– B… Blue, qu’est-ce que c’est que ce symbole ?
– Pour aller vite, il s’appelle XANA, il veut notre peau, et ça nous fait un nouveau problème à gérer en plus du démon millénaire de l’autre côté de la port… Ok, au revoir la porte.
– On… On est mort !
– Fini de jouer ! J’ai déclenché l’Apocalypse, et maintenant, je vais dévorer votre âme !
– Ketchup ou moutarde.
– De quels types de sorcellerie me parlez-vous ? Aucun sort ne peux m’arrêtez !
– Vous en êtes certains ?
– J’entends votre cœur, humain, je sais que vous mentez, vous êtes terrorisés.
– Exact…
– Alors que tentez-vous de faire ?
– Je gagne du temps.
– Pour quoi ?
– Vous l’avez dit vous-même, vous avez déclenché l’Apocalypse. J’attends juste ses messagers !
– QUOI ?
– Les voilà d’ailleurs qui arrivent ! BILLY, BAISSE-TOI !


Si le nom de Joe Madureiran ne vous est pas inconnu, cela est normal car avant de se lancer dans le monde du jeu vidéo, celui-ci est avant tout un scénariste et dessinateur de comics ayant entre autres pu œuvrer chez Marvel sur du X-Men (Uncanny et Astonishing), du Deadpool, et du Spider-Man. En 2005, l’auteur s’associe avec David L. Adams, game designer sur une série de jeux pc nommée Trade Wars. Se passant dans un univers galactique, il sera une des sources d’inspiration du titre ayant reçu le plus important financement participatif de l’histoire : Star Citizen. Ensemble, ils fondent Vigil Games, une société très vite achetée par THQ dès l’année suivante. Obtenant les fonds nécessaires pour réaliser leur projet, les deux hommes et leur équipe travaillent jusqu’en 2010 pour sortir le premier jeu développé par leur entreprise : Darksiders. Centré sur les quatre cavaliers de l’Apocalypse, le joueur incarne ici War, dans une Terre ravagée par le conflit opposant le Ciel et l’Enfer. Accusé à tort d’avoir provoqué ce carnage, le héros part donc à la recherche du responsable de ce chaos, massacrant au passage, un peu tout ce qui lui passe sous la main. La critique est unanime, ventant les mérites d’un titre proposant une nouvelle expérience de qualité, se frayant un chemin aux côtés des grands du genre, et possédant une identité visuelle forte. Le jeu s’écoule à un million d’exemplaires, et une suite est automatiquement mise en chantier. Cette fois-ci, c’est au tour du personnage de Death, frère de War, d’être traité, et là encore, le jeu est acclamé. En terme de ventes, Darksiders II fait mieux que le premier volet,  1,5 millions de copies étant vendues, et confirme son statut de grand nom du hack ‘n’ slash moderne –il est important de préciser que le terme hack ‘n’ slash qui désignait à l’origine des productions telles que Diablo et ses suites, a vu son sens progressivement évoluer vers des jeux d’aventures proposant des combats en temps réel au corps à corps, sans pour autant tomber dans le beat them all bête et méchant-.

Et 1,5 millions, il faut comprendre que pour ce genre de jeu, ce n’est pas mal du tout, Darksiders II étant, qui plus est, le titre le plus vendu du mois d’aout 2012. En comparaison, Devil May Cry 4, dernier rejeton d’une célèbre licence à la fois populaire en occident et en Asie, fera juste le double de ventes. Malheureusement, ces chiffres ne plaisent pas à THQ, qui espérait plus d’argent, et empêche le développement d’un potentiel troisième opus. Suite à cela, l’éditeur annonce être en faillite, invoquant le Chapitre 11 de la loi sur les faillites des États-Unis, et se met ainsi à l’abri de ses créanciers. Pour ne pas léser ces derniers, THQ est débitée en plusieurs morceaux afin d’être vendue aux plus offrants. Et dans l’ombre de la salle de vente, se cache Lars Wingefors,  et Lars Wingefors attend. Homefront est acheté par Crytek, Warhammer 40,000 par Sega, Evolve et la série WWE (Catch)  par Take-Two Interactive. Mais Lars Wingefors continue d’attendre. Pendant ce temps, Ubisoft absorbe THQ Montréal et les droits d’exploitations de  South Park : Le bâton de la vérité, et Volition (Saint Row) et la série Metro sont vendues à Koch Media. Ce que semblent avoir oublié les autres sociétés, c’est que THQ, c’est plus de 300 jeux au compteur, et après ce partage, plus de 150 titres restent encore détenus par la boite. Tous ces jeux sont regroupés en un lot pour une valeur de 4,9 millions de dollars qui, une fois acheté, a pour effet de dissoudre THQ. A titre de comparaison, le deal South Park/Ubisoft dépassait déjà les 3 millions de dollars. Et là, Lars intervient. Ce que les autres ne savent pas, c’est que le bonhomme pèse dans le game suédois, n’a pas vraiment de soucis d’argent, et est spécialisé dans la récupération de licences dont personne ne veut, ayant commencé à s’enrichir en acquérant les droits de comics de seconde zone. De plus, il sait que dans le lot racheté par son entreprise Nortic Games, certains titres ont marqué l’enfance de milliers de joueurs et possèdent une bonne fan-base, car en plus de Darksiders, il récupère notamment Red Faction, et Destroy All Humans!. Lars attend encore un an, puis achète le nom « THQ » pour une bouchée de pain. Nortic Games devient ainsi THQ Nordic. 23 jeux sont mis en développement, et l’homme d’affaire ne s’arrête pas là, rachetant en 2018 Koch Media, qui avait elle-même racheté les Metro et Volition (Saint Row, Shenmue, Kingdom Come Delivrance sorti récemment). Enfin, la même année, Activision perd les droits d’exploitation des licences Nickelodeon à l’origine détenues par THQ, et THQ Nordic s’empresse de faire sien ce contrat avec la chaine de dessins-animés. Dans les 23 jeux mis en développement, la société annonce via un trailer de gameplay que les aventures du troisième cavalier de l’Apocalypse, Fury, sortiront dans le courant de l’année 2018, et seront développées par Gunfire Games.  Lars Wingefors ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.


– Ils… Ils sont si forts que ça ?
– Chacun d’entre eux est fort, mais ensemble, ils sont normalement invincibles.
– On… On a un plan ?
– Le monstre a brisé la porte, ça nous fait déjà une sortie. On court sans se retourner, on se tire d’ici, et après, on commence à réfléchir à notre prochaine action. Le problème, c’est que le démon nous barre la route. Tu te sens prêt à taper un sprint ?
– Oui !
– Quand les deux camps vont balancer leurs plus puissantes attaques, ça sera le moment d’y aller. J’hésite encore sur le bon moment.
– Comment ça ?
– Je n’en compte que trois, War n’est pas présent…
– Où… Où est-ce qu’il se trouve ?


En décembre 2009, Vigil Games s’associe avec  DC Comics par le biais du label Wildstorm afin de créer un graphic novel servant de prologue au premier opus de la série Darksiders. Pour l’occasion, c’est Joe Madureira, le créateur de la série qui opère en tant que scénariste.

War débarque en plein monde des Hommes, envahi par les démons suite à la rupture du Septième sceau, et comme le veulent les lois anciennes, ce sont les Cavaliers de l’Apocalypse qui sont envoyés pour rétablir la balance. Automatiquement attaqué par des créatures des enfers, le guerrier les défait aisément. War est un Nephilim chargé de défendre Eden contre ses pairs. Néanmoins, celui-ci, contrairement à ses frères et sœurs, refuse de se soumettre à l’autorité du Conseil Ardent, haute autorité en matière d’équilibre divin. Ainsi, les trois autres cavaliers sont chargés de faire rentrer Guerre dans les rangs. Un combat s’engage avec Fury et Strife, jusqu’à ce que Death réussisse enfin à couper le bras de son cadet. Pendant ce temps, l’ange Abaddon, Le Destructeur – ce qui laisse sous entendre qu’il n’est pas venu pour enfiler des perles-, tente de réunir sa famille afin d’aller chasser les démons de la Terre. Alors que certains commencent à émettre des doutes sur sa version des faits, affirmant qu’il n’y a aucune preuve que les démons aient brisé le Septième sceau, le serviteur de Dieu les châtie, avant de se rendre compte que certains de ses alliés croient tout de même en lui. Parmi eux, Azrael, l’archange de la mort, Uriel, et Ulthane, The Black Hammer.

Ten no haō Hokuto no ken War gaiden

Les cavaliers arrivent à Black Stone, résidence de Samael, un des plus puissants chefs des Enfers, et le somment d’honorer la trêve entre le Paradis et le royaume des démons. Ce dernier se moque d’eux, et Lilith, la compagne du seigneur maléfique leur fait comprendre que le seul à vouloir la guerre est Abaddon, et c’est après lui que le Conseil devrait les lancer. La Guetteuse, envoyée sur Terre afin de faire un rapport aux protecteurs de l’équilibre, revient sur ces entre faits, révélant à ses maitres qu’en dépit des apparences, aucun sceau n’a été brisé, et que War s’est jeté dans la mêlée opposant les anges aux démons. Le Conseil, comprenant qu’elle en sait trop, et dérangé par l’intervention de la créature, la fait abattre, et charge son frère, le Guetteur, d’aller récupérer War.

Seulement composé d’une trentaine de pages, le récit s’arrête là, laissant le lecteur au moment exact où le premier Darksiders commence. Suite à la réussite du premier, afin d’introduire le second opus de la saga, une mini-série sera par la suite créée, cette fois-ci en collaboration avec Dark Horse.


– B… Blue, ils lancent leurs attaques !
– 3, 2, 1… Cours !
– La tour tremble !
– Ne t’arrête pas !
– Leur… Leur puissance… Le sol se fissure !
*Attention, si vous tombez, je ne sais pas où vous atterrirez !*
– Je… Je glisse !
– Attrape ma main !
– Billy !
–  AAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah
– Jeremy, le gamin est tombé !
*Je sais à quoi tu penses, et je te conjure de ne pas le faire…*
– Désolé mon pote, j’y vais aussi.
*C’est de la folie !*
– Did I ever tell you what the definition of insanity is? C’est parti !
*Oh le con…*

A SUIVRE

3
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
KidBoyaBlueUlcer Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Ulcer
Ulcer

Je croyais que ça allait être Code Lyoko :/
Bon article tout de même, toujours aussi intéressant (Contrairement à certains articles qui sortent de nos jours), continue !

KidBoya
KidBoya

Petite info en plus, le 3 est annoncé pour cette fin d’année et devrait nous permettre d’incarner Fury contre les 7 pêchés capitaux !
Un joli retour de la licence après tant d’années !