Red Hood et les Outlaws Tome 2 coverAprès un premier tome plutôt bon dans la caractérisation de ses personnages et du récit de leurs origines, Red Hood et les Outlaws revêtent le costume pour un deuxième et… dernier tome. Reprenant les évènements survenus à la fin du premier tome, ce volume se concentre sur un Bizarro devenant encore plus… bizarre. Quel est donc ce nouveau micmac ? Réponse dans la review ci-dessous.

BIZARRO AU CENTRE DE TOUT

Alors qu’une nouvelle Trinité s’était formée avec Red Hood, Artémis et le nouveau Bizarro, ce dernier semblait bien mal en point à la fin de leur dernière mission. Effectivement, même s’il est un clone de Superman, il ne demeure qu’une copie imparfaite du héros du fait de ses nombreuses déficiences. Avec une durée de vie plus courte, une intelligence de benêt et une endurance plus faible que l’Homme d’Acier, la fin de Bizarro approche. Pourtant, l’un des forts points forts du premier tome était la sensibilité naïve du personnage. Ses actions et instinctives et son absence d’arrière-pensées degageaient quelque chose de touchant. Mais c’était sans compter la magie de la science pour permettre à Bizarro de revenir à la vie avec l’intelligence d’un génie en bonus.

Scott Lobdell compte profiter de l’ajout à son Bizarro 2.0 pour en faire un réel atout. Et si l’intention est de rigueur, malheureusement le résultat est très brouillon et trés désordonné. En effet, l’accent est trop mis sur Bizarro qui vole complètement la vedette aux autres héros. L’attention ne revient vers Jason que lors du deuxième arc. Quant à Artemis, c’est avec déception qu’on la retrouve au second plan. Cette dernière semble avoir tout raconté et n’apporte absolument rien dans les intrigues principales. Triste constat pour ce personnage réduit à une simple figure féminine. Ce qui fonctionne dans le premier tome Red Hood et les Outlaws ne marche plus dans le deuxième. Et pour maintenir l’intérêt du lecteur, il fallait apporter de la nouveauté. Malheureusement, Scott Lobdell l’a bien compris et à nos dépens.

red hood et les outlaws t2 image1

SCOTT LOBDELL QUI EN FAIT BEAUCOUP TROP

Après la lecture des premiers chapitres, une question se pose : où est passée la Trinité sombre ? Rarement, les trois héros sont présents dans une séquence ou interviennent en équipe. Ils sont soit en communication à distance, soit en binôme. En effet, l’auteur supprime ces moments de réunion pour nous pondre à la place des passages avec la Suicide Squad. Cela n’a aucun intérêt si ce n’est de surfer sur la tendance Harley Quinn, héros tendancieux, ou juste pour comparer le degré de badassitude des deux équipes. Enfin, n’oublions pas les cameos superficiels du Creeper ou de Batman, et vous avez là un récit qui joue sur plusieurs tableaux mais qui s’emmêle les pinceaux.

Cependant, ce qui aurait pu sauver le tome du naufrage, c’est bien son  deuxième arc. En effet, le récit explore le passé de Jason Todd autour de la disparition de son père. Malheureusement, cela survient par bribes de quelques cases sur les 392 pages que contient le tome. A vous de le relire si vous voulez tout vous remémorer. C’était à prévoir. A force de bourrer en contenu « cool », les éléments les plus intéressants passent à la trappe. Et pour quel résultat ? Une intrigue en demi-teinte qui n’est qu’un gros teaser pour les événements à venir. Ou pas ?

red hood et les outlaws t2 image2

CAPUCHE ROUGE: LE HORS-LA-LOI

Pour rappel, Red Hood et les Outlaws est une compilation des quatre premiers volumes parus aux USA. Dans l’ensemble, le titre a reçu des critiques correctes sans être dithyrambiques pour autant. Cependant, il existe bien une suite dans la continuité de la même numérotation. Et même si elle est sous un autre nom, il faut voir si Urban Comics compte la publier prochainement ou préfère patienter.
Enfin, abordons le dernier point de cette review au sujet de sa partie graphique. On retrouve essentiellement l’art de Dexter Soy dans la majorité des chapitres. Et comme dans le tome précédent, le résultat est franchement bon. Avec son trait précis et détaillé, l’artiste apporte un soin particulier à la mise en scène des face-à-face et des affrontements. Le ton sérieux de certaines planches donne parfois un vrai sentiment de perplexité. En tout cas niveau dessin, on est bien servi.
red hood et les outlaws t2 image3

Force est de constater que ce dernier tome de la série Red Hood et les Outlaws est en deçà de ce que nous avait livré Scott Lobdell avec le précédent. Certes, chaque arc se concentre sur un personnage, mais il est regrettable que Scott Lobdell greffe des morceaux d’intrigues peu intéressantes. Ne remettant jamais en question le statu quo des protagonistes, la série aurait pu nous attacher davantage à cette version Rebirth des Outlaws. En fin de compte, il n’y a que Bizarro qui tire l’intérêt de cette lecture vers le haut. Enfin, pour autant que vous soyez intéressé uniquement par le personnage.

MOYEN / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Un Bizarro 2.0 intéressant sur le papier...
- Les dessins de Dexter Soy
Les -
- ... mais qui occupe toute l'attention au détriment des autres
- Les apparitions diverses et variées des personnages comme la Suicide Squad ou Batman juste pour faire gonfler le contenu
- L'intrigue autour du passé de Jason Todd est construite maladroitement
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}