Aquaman est de ces personnages secondaires, longtemps laissé de côté. Outre sa particularité à se chercher constamment, il connaît son premier grand récit avec La Mort du Prince durant l’année 1974. Publié dans Adventure Comics, aux côtés d’autres personnages tels que le Spectre ou le Creeper, La Mort du Prince va donner ses premières lettres de noblesse au personnage, à travers un événement qui marque encore aujourd’hui le personnage.

Aquaman : péripéties d’un héros désintéressé

Cet épais volume grand format profite d’une construction qui peut dérouter. L’histoire n’est pas linéaire. On ne suit pas un fil rouge construit, mais une succession d’aventures, qui peuvent sembler décousues. Il ne s’agit pas tant d’un choix que d’un format populaire à l’époque, permettant à quiconque de se retrouver, reprendre les aventures d’Aquaman avec quelques numéros sautés. La modernité dans ce recueil réside dans le fait de donner un intérêt à ces diverses aventures que va vivre Aquaman.

Le roi d’Atlantis défend sa cité. Il est un roi heureux, père d’un fils, Arthur Jr. aux côtés de sa femme Mera. En tant que défenseur, il lutte contre diverses menaces. Les premiers épisodes donnent une allure chevaleresque presque caricaturale au héros. Ce caractère est appuyé par de nombreux dialogues, où il vante ses capacités et son bonheur, ainsi que ses valeurs. Malgré ces discordances entre les numéros, un fil rouge et une progression se fait ressentir. Aquaman sent un danger approcher, au delà des menaces régulières. Il reste vigilant. Une attente se créé, puis une tension. De ce fait, le titre parvient à dresser une ambiance parfaitement maîtrisée, mettant en danger l’entourage du héros pour mieux le briser.

Intérêts au delà de la mort

Loin de l’idée d’une révélation gâchée, le titre « La Mort du Prince » marque le fait que l’intérêt du récit ne réside pas dans la mort en elle-même. Par delà l’acte, ce sont ses conséquences et leurs traitements qui vont choquer. Ces conséquences se ressentent jusqu’à la structure du récit, et des sortent de tie-in. Mera et Aqualad possèdent leurs propres back-up, développant leurs propres ambitions, très différentes. De son côté, Aquaman livre l’aventure et l’action attendue, tout en conservant un sens fort dans son rapport à l’événement. Sans rompre avec le format épisodique, Aquaman y trouve un sens fort, jusqu’à mener une réflexion forte sur la perception de la mort et la réaction humaine face à celle-ci. L’album possède une fin laissant libre court à de nombreuses interprétations sur le rapport entre Aquaman et Mera, mais également sur le caractère d’Aquaman en tant que roi.

Hors de l’univers du personnage, ces diverses péripéties ont un sens, dressent un contexte inexploité. Aquaman va se frotter à toute forme de pollution, jusqu’à parfois conclure son aventure en menaçant des dirigeants politiques, sans nom cité. L’engagement écologique était déjà présent, et apporte à l’univers d’Atlantis cette tension entre le monde terrestre et le monde sous-marin. Derrière l’allure quelque peu ridicule des ennemis, une idée s’en dégage et des motivations reflétant un danger réel, lié au contexte géopolitique américain de l’époque.

Ce succès novateur est dû à une grande équipe artistique désormais bien célèbre, comptant parmi eux l’ancien directeur éditorial DC Comics, Paul Levitz, mais également des dessinateurs réputés avec notamment Jim Aparo. Ce dernier commence à être connu des lecteurs en France avec la gamme Urban, Batman, La Légende. On côtoie également Mike Grell à ses débuts pour quelques numéros. Nous sommes en 1974-1975, et le style gagne en dynamisme dans l’organisation de la planche et le choix des plans. Si certains peuvent se plaindre d’un style vieillissant, il n’est pas pour autant dénué de charme. Le monde d’Aquaman de l’époque est particulièrement différent, et mérite d’être découvert. Ce récit est certainement le meilleur point d’accès à cette représentation.

La Mort du Prince est un album à recommander à quiconque se dit fan du personnage, et tout amateur de Jim Aparo. Il ne s’agit pas d’origin-story, mais d’un événement marquant, qu’on peut facilement lier aux origines d’Aquaman, sinon de son univers. Etant un personnage s’étant construit lentement, de nombreux éléments peuvent manquer, d’autres peuvent vous être inconnus. Peu importe ce que vous savez, vous aurez forcément quelque chose à découvrir et à vivre avec ce récit, malgré une narration lourde.

Très Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
- Pierre angulaire de l'histoire d'Aquaman
- Une caractérisation du personnage méconnue
- Un format faisant la part belles au travail de Jim Aparo
- Un événement intelligemment traité
Les -
- Une narration épisodique et une écriture lourde
- Un papier faussement vieilli d'un goût douteux
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}
Article précédentDes premières planches pour Batman: Curse of the White Knight
Article suivantNew Teen Titans annoncé chez Urban
Avatar
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de