La semaine dernière a été assez chargée en débat du côté de Twitter. Le Comicsgate, qu’on aurait pu croire mort depuis l’année dernière, a fait pas mal de remous du côté des scénaristes. Le Comicsgate a malheureusement été le lieu d’un regroupement d’extrémistes refusant les évolutions de certains personnages populaires, en désaccord avec leurs visions racistes du monde et leurs penchants politiques. Un débat relancé, entre autres, avec le tweet volontairement provocant, cherchant à rallier le défunt Darwyn Cooke auprès d’eux. Même si sa femme a su remettre les choses au clair, l’opposition au Comicsgate a nourri un débat stérile, de la part des partisans, mais intéressant de la part des auteurs. Entre autres, un certain Tom King qui y a écrit ceci :

On se demande alors à qui s’adresse les comics. Malgré son caractère très sélectif et une vision presque stéréotypé du lecteur, Tom King viserait juste sur le rapprochement entre les créateurs du média et le public qui resterait, lui, inchangé. Toujours dans une certaine poésie, Tom King rappelle les origines du comics avec de multiples connexions : avec l’idée qu’il a du public premier lecteur de comics et l’opposition avec les idées défendues du ComicsGate. La beauté du message est à la fois dans la défense que présente Tom King envers les comics et son respect des fondateurs. Si eux sont tombés, le rôle des comics resterait inchangé et les lecteurs ciblés seraient toujours les mêmes, des Peter Parker en attente d’une araignée.

Ce message a nourri lui-même un débat très complexe. Des centaines de personnes présentent leur profil de lecteur pour désamorcer le message de Tom King, clamant que les comics sont pour tous. Et en effet, ils l’ont même toujours été. Tom King parle bien d’une certaine sensibilité du lecteur et d’une fonction du comics qui est de donner de la voix. Mais dans ce message, la sensibilité du lecteur paraît innée, alors qu’elle peut tout aussi bien être créée par les comics. Et c’est sur ce point qu’on peut se dire que Tom King présente là une fonction du comics, celle qu’il aime, celle qu’il cible et qu’il utilise pour les défendre, au détriment des autres. Il ne s’agit que d’une fonction utilisée comme bouclier face à ce groupuscule, par choix, ou par pertinence.

La diversité des publics, Tom King en aurait évidemment conscience, mais il lie le média à un profil généralisé. Simple vision de la relation entre les fondateurs et les lecteurs américains, et leurs passés d’immigrés, de l’idée d’un caractère reclus, ou alors parole d’une expérience vécu et d’un ressenti, Tom King présente une vision du comics aussi attrayante que problématique. Il est regrettable que la plupart des réactions ne s’attardent que sur une approbation ou une désapprobation. En attendant, il est agréable de voir émerger des artistes populaires capables de prendre position de la sorte. Tom King n’est pas un cas isolé, juste celui associé à DC, qui a fait le plus parlé de lui et dont les propos touchent une problématique touchant la définition même du comics.

Article précédentScott Snyder et Greg Capullo refont équipe sur une histoire et une future ongoing Swamp Thing
Article suivantDécouvrez une partie des créateurs présents pour Detective Comics #1000
Watchful
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.

8
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
5 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
7 Auteurs du commentaire
AmesephisThe BatStraxmavhocurbanvspanini10 Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Claygan
Claygan

J’ai envie de dire :
Comics are.

urbanvspanini10
urbanvspanini10

Une pensé intéressante de la part de King.

mavhoc
mavhoc

Je sens une avalanche de haine qui vont t’expliquer que le Comicsgate ce n’est pas ça, que c’est totalement stéréotypé comme vision et donc bien des dignes des SJW :sleep

Strax
Strax

Quand on sait que la plupart des auteurs ont produit un copié-collé du message de Tom Taylor, on se demande qui fait vraiment dans la propagande. Entre Mark Waid qui fait sa promotion des block bot et des chain block (en gros pour empêcher toute personne qui a ne serait-ce qu’un lien vers une autre personne qui a un lien vers un auteur du comicsgate de pouvoir avoir accès à son compte twitter, sans qu’il n’y ait jamais eu de mauvais comportement avéré de sa part) et qui s’attaque maintenant à un petit éditeur (Alterna) parce que celui-ci refuse que ses auteurs utilisent ces fonctions sur leurs lecteurs (mais le blocage individuel de compte reste toléré) et Robbi Rodriguez qui envoie des images de son derrière à EVS, j’ai ma propre idée sur qui promeut vraiment la haine et la division au sein des fans.
Le mouvement comicsgate ne se base que sur les envies d’une partie du lectorat de respecter les personnages avec lesquels ils ont grandi et ne pas s’en servir pour faire passer les idéologies au pied de biche, au détriment des histoires. Et pour l’info, même chez Marvel on commence à en avoir marre de cette politique, dixit CB Cebulski lui-même.
https://www.youtube.com/watch?v=HNuvJqy92xM

Amesephis
Amesephis

Désolé je suis à la masse sur le sujet mais d’après ce que j’ai pu comprendre c’est une variante de Alt-right version comics (genre critique de la nouvelle version de spiderman ou team féminines). Est ce que je me trompe ?