Une semaine riche en highlights ! Ça fait plaisir !

Grâce aux sorties du 22 janvier, nous avons pu faire le plein de lectures VO, et c’est plutôt une semaine agréable. Les titres semblent se hisser vers le haut, et la qualité est au rendez-vous. Cependant, certains numéros spéciaux comme Wonder Woman #750 sont plutôt à la déception qu’à la joie.

Et vous, quel est votre bilan de lecture ?

LES COUPS DE COEUR

Highlights de la semaine #74

Far Sector #3

Collection

Rebirth

Scénario

N.K. Jemisin

Dessins

Jamal Campbell

 

Ce troisième numéro de Far Sector marque un tournant énorme dans la série. Et dans la manière dont je l’appréhende. Si, jusqu’à maintenant, le scénario nous présentait un thriller policier efficace mais classique, on se retrouve ici avec une critique sociétale et une réflexion très intéressante sur les concepts de paix et de maintien de l’ordre. On ne s’y attend pas. Les références directes à l’histoire des USA rendent le discours encore plus profond. Les camps d’internement des Nippons pendant la seconde guerre mondial, le Vietnam, le traitement des Afro-Américains, le nationalisme de Trump. Tant d’événements qui résonnent avec l’histoire proposée. Tant d’événements qui font s’interroger sur les méthodes de préservation de la paix. L’héroïne s’interroge. Nous également. Est-il nécessaire de réprimer les opinions contraires ? Y a-t-il réellement un meilleur camp ou une meilleure idéologie ? Ce numéro illustre à merveille tout cela avec des concepts basiques mais efficaces. Les Green Lantern, police de l’espace, sont enfin confrontés aux mêmes problématiques que les forces de l’ordre sur Terre, aux États-Unis, en France, ou ailleurs. Far Sector, en plus de ses dessins sublimes et de son scénario captivant, se dote maintenant d’un message politique et universel. Un immanquable de cette semaine.

– Justafrogg

LES VALEURS SURES

Highlights de la semaine #74

Basketful of Heads #4

Collection

Hill House Comics

Scénario

Joe Hill

Dessins

Leomacs, Dan McDaid

 

Dans ce quatrième numéro Basketful of Heads continue à un rythme beaucoup plus rapide que les précédents, il se passe pas mal de choses en très peu de temps, même si malheureusement pour l’instant le scénario n’avance pas énormément. Mais on s’attarde un peu sur ce que ressent June et ça c’est intéressant, car après tout ce qui lui est arrivé, il y a de quoi perdre un peu la tête (je suis extrêmement fier de ce jeu de mot). Quoiqu’il en soit le numéro a toujours des dessins qui fonctionnent totalement, les artistes font un super boulot. Et la série garde un feeling de slasher des années 80 que j’aime beaucoup. Néanmoins avec ce numéro je me dis que Basketful of Heads serait sans doute plus appréciable à lire en relié, l’intrigue étant très concentrée et se passant sur une seule nuit.

– Claygan

Highlights de la semaine #74

Batman #87

Collection

Rebirth

Scénario

James Tynion IV

Dessins

Guillem March

 

James Tynion IV continue de lancer son intrigue explosive. Après sa confrontation avec Deathstroke, Batman poursuit Cheshire. Bon prétexte à ralentir notre intrigue et permettre de placer quelques nouveaux pions, à savoir le Pingouin. On pourrait placer quelques réserves sur la simplicité de l’épisode reposant pour beaucoup sur cette course-poursuite intense. Comme présenté dans la Review du Batman #86, cette nouvelle gestion du titre n’a pas la même présomption. James Tynion IV ne va pas réinventer Batman. Il semble néanmoins parvenir à créer de la vie dans cette Gotham en reconstruction. Il remet en avant le personnage du Pingouin, sous la forme d’un ennemi particulièrement cruel. Le changement d’artiste aurait pu laisser repousser. Le style singulier de Guillem March rompt avec celui de Tony Daniel. Néanmoins, ce numéro est d’une grande qualité visuelle – si vous tolérez quelque peu cette représentation stéréotypée, voir caricaturale, du super-héros. Dans sa mise en page dynamique, Guillem March brise le format de la case pour une lecture plus fluide. Ne reste qu’à espérer que les plans de Tynion IV pour Batman soient aussi finement ficelés que ceux de ses Detective Comics.

– Watchful

Highlights de la semaine #74

Batman : Curse of the White Knight #6

Collection

Black Label

Scénario

Sean Murphy

Dessins

Sean Murphy

 

Sean Murphy continue de revisiter l’événement Knightfall. Croisé avec une étrange histoire médiévale de Gotham, aux retournements de situations, certes, cruellement simples, mais sacrément osés, l’auteur de White Knight poursuit sa relecture de Batman avec audace. En plus de son amour pour la version 90’s du personnage, Sean Murphy appuie avec ce sixième numéro le manque total de subtilité du titre. Un manque, étrangement plaisant. Ce qui apparaît inévitablement comme un défaut fait la part belle à ce titre, qu’il faut voir comme décomplexé, assument une forme de fan-service revisitant la dimension chevaleresque de Gotham. Plus le récit progresse, plus il semble être ce que le jeu vidéo Arkham Knight aurait dû être. On y retrouve ce même malin plaisir à voir un artiste jouer avec nos personnages, s’octroyant tous les droits. Si le troisième numéro a déjà divisé le lectorat en deux parties distinctes, ce sixième ne va faire que renforcer ce clivage de plus en plus visible. Qu’on adhère ou non à cette vision discutable, ce nouveau numéro ne vous laissera pas indifférent.

– Watchful

Highlights de la semaine #74

John Constantine Hellblazer #3

Collection

Rebirth

Scénario

Simon Spurrier

Dessins

Aaron Campbell

 

Constantine termine son tout premier arc et il n’y a rien à dire c’est vraiment très bon. La partie graphique fonctionne toujours et est en parfait adaptée au propos et au ton de la série. Du côté de Constantine celui-ci est toujours fidèle à lui même et le scénariste fait toujours un très bon boulot en l’écrivant. De plus ce qui est vraiment intéressant avec cette conclusion c’est qu’au final, tous ses événements surnaturelles trouvent leur origine dans un acte tristement humain. Et c’est ce qu’on retient à la fin il y a un aspect très terre à terre malgré la présence de ces éléments surnaturels. Une vraie réussite et j’ai vraiment hâte de voir ce qui nous attend pour la suite.

– Claygan

Highlights de la semaine #74

Batman – Superman #6

Collection

Rebirth

Scénario

Joshua Williamson

Dessins

David Marquez

 

Le combat contre les Infectés est terminé, du moins en ce qui concerne cette série. Cet épilogue a quelques qualités que les autres numéros n’avaient pas. Le duo remet en question leurs méthodes et leur façon de traiter leurs collègues de la Justice League grâce à une intervention de Wonder Woman, qui en a ras le cul de leurs conneries, en gros. On arrête donc les cachotteries, en espérant que ce développement tienne (pas comme dans Flash, du même auteur). Le discours face à Gordon fonctionne, et la narration de Marquez en miroir ajoute beaucoup à la réussite de ce numéro. Ça va en valeur sure pour l’effort, mais on est surtout content de passer à autre chose, même si ressortir un anti-World’s Finest avec Ra’s et Zod est ultra-bateau.

– Sledgy7

Highlights de la semaine #74

Batman Beyond #40

Collection

Rebirth

Scénario

Dan Jurgens

Dessins

Sean Chen

 

Depuis l’arrivée de Batwoman, mon intérêt pour ce titre s’est relancé et nous découvrons enfin son identité ici. Le mystère était bien entretenu et la réponse est satisfaisante, d’autant plus qu’on arrive à le deviner seul juste avant la révélation. C’est écrit avec pas mal de raccourcis, mais la trame avance bien, il y a de l’action, des personnages intéressants et des liens avec tout le run. Bref, dans une période où beaucoup de titres me déçoivent, ce Batman Beyond est bien sympathique.

– Sledgy7

Highlights de la semaine #74

Superman #19

Collection

Rebirth

Scénario

Brian M. Bendis

Dessins

Ivan Reis

 

Après un numéro très efficace où Superman a révélé son identité au monde, on commence doucement à voir les conséquences les plus immédiates pour le héros. Néanmoins, tout lecteur restera vraiment sur sa faim, puisque les véritables conséquences de cette action seront révélés dans Superman : Heroes, qui ne sera disponible que dans un mois. Les auteurs nous offrent ainsi une première partie efficace, pour peu que vous adhériez au style parfois verbeux de Bendis, qui se passe le lendemain de la grande annonce à la rédac du Daily Planet. Il offre même une scène assez touchante avec Trish Q, et inspire globalement un sentiment positif. La deuxième partie du numéro, nettement moins verbeuse et plus orientée sur l’action un peu bourrin, voit Mongul débarquer au milieu des United Planets. Si Bendis nous tease que l’alliance planétaire sera plus compliquée que prévue, c’est surtout une excuse pour nous montrer la montée en puissance qu’il est en train d’établir sur le kryptonien. Même s’il se fait malmener, Superman reprend pleinement sa place de héros phare de sa planète en révélant la vérité, mais aussi au niveau cosmique où il ne cesse de prendre de l’ampleur. Pour cela, Ivan Reis est parfait, surtout lorsqu’il représente le héros en costume. On regrettera juste la valse des encreurs, qui donne un rendu très inégal en fonction des pages.

– Myplasticbus

Highlights de la semaine #74 (Rebirth, Hill House) 1

Shazam #10

Collection

Rebirth

Scénario

Geoff Johns

Dessins

Dale Eaglesham, Scott Kolins

 

Geoff Johns continue de marquer sa patte de tigre sur le héros et sa famille, avec un nouveau chapitre efficace et rempli de trouvailles intéressantes. Si vous adhérez à ce que le scénariste a mis en place depuis sa reprise du titre, vous devriez continuer d’être à peu près séduits. Il parvient à apporter des évolutions sur le fond de l’histoire, notamment dans le rapport à un Wizard plus trouble qu’il n’y paraît. En parallèle, la Monster Society of Evil commence enfin à avoir de la gueule et à ressembler à quelque chose, après avoir traîné un (trop) long moment. Le scénariste s’offre même le luxe d’un caméo de choix, qui aura sans doute son importance à l’avenir. Le problème étant justement que Johns semble avoir beaucoup d’idées pour Shazam!, et qu’encore une fois, il les développe un peu trop toutes en même temps. À la lecture de chaque numéro, on ressort un peu essoufflé avec énormément d’éléments à prendre en considération. Ce numéro reste néanmoins efficace sur le fond, mais souffre sur la forme à être splitté en deux dessinateurs. Si c’est un plaisir de le voir Eaglesham collaborer à nouveau avec Johns, je maintiens que je ne trouve pas son style adapté pour le Big Red Cheese… même s’il fait bien son travail. C’est moins le cas pour Scott Kolins, dont le style me fatigue depuis des années, et qui continue de fournir ici le service minimum.

– Myplasticbus

LES DÉCEPTIONS

Highlights de la semaine #74 (Rebirth, Hill House) 2

Wonder Woman #750

Collection

Rebirth

Scénario

Collectif

Dessins

Collectif

Le moins qu’on puisse dire c’est que ce numéro sensé être une célébration du personnage de Wonder Woman est d’une fadeur indigne du personnage. On a toujours ce problème avec ces numéros anniversaire où au final on se retrouve avec la moitié des numéros qui sont assez inintéressants, mais ici c’est vraiment poussé beaucoup trop loin. Ne lisant pas le run de Steve Orlando je me retiendrai de commenter son histoire, même si je dois tout de même dire que la toute fin est d’un cliché scandaleux. Sinon, on retiendra sans doute l’histoire de Greg Rucka qui est bonne, mais qui n’apporte rien qu’il n’avait pas déjà développé dans ses deux runs. A la limite on a aussi l’histoire de Gail Simone qui est mignonne, mais sinon c’est vraiment pas terrible. Le tout est cliché et beaucoup trop fade, comme dit plus tôt. Qui plus est l’histoire signée par Scott Snyder qui introduit la nouvelle chronologie de DC et qui devait donc constituer en quelque sorte les fondations de ce nouvel univers n’est vraiment pas intéressante. Scénaristiquement c’est un peu le néant, on passe plus de temps à voir le président discuter qu’à voir l’Amazone agir, mais au niveau des dessins c’est encore pire. Je n’aime pas le style de Bryan Hitch de base, mais là c’est vraiment du très mauvais travail. Il n’y a aucun dynamisme dans l’action, tout est figé et ennuyant, tandis que ses visages sont loin d’être réussis, surtout du côté de Diana

En bref, économisez votre argent, ce numéro ne vaut pas le coup et en terme de célébration d’un personnage aussi important que Wonder Woman on a vu beaucoup mieux. 

– Claygan

Highlights de la semaine #74 (Rebirth, Hill House) 3

Red Hood and the Outlaws #42

Collection

Rebirth

Scénario

Scott Lobdell

Dessins

Paolo Pantalena

Expliquons-nous. J’ai passé un super moment avec Red Hood cette semaine. Je n’avais pas autant ri devant un numéro du titre depuis bien longtemps. En rire, oui, pour des raisons désirées et des raisons non-désirées par le dit numéro. J’apprécie énormément dans Red Hood comme exutoire de son scénariste. Red Hood a toujours été cet instant récréation décomplexée, cette matière polymorphique que peut modeler Scott Lobdell à sa guise. Le titre était un agréable titre d’action, devenu par la suite une sorte de Batman bis, s’essayant à un ton sérieux qui ne lui allait définitivement pas au teint. Et depuis le retour d’Artemis et Bizarro, on renoue avec l’esprit d’origine, léger et bas du front. Voilà pour le premier point positif. Le second, cet exutoir. Depuis Heroes in Crisis, Scott Lobdell semble être particulièrement frustré. Il est à se demander si le scénariste n’avait pas quelque plan pour Red Arrow/Arsenal. Alors il le fait savoir ici, dans une discussion entre Jason et Artemis, se questionnant tout du long sur leur situation possiblement amoureuse. Lobdell écrit ouvertement son désaccord et son dégoût pour l’événement à travers le personnage de Jason dans un semblant de deuil expédié pour une balade romantique du duo. Et là on touche à ce qui ne va pas.

Red Hood passe encore, avec la niaiserie extrême des dialogues entre Artemis (une amazone censée être un tantinet caractériel et irritable), mais les Outlaws ont perdu toute définition. Avec la formation de cette nouvelle équipe sans aucune saveur, sans la moindre profondeur, où même la peluche de Bizarro est mieux écrite que l’un de ces personnages ne pouvant pas même s’accrocher à un stéréotype, il faut bien comprendre que c’est trop. L’équipe est dans un surplus que Lobdell va vite devoir évacuer. Assassinats, motivations pour des affrontements faciles, n’importe quoi. Le problème est que ce numéro suppose deux possibilités : un personnage aux motivations inconnues, et un Bizarro prenant sous son ail deux monstres. Enfin, dernier problème, alors que le numéro précédent mettait en avant le superbe David Messina, jeune talent de chez DC Comics, arrive sur ce titre un sous-Rocafort grossissant plus encore les stéréotypes. On ne demanderait pas un Sonny Liew sur un titre pareil, mais un résultat au moins satisfaisant.

– Watchful

The Brèves and The Blue

Batgirl #43 (Cecil Castelucci, Cian Tormey) : Ah quand même… Finalement, il n’y avait pas besoin de Metal pour voir des dragons et des armures de chevaliers

Books of Magic #16 (Kat Howard, Tom Fowler) : Deux psychopathes pour le prix d’un. Ah, et les enfants, massacrer des animaux, c’est rigolo, mais c’est pas très gentil. 

Detective Comics #1019 (Peter J. Tomasi, Scott Godlewski) : Batman : The Cult – Scandinavian Edition 

Metal Men #4 (Dan Didio, Shane Davis) : “Peins-moi comme une de tes françaises” – Gold 

Wonder Twins #11 (Mark Russel, Stephen Byrne) : Toujours aussi cool, dommage que ça s’arrête bientôt. Dites-vous que vous pourrez les retrouver d’ici peu chez la CW… Est-ce une bonne nouvelle ? A vous de voir !

Year of the Villain : Hell Arisen #2 (James Tynion IV, Steve Epting, Javier Fernandez) : Je ne sais que vous dire… Si vous avez accroché et êtes arrivés jusque là, je suppose que ça devrait logiquement vous plaire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here