueux, qui sont un régal pour les yeux et aident à faire passer certains passages un peu léger sur le scénario (comme cet affrontement avec la Legion of Doom). Là où il reprend les pages dans Death Metal #5 par Capullo à sauce, et s’en sort mieux que le maître. Bref, au final, ne faites pas toujours confiance aux sollis : on peut parfois être surpris par des projets qui semblaient abyssalement nuls sur le papier !

– myplasticbus

Highlights de la semaine #105 5

Nightwing #76

Collection : Rebirth

Scénario : Dan Jurgens

Dessins : Ronan Cliquet

Et voilà, enfin, après 2 ans à souffrir, la confrontation entre Nightwing et KGBeast. On l’aura attendu cet épisode. Et est-ce que tout ça en valait la chandelle? Absolument pas. Alors oui cet épisode est beau. On retrouve bien notre Nightwing. J’ai l’impression que même Ronan Cliquet prend du plaisir à faire ces planches tant je ne l’ai jamais trouvé aussi bon. Jurgens en profite pour faire un peu de ménage et nous apporte une fin d’un classique dans la vie d’un super héros mais qui est tellement nulle à lire à chaque fois. C’est dommage d’en arriver là. A la limite, jouer sur des sentiments qu’avait notre héros avant la balle et ceux pendant l’amnésie et on avait un truc à gérer. Mais non. On va au plus simple. Mais pourquoi? J’espère que ce ne sera pas pour rien. Mais l’épisode est un bon moment de lecture.

– James Edge Grayson

DECEPTIONS

Highlights de la semaine #105 6

Teen Titans #47

Collection : Rebirth

Scénario : Robbie Thompson

Dessins : Javier Fernandez

C’est fini, ça y est. Le pire titre du Rebirth s’achève enfin, sans même atteindre le #50 comme les autres. Après le gimmick nul de s’affronter entre eux, les jeunes héros ne savent plus quoi faire sans Damian Wayne pour leur faire commettre les pires atrocités, mais ils rencontrent Nightwing. La meilleure chose dans ce numéro est donc de revoir les anciens Titans accueillir cette team dans leur tour, mais sinon on reste sur un non-événement. C’était pas bien, voire scandaleux par moments, et il était temps que ça cesse.

– Sledgy7

Highlights de la semaine #105 7

Dark Nights : Death Metal #5

Collection : Rebirth

Scénario : Scott Snyder

Dessins : Greg Capullo

Le plus grand blockbuster de la saison hivernale est de retour cette semaine pour un numéro officiel (hors tie-ins multiples). Et encore une fois, les proportions se veulent gigantesques, avec quelques éléments assez forts. Je pense notamment à cette scène où des dizaines de héros DC se rassemblent sur le champ de bataille, que toute bonne série de comics à grand spectacle se doit d’avoir, et qui fait toujours son petit effet. 

Malgré tout, les défauts de Death Metal sont peut-être plus criants que jamais sur ce cinquième épisode. Le gros de l’affaire reste du mambo-jambo et une bouillie magico-scientiste qui laisse songeur. On a du mal à comprendre les projets réels de Luthor, sinon que « Ta gueule, c’est Metal ». Une fois de plus, le numéro manque cruellement d’impact émotionnel, et on traverse le numéro sans véritablement ressentir quelque chose. On manque même de ces moments complètement énormissimes et stupidement funs qui laissent sans voix, qui ont fait le léger charme coupable de Death Metal. Même Castle-Bat, qui aurait pu représenter cela, laisse pantois. 

Ce numéro 5 est un épisode de transition qui nous mène doucement vers la grande bataille finale, mais ne raconte pas grand chose. Et malgré ma bienveillance naturelle, ce n’est pas suffisant.

– myplasticbus

Highlights de la semaine #103 -Sweet Tooth, Batman, DCeased...) 7

Batman #103

Collection : Rebirth

Scénario : James Tynion IV

Dessins : Carlo Pagulayan, Danny Miki, Guillem March

Encore une fois, la nouvelle livraison de James Tynion IV sur Batman n’est pas mauvaise en soi. Sérieusement, il n’y a rien de terriblement infect là-dedans. Mais c’est juste… vraiment quelconque. Moyen. Ce nouvel épisode est assez vite lu, vaguement plaisant, mais surtout vite oublié, et ne reste qu’un sentiment assez fade. Batman sous Tynion IV ressemble à ce pote que vous voyez de temps en temps, qui est assez sympa en soi, mais une fois que vous allez boire un verre avec lui, vous vous rendez compte qu’il n’est pas hyper intéressant et raconte toujours la même chose, réinventant le couteau à couper le beurre en se croyant malin. Au point qu’il finit par être presque un peu agaçant. 

Si vous aimez les scènes de baston, vous serez servis : c’est à peu près tout ce qu’il y a à ce mettre sous la dent dans ce numéro. Les scènes d’humour ne sont pas drôles, le propos est didactique à crever, et le tout ennuie passablement. Ghos-Maker, derrière son design plutôt cool, n’est encore que le 28è anti-héros qui trouve que Batman n’est pas assez efficace, alors qu’en fait, Batman est beaucoup plus intelligent que ça. C’est d’une triste banalité. Ceux qui découvrent le chevalier noir seront sans doute heureux, et tant mieux. Ceux qui ont plus de bouteille peineront probablement à y trouver de l’intérêt.

– myplasticbus

Highlights de la semaine #105 2

Rorschach #2

Collection : Black Label

Scénario : Tom King

Dessins : Jorge Fornés

– myplasticbus

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.