Introduction

1. Les Salkind et les droits de Superman

2. Le scénario

3. La quête du réalisateur

4. Les acteurs

5. Les premiers problèmes arrivent

6. Le début concret de la pré-production

7. La quête de Superman

8. Le tournage

9. La sortie du film

5. Les premiers problèmes arrivent

Histoire de prod #2 : Superman 1
Image : Le dernier tango à Paris

Fin 1976 des artisans sont envoyés à Rome pour commencé à construire les plateaux. Cependant, le dernier film de Brando, Le dernier tango à Paris, une exploration graphique de l’identité sexuelle, venait d’être jugée obscène en Italie. Son réalisateur s’était déjà fait arrêter et Brando suivrait le même chemin s’il posait un pied en Italie. La police se vantait même aux journalistes d’avoir un mandat d’arrêt pour l’acteur.

La production ne pensa même pas à remplacer Brando. Sans lui, il n’y avait pas de film. La production fut redirigée à Londres dans les studios Shepperton et Pinewood. Ce dernier venait de voir la production du Star Wars de George Lucas. Mais les problèmes étaient loin d’être terminés. En tant que citoyen britannique le réalisateur perdrait la majorité de son salaire à cause d’obscures histoires de taxes. Qui avait d’ailleurs poussé les Rolling Stones à quitter le pays. Alors, il devait soi abandonner Brando, ou le réalisateur. Mais, encore une fois il ne pouvait faire le film sans Brando. Ils renvoyèrent donc Hamilton. Ils entrèrent en discussion avec Mark Robson, qui avait réalisé le film, écrit par Puzo, Earthquake. Mais la femme d’Ilya lui parla d’un de ses amis, nommé Richard Donner. Celui-ci avait réalisé le film d’horreur The Omen.

On ne peut que remarquer la connexion qui existe entre les adaptations de comics et les réalisateurs de films d’horreur. Aujourd’hui nous avons légion d’exemples de films de comics dirigé par d’anciens réalisateurs de films d’horreur. Que ce soit chez DC avec James Wan et son Aquaman, ou David Sandberg et son Shazam. Et c’est la même chose chez Marvel, avec par exemple Scott Derickson qui a réalisé Doctor Strange. Et même Sam Raimi qui a réalisé la trilogie des Spider-Man. Alors pourquoi cette tradition ? C’est sans doute en partie dû au fait que les réalisateurs d’horreur sont habitués à devoir trouver des solutions imaginatives pour contrer des problèmes dues au faible budget et au manque de temps. Ce qui fait d’eux des atouts pour ce type de production. Qui plus est, on ne va pas se le cacher, les réalisateurs de films d’horreur sont souvent peu chers et sont vus comme plutôt malléables de la part des producteurs. Superman n’est donc pas seulement le prédécesseur de tous les films de super-héros, mais aussi le prédécesseur de toute une tradition hollywoodienne.

Salkind fut impressionné par l’aspect visuel de The Omen et la Warner était plus qu’heureuse de conseiller un réalisateur qui leur avait donné un succès récent.

Richard Donner le nouveau réalisateur

Histoire de prod #2 : Superman 2
Richar Donner et Marlon Brando sur le tournage

Cependant, Donner lorsqu’il reçut le script était sur la réserve. C’était une production bien plus grosse que ce dont il avait l’habitude. Néanmoins, le film était accompagné d’un gros salaire, un million de dollars, dix fois son salaire sur La malédiction (The Omen). Donner accepta. Toutefois Donner avait toujours des réserves sur le script. Conçut comme deux films le scénario était toujours un énorme pavé. Après de longues discussions Donner convainquit Salkind de faire intervenir un nouveau scénariste, son ami, Tom Mankiewicz. Celui-ci avait travaillé sur plusieurs James Bond avec Sean Connery et Roger Moore.

“C’était un scénario bien écrit, confia Donner à Cinefantastique en 1979. “mais c’était un scénario absurde… Il avaient un excellent scénario de Mario Puzo. Et ils avaient… un bon réalisateur, un anglais, Guy Hamilton. Puis ils ont amenés David et Leslie Newman et Bob Benton pour la réécriture. Donc vous aviez des producteurs européeens et un réalisateur anglais qui CRÉAIenT une fable américaine. Et… Je crois qu’ils ne savaient pas vraiment ce que cette fable était.”

Mankiewicz le scénariste de secours

De base, Mankiewicz ne voulait rien à voir avec ce projet. Donner explique qu’il l’a appelé à cinq heures du matin pour qu’il participe au film. Cependant Mankiewicz ne voulait rien à voir à faire avec les comics. Mais Donner lui dit que c’était bien plus que des comics et qu’il devait venir chez lui. Ensuite Donner fuma un petit joint et enfila le costume de Superman. Quand Mankiewicz arriva Donner se mit à courir  dehors vers la voiture du scénariste. Celui-ci lui dit “T’es taré. Dégage de là.” et Donner lui répondit “Tom, écoute, tu dois lire ça.” et il lui dit tout ce qu’il pensait devoir faire. “Le plus important est d’en faire une histoire d’amour et de prouver qu’un homme peut voler”. Plus tard dans la nuit Mankiewicz l’appela et lui dit “Tu sais, on peut faire beaucoup de choses avec ça.”

4 Commentaires

  1. J’ai adoré cet article, j’ose dire que j’ai versé ma larme en entendant la musique du thème de Superman qui est génialissime. Merci pour ses infos sur le meilleur des films sur Superman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.