Harley Quinn, Harleen de son vrai prénom, c’est un peu le personnage à tout faire. Il est même devenu au fil des années un personnage poubelle, que l’on sort juste pour des histoires vides histoire de se faire de l’argent. Et pour les fans d’un peu longue date, cette situation fait mal au coeur, mais Harleen nous promettait plutôt de belles choses pour le personnage.

Alors, Stjepan Šejić a-t-il su relever le niveau ?

Harleen, une longue histoire d’amour pour Stjepan Šejić

Pour remettre les choses un minimum dans l’ordre, il faut savoir que l’auteur et illustrateur Stjepan Šejić a une longue histoire d’amour envers le personnage de Harley Quinn. Après avoir inondé les réseaux d’illustrations, ou de planches pour des projets personnels en lien avec le personnage, il a pu faire ses armes chez DC Comics. Il a travaillé sur Harley Quinn à diverses reprises en allant de Suicide Squad à un peu de Dark Nights Metal, et puis la consécration est arrivée. DC Comics a enfin donné à l’artiste la main pour écrire sa propre histoire de Harley Quinn, via le Black Label, qui se veut plus mature que la ligne principale.

Connaissant l’intérêt de Stjepan Šejić pour le personnage, tous les yeux étaient tournés vers son Harleen. Et honnêtement, dès le premier numéro, il était clair que l’on avait un récit différent des autres en cours. Point de récit idiot, de blagues vaseuses, de comportement outrageux. Ici, nous suivons la descente en enfer du docteur Harleen Quinzel. Nous suivons son travail, ses pensées, ses doutes, en découvrant des forces mais aussi des failles, des fêlures qui vont profiter au Joker. Le Joker, le patient qui pourrait permettre de valider la thèse de la docteure.

L’évolution du personnage est plutôt crédible, même si parfois un peu légère. Mais il est clairement plaisant de se retrouver dans la psyché de Harleen Quinzel, et ne pas découvrir ce personnage via Harley Quinn. Un personnage qui voudrait sauver et faire le bien, se retrouvant prise à son propre piège. Que ce soit le développement de sa thèse, qui est plutôt intéressante, les dérives de ses rêves, le développement de ses sentiments, tout est vraiment intéressant à lire.

Review VF - Harleen 1

Un artiste qui sublime son personnage

Qui plus est, si l’histoire est intéressante, couplez la avec de sublimes planches et le tour est joué. C’est le cas ici. L’artiste utilise des compositions originales pour ses planches au gré de ses envies et des pans de personnalités explorés chez le personnage. Par moment certains visages semblent moins expressifs, mais on parvient quand même entre le texte et les pages à bien s’immerger dans le récit.

Ses designs de personnages sont également agréables car assez classiques. Il ne fait pas dans la sur-originalité, la ré-invention. Il utilise des codes qui ont déjà fait leurs preuves et ça marche très bien. Cela nous permet d’ailleurs de nous concentrer sur la seule Harleen Quinzel sans qu’aucun autre personnage secondaire ne puisse lui voler la vedette.

Une romance fantasmée devenue presque réalité

Cette histoire est de très bonne facture tant en terme d’écriture que de planches intérieures. Mais là où il réussit son pari, c’est que Stjepan Šejić n’utilise pas d’artifices dans ses propos. Il veut une Harleen Quinzel qui tend à prouver sa thèse sur le mal de Gotham, mais qui se perd dans les méandres de la folie du Joker. Et là, il peut contenter beaucoup de gens.

La « romance » entre le Harleen et le Joker, bien que forcée-sincère-on ne sait pas-jouée-fantasmée, est utilisée à bon escient. Elle permet de faire craquer l’enveloppe professionnelle du personnage de Harleen, qui a déjà par le passé eu des relations plus qu’amicale sur le lieu de travail. Cette fois-ci c’est avec un patient, qui petit à petit va semer des petites graines dans la tête du personnage. Et pour une fois, bien qu’elle ne soit pas l’instigatrice de l’évasion du Joker, sa chute, sa transformation en Harley Quinn se fait de manière très sensible et réelle. Sa brisure est nette.

Review VF - Harleen 2

Ce récit est vraiment une réussite de la part de Stjepan Šejić malgré quelques petits défauts ça et là. Il donne de nouvelles lettres de noblesse au personnage de Harleen Quinzel et c’est agréable. Il n’en est que plus décevant de savoir qu’il ne prolongera pas l’aventure, ni avec elle, ni avec Poison Ivy, alors que son aperçu ici est très plaisant également. Si vous aimez le personnage, vous pouvez lire Harleen, et enfin ne pas regretter d’acheter du Harley Quinn.

Excellent / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Une belle interprétation du personnage
- L'empathie conduit parfois au pire
- Des planches superbes
Les -
- On n'aura jamais Poison Ivy comme ça
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}