– Et voilà, l’ascenseur extérieur est ouvert, Blue.
– Merci Adam, toujours un plaisir de t’avoir à nouveau à mes côtés, je ne pensais pas que tu étais encore vivant !
– Génial.
– Ne le prends pas comme ça, la dernière fois que j’ai eu de tes nouvelles, tu étais pris dans l’explosion d’une station perdue en pleine mer.
– Et j’ai survécu.
– Toujours aussi bavard à ce que je vois…
– Monsieur, co… comment vous avez pu survivre à ça ? C’est impossible ?
– Pas pour un augmenté, Billy.
– Un augmenté ?
– Vas-y, explique-lui, Adam.
– Non.
– Oooooooook… Bon, je m’en charge !


Warren Spector, c’est l’homme qui a passé sa vie à jouer à des jeux de rôle sur table, en a créé quelques uns, dont un centré sur l’univers Marvel, et a fini par se demander pourquoi le système de liberté de choix et de conséquences ne s’appliquerait pas aux œuvres vidéo-ludiques.  Alors qu’il prévoit de partir chez EA, John Romero, créateur d’Ion Storm, le persuade de venir bosser pour lui, en promettant de le laisser créer le jeu qu’il souhaite, sans contrainte artistique particulière. Ainsi, en 1997, Spector accepte, et commence directement à travailler sur son projet. Aidé d’une équipe de 5 personnes qui passera ensuite à vingt, Deus Ex mettra trois ans à sortir, s’inspirant de certains grands titres apparaissant au cours du développement, tels que Half-Life ou Fallout, mais aussi de séries, la femme du créateur étant une grande fan de X-Files. à sa sortie, le jeu rencontre un très bon accueil, et marque les joueurs par la liberté d’action proposée dans la manière d’aborder les missions. Il n’est plus ici question de suivre une série d’objectifs prédéterminés afin de passer un niveau, mais de réfléchir par soi-même. De ce fait, il est donc possible de se faufiler, corrompre, obtenir diverses informations en discutant avec d’autres personnages, ou tout simplement, pour les moins patients et les plus robustes, foncer dans le tas et descendre tout le monde. Sa suite, Invisible Wars, sortie en 2003, ne rencontre néanmoins pas le même succès. Bien que les graphismes soient acclamés, l’intelligence artificielle aux pâquerettes nuit véritablement à l’immersion, et le jeu ne se vend pas assez pour laisser à Ion Storm l’occasion de mettre en chantier une suite, l’entreprise fermant ses portes deux ans plus tard. Il faudra attendre 2011 pour qu’un nouvel opus de la série débarque en magasin, sous la forme d’une préquelle : Human Revolution.

Revenant à ce qui avait fait la force de la série, Eidos Montreal réactualise la saga pour la faire passer à la vitesse supérieure. Plus grand, toujours basé sur des intrigues politiques, Human Revolution développe un vrai propos sur le transhumanisme  (les humains augmentés à l’aide de machines), et pose des questions sur un avenir de plus en plus appelé à faire usage de la technologie pour rendre l’humanité meilleure que jamais… ou pas. Utilisant un système d’améliorations au travers des augmentations d’Adam Jensen, ancien chef de la sécurité obligé de devenir mi-homme mi machine suite à une attaque sur son lieu de travail le blessant grièvement, les compétences débloquées par le joueur décideront de sa manière d’aborder les différentes situations. De meilleures jambes lui permettront de sauter plus haut  et d’atteindre des endroits inaccessibles autrement, tandis qu’un détecteur de phéromones pourra par exemple permettre d’analyser l’individu présent en face du héros afin de choisir les meilleures réponses pour le convaincre de faire ou de ne pas faire une action. Mankind Divided,  sorti en 2016, déplace l’action à Prague, mais malgré une bonne qualité générale, convainc moins que son prédécesseur. En effet, moins bien écrite et plus courte, la trame scénaristique n’est pas d’un grand intérêt, même si l’aspect ségrégation sociale est très immersif. En plus de donner le sentiment de jouer à un Human Revolution bis, et les différentes fins possibles se révèlent être assez peu originales. Néanmoins, il est fort à parier que dans l’ombre, depuis la sortie du dernier opus, la série se prépare à revenir en force.


– Trentième étage, plus que quatre-vingt restants.
– Tu n’as pas l’air bien, Adam.
– Mon instinct me dit de me méfier, j’ai déjà vécu ce moment.
– Mais qu’est-ce que tu racontes ?
– Une impression de déjà vu, cet ascenseur me rappelle celui de Sarif, avant l’attaque, avant que je ne me retrouve dans cet état.
– Ce qui t’est arrivé n’est qu’une exception, rien de plus. Ce qui t’est arrivé est tragique certes, mais cela n’a pas vocation à se répéter.
– J’ai perdu la moitié de mon organisme dans cette histoire.
– Ne deviens pas parano, nous n’allons pas être attaq…
– À terre !
– Billy, ça va ?!!
– Oui ! Je… Je crois que mon bras est cassé. Un homme a traversé la vitre de l’ascenseur et a attrapé Monsieur Jensen au vol.
– Quincy…
– De… De qui ?


En 2011, DC s’associe avec Square Enix pour créer une minisérie de comics centrée sur Adam Jensen.

Juarez, Mexico, 2027 AD. Nina Freeman est retenue prisonnière dans un fast food par un cartel de la drogue local. Sans bruit, un mystérieux homme, Adam Jensen, élimine progressivement dans le silence le plus complet les gardes armés avant de s’introduire dans le bâtiment. L’otage est blessée, ses doigts ont été coupés, et plusieurs blessures sont infectée lorsque notre héros la trouve. Empêchant Alexander Kronstadt, son tortionnaire, de lui faire plus de mal, le combattant le désarme, affronte plusieurs nouveaux ennemis rameutés par le bruit causé, les défait, mais lorsqu’il se retourne, le criminel menace d’abattre Nina si il ne lâche pas son arme.  Adam s’exécute, puis fonce sur Kronstadt en se protégeant à l’aide d’un des cadavres, enfonce son adversaire sur un mur, et le finit à coups de nano-blades. De retour à Sarif Industries dont il est le chef de la sécurité, notre héros rencontre la mère de Nina, Natalie, qui se révèle être la sœur de son boss. Très énervée contre son frangin qu’elle accuse d’être en partie responsable de la prise d’otage, elle refuse les améliorations proposées permettant de remplacer les doigts que sa fille a perdus. Jensen se rend ensuite à  la clinique L.I.M.B, soignant et suivant l’évolution des augmentés, où le docteur Vera  Marcovic lui explique qu’elle est impressionnée par sa capacité à supporter les améliorations qui lui ont été implantées. Néanmoins, lorsque le médecin le questionne sur son état psychologique, Adam préfère esquiver la question, ne faisant pas mention des rêves qu’il fait tous les soirs, et répondant simplement qu’il ne va pas si mal que ça. Retournant à Sarif Industries, il apprend que des plans ont été volés par une organisation terroriste, Purity Fist, quand à l’autre bout de la ville, à un meeting pro-humain, un augmenté apparait et commet un massacre dans la foule, avant de prononcer les mots : Deus Ex.

Kick Ass, super film

Retour en 2018, où Adam faisait encore partie du SWAT, et était 100% humain. Après une bagarre dans un bar avec un homme un peu trop tactile avec une serveuse, on découvre que notre héros faisait partie d’une unité dans laquelle, sur le bras de chaque membre, était tatoué en guise d’appartenance un symbole quasi similaire à celui que le terroriste de Purity Fist a peint avec le sang de ses victimes au meeting. Dans le présent, afin d’en apprendre plus sur l’attentat, Jensen est envoyé en mission arrêter une femme, une augmentée, Sutherland. Alors qu’il commence à la questionner, le duo est pris pour cible par Purity Fist, et notre héros réalise que le meurtrier n’est autre qu’un de ses anciens partenaires du Special Weapons And Tactics, Quincy, qui après avoir été blessé au combat et obligé d’être augmenté, a commencé à vriller sévèrement, poussant son ami à le flinguer. Heureusement, un hélico de Sarif le mitraille, le forçant à s’enfuir, sauvant Adam sur le point de se faire descendre. Suite à cela, après une brève réunion de retour au QG, le chef de la sécurité emmène dans son appartement Sutherland, qui lui explique qu’elle était à l’origine pressentie pour devenir une championne d’équitation, avant qu’un accident de cheval la mutile et la force à devenir une augmentée. Tandis que les deux vont pour s’embrasser, l’alarme retentit, et le duo apprend que des grands pontes de la recherche technologique ont été abattus les uns à la suite des autres. Nos héros arrivent sur les lieux, où le FBI refuse de leur fournir certaines informations, puis partent en direction de la clinique L.I.M.B où travaille Vera, qu’ils savent être la prochaine sur la liste. Mais trop tard, la doctoresse a déjà été enlevée, et Sutherland et son nouvel allié réussissent à localiser la base de Purity Fist, sur laquelle ils font un raid. Quincy tombe sur Jensen, et on apprend que dans le passé, ce dernier a été obligé de lui mettre une balle dans la tête, le membre du SWAT devenant de plus ne plus incontrôlable et fou. Loupé à l’évidence. Le chef de la sécurité, secondé par Sutherland et son sniper, mitraille à tout va, sauve le docteur, et fait exploser la planque des terroristes, mais le meurtrier n’est toujours pas mort, et quelques jours plus tard, alors que tout le monde pense que l’affaire est enfin terminée, et que notre héros est à bord d’un hélicoptère en compagnie de Sarif, son boss, l’appareil subit une attaque d’un avion de combat piloté par Quincy. Adam saute à travers de la vitre du véhicule aérien de son adversaire, et les deux adversaires de crashent dans un building à l’extérieur de la ville. Notre héros remporte la victoire, mais découvre que Sutherland a été capturée par son ancien ami, attachée dans une pièce du bâtiment, et recouverte de pains de C4 qui se déclencheront si elle bouge. Quin propose à Jensen de se suicider, contre quoi il laissera partir l’augmentée. Tandis que notre héros va pour se flinguer, n’arrivant pas à tirer sur son ancien ami, la jeune femme se détache, se jette sur leur ennemi, et meurt dans l’explosion. Sa némésis, toujours en vie mais à deux doigts de passer l’arme à gauche provoque une dernière fois  le chef de la sécurité qui, de rage et en larmes, l’abat. Discutant avec la pilote venue le rejoindre sur les lieux et essayant de le soutenir, il essuie ses larmes et lui avoue  que tout cela serait plus facile si il n’était plus du tout humain, mais pleinement une machine.


– Mais… Mais il a encore survécu ?
– Je n’ai pas toutes les réponses, Billy.
– Adam, il va s’en sortir ?
– Il n’est plus l’homme d’autre fois, il trouvera la force d’en finir avec lui.
– D’a… D’accord.
– Cent-vingtième étage, nous sommes arrivés.
– Encore une porte ?!! Le… Le cœur du réseau est derrière !
– Jeremy, c’est une blague ?
*Malheureusement non, je comptais sur Adam pour l’ouvrir, mais actuellement, ça risque d’être compliqué.*
– Alors on fait quoi ? Carmen Sandiego est out ! Il nous faudrait quelqu’un, un autre cambrioleur à même de forcer ce coffre.
*A vrai dire, j’ai bien quelqu’un à t’envoyer mais ça ne va pas te plaire…*
– Comment ça ?
*J’ai encore la possibilité de matérialiser quelqu’un. Quelqu’un de notre monde.*
– Sérieusement ? Je ne vois pas qui tu veux m’envoyer à part… Oh non, non non non non non ! C’est mort !*
* Elle est déjà en route.*
– Tu n’as pas osé…
*Joanie Jordan dématérialisation*
– Hello Billy, comment ça va mon chou.
– Coucou Joanie.
– Blue, toujours aussi abject, cela ne m’étonne pas.
– Toujours un plaisir. Tu as une mine affreuse.
* Yeahhhhh… Réunion des ex…*

A SUIVRE

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de