Annoncé depuis presque un an, l’événement du titre The Flash de Joshua Williamson et Howard Porter « sobrement » intitulé Year One se révèle avec sa première partie.

Flash : the meta-year

Review VO - The Flash #70 : Year One Part 1 1Origines secrètes oblige, vous n’apprendrez rien sur le personnage. L’innovation doit opérer. Il s’agit de livrer un nouveau design de premier costume, et de fournir un contenu sous une forme recevable. Et lorsqu’il s’agit d’adapter, Joshua Williamson tombe rapidement dans les facilités de la référence, et dans le « fun » gratuit pour faire illusion. Les amateurs de la série TV Flash seront ravis de retrouver quelques scènes en rapport avec leurs souvenirs de la première saison, ainsi que les plus âgés ayant connus celle avec John Wesley Shipp. Joshua Williamson met de son côté les lecteurs qui se contenteront d’un mélange de références, la mode étant à l’easter-egg.

Méta jusqu’au bout, Barry lit les origines de Jay Garrick, démontrant le peu d’intérêt accordé au contenu du récit, si ce n’est la référence elle-même. L’information des scènes présentées se limite à la référence, comme pour mieux l’étendre. Qu’on soit sensible ou non à telle ou telle référence, l’accumulation est fatigante, à la fois dans ce numéro, comme dans son utilisation abusive dans tout autre type de média. Et son utilisation comme remplaçant le contenu attendu dans un numéro est plutôt décevant. Au lieu de présenter une origine connue sous un angle différent, à travers un caractère neuf ou fidèle, ces origines se retrouvent racontées à un rythme effréné par ellipses. On voit alors tout le potentiel des origines de Flash disparaître en quelques pages pour nous mener vers un cliffhanger nous laissant tout aussi dubitatif qu’intrigué. Le potentiel n’a peut-être pas tout à fait disparu, malgré la tournure prise.

Un joli coup de pub

Review VO - The Flash #70 : Year One Part 1 2Pour quelles raisons cet arc, qui semblait relever bien plus du Graphic Novel que du titre régulier, vient-il être publié dans le titre Rebirth The Flash ? Suite à sa lecture, ce Flash Year One semble s’imbriquer parfaitement dans les plans de Joshua Williamson, qui semble chercher à en faire le cœur de son run. De ce fait, The Flash bénéficie d’une parfaite publicité, apportant un contenu qui plaira à une majorité par son système de références. Williamson ne fait qu’appuyer sa popularité à travers cette logique de celui qui martèlera son nom le plus fort. Mais nous sommes toujours en droit de nous demander ce qu’il a bien pu apporter au personnage pour être si bien mis en avant.

Accompagné par Howard Porter, l’artiste vedette ayant participé à cette publicité, l’artiste est donc attendu. S’il livre indéniablement un travail soigné, les lecteurs les plus sensibles aux annonces faites autour de l’événement risquent de se retrouver déçu. Comme pour ses derniers travaux, Howard Porter se livre à un dessin se contentant de son contenu, rythmé par quelques compositions bien pensées. Nous étions en droit de nous attendre à légèrement plus de la part d’un artiste aussi talentueux, qui plus est avec un projet de cette envergure ayant le potentiel de marquer aussi bien une carrière d’artiste que le personnage traité.

Avec ce premier épisode, Flash Year One fleure l’acte manqué, bien trop influencé par les tendances d’écriture mainstream bien trop légères de Joshua Williamson, malgré quelques gimmicks empruntées à son compère Tom King. Il n’en reste pas moins une lecture agréable, qui ravira les lecteurs réguliers de par son sursaut de qualité, mais qui décevra les plus enthousiastes à l’idée d’une réécriture des origines de Flash. 

Moyen / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Howard Porter, une valeur sûre
- Un comics mainstream de qualité...
- ... en accord avec le run en cours
Les -
- Une poubelle à références
- Vous avez dit origines ?
- Une écriture toujours aussi superficielle propre au scénariste
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}