Le crossover Elseworlds n’a jamais aussi bien porté son nom que dans cet épisode puisqu’à la fin du précédent, le Dr. Deegan récupérait le Livre de la Destinée et réécrivait entièrement la réalité de Terre-1. Entre ce postulat et l’amorce de Crisis on Infinite Earths, la tache est grande pour cette troisième et dernière partie.

« Just wait until you see what other fun changes I’ve made »

L’Elseworld, c’est une grande tradition dans les comics, puisqu’elle permet aux auteurs de se lâcher et de se livrer à leurs pulsions les plus extravagantes. Il s’agit ici du principe même de ce crossover, puisque le Monitor teste les héros en donnant à un déséquilibré le pouvoir de réécrire la réalité comme bon lui semble. Le monde dépeint dans cet univers sonne ainsi très « comic-booky » avec des rôles complètement inversés et même un Dr. Deegan qui se travestit en Superman totalitaire sur les bords. On trouve ainsi des références à divers elseworlds bien connus, comme Injustice ou encore Emperor Joker pour ne citer qu’eux. Autant d’ingrédient qui font que cette nouvelle réalité fonctionne assez bien, et ce sans en montrer beaucoup. En effet, le temps d’écran n’est toujours pas utilisé de la façon la plus judicieuse, les scénaristes mettant trop en avant inutilement la relation Kara/Alex, simplement parce qu’il s’agit d’un épisode s’inscrivant dans la série de la fille d’acier. Celui-ci est cependant moins lourd que les deux précédents puisque l’objectif est cette fois-ci clair et direct.

« Clark knew how to do it »

Il faut aussi dire que cet épisode se montre très satisfaisant vis-à-vis d’un personnage en particulier : Superman. Si son rôle était déjà réjouissant dans le premier épisode, il dispose ici du temps de présence nécessaire à réellement briller. Que ce soit en Dark Superman ou dans sa version classique, Tyler Hoechlin livre des prestations vraiment crédibles et donne au personnage l’aura nécessaire : il est vraiment le plus grand des super-héros. Celui-ci vole même la vedette à Supergirl dans sa propre série puisque la fin de l’épisode est largement consacré à Lois et lui grâce à des annonces des plus réjouissantes (vous pourrez compter le nombre de fois où j’ai utilisé ce mot dans les reviews). Les auteurs savent tout de même le mettre en retrait quand il le faut pour laisser Kara maître de sa série.

« Worlds will live, worlds will die, and the universe will never be the same »

Mais Elseworlds c’est quoi finalement ? On pourrait dire, si on cherchait à être exhaustif, que c’est un mélange de comédie, de fan-service, de prologue à Batwoman, d’extension de l’univers, mais surtout, de prologue à Crisis on Infinite Earths, la fameuse. Si cette intrigue n’était qu’une toile de fond dans les deux premiers épisodes, elle se trouve maintenant en premier plan. Comme tous les lecteurs le savent, il est impossible de livrer une adaptation littérale de ce récit, ce qui pousse la CW à le faire à leur façon, notamment en livrant un prologue inédit. Ils jouent donc sur les connaissance qu’ont déjà les adeptes de comics, dont les différents décès inhérents à cette crise, qu’ils introduisent ici bien à l’avance, et ceci dans le but de remettre en perspective ce que nous savions déjà. Ce n’est pas toujours très fin, parfois forcé, mais la sauce prend tout de même. La chaîne passe donc à la vitesse supérieure et livre une conclusion pleine de tension et de suspens qui livrera la récompense ultime à ses fans dès l’an prochain. Started from the bottom, now we’re here, comme on dit.

Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (0 votes)
Les +
Tyler Hoechlin très présent
Un elseworld bien sympa
Une nouvelle pierre à Crisis
Le Monitor en impose
Des réjouissances pour Superman
Les -
La dynamique Kara/Alex inutile
Un elseworld pas assez développé
Du teasing parfois forcé
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}