Les points positifs:
  • Une première partie d’épisode intense.
  • Très bonne réadaptation du gang du Flush Royal.
  • Le duo Ollie/Diggle.
Les points négatifs:
  • Tommy.
  • Peu de révélations sur l’île.
  • Manque de profondeur dans le développement du Flush.

« I’m not a hero. »


  • Saison : 01Episode : 06Titre : Legacies

 Déjà six semaines qu’Oliver Queen nous entraîne dans ses aventures sur les toits de Starling City dans une quête de justice afin de laver les péchés causés par sa propre famille.

Ce sixième épisode marque en quelque sorte la moitié de la première partie de la série, celle-ci étant prévue à la base en 13 épisodes puis rallongée en 22 car victime de son succès. Les évènements déroulés dans les épisodes 4 et 5 amènent une nouvelle configuration dans l’équipe d’action mais également dans le cheminement de l’action. Oliver n’est désormais plus seul et partage la capuche du vigilant de Starling City avec Diggle, son ex-garde du corps.

La formation de ce nouveau duo de choc, mettant en avant le fait que le héros est avant tout un symbole plus qu’un homme, permet l’opposition de deux visions concernant le rôle d’un vigilant. Cette opposition entre les deux coéquipiers amène un échange intéressant sur les motivations de chacun. L’échange entre Diggle et Ollie met bien en avant que le Green Arrow ne se veut pas être un simple justicier qui combat le crime de rue mais que son but vise beaucoup plus haut que de sauver la veuve et l’orphelin, détruire le mal et sa corruption à sa racine.

Cette divergence d’opinions sur le rôle que doit jouer l’archer dans les rues de Starling City, conclue par une résignation trop rapide, a lieu grâce à une intervention musclée d’un gang qui fait des ravages dans les banques du coin, un gang bien connu de l’univers DC : Le gang du Flush Royal. Comme il est de tradition, le gang se voit avoir une relecture à chaque adaptation selon la personne aux commandes de l’oeuvre dans laquelle ils apparaissent. Ils ne dérogent pas à la règle de la série : Réalisme oblige. Pas s’apparence loufoque, rien que des masques de hockey qui ornent leurs visages, masques portant leur carte attribuée.

L’exploitation de ce célèbre gang dans la série se fait malheureusement en demie-teinte. Autant les motivations et l’aspect psychologique du leader sont plutôt bien expliqués, rappelant bien à Ollie son rôle en tant qu’archer capuchonné, rejoignant également l’avis de Diggle comme quoi il n’existe pas qu’un seul moyen de rendre la ville meilleure et que tout au final n’est qu’un rapport de cause à effet et que les pots cassés d’une ville corrompue par les erreurs d’un homme se paient jusqu’au plus bas niveau de la rue. En revanche, là où la narration déçoit réellement est dans le retrait intégral des autres membres de la famille du Flush, dans le sens où on ne nous livre pas leur propre vision des choses ni ce qui les motive réellement à suivre le père et leader. Plus de libertés à ce niveau auraient été les bienvenues plutôt que de tout laisser reposer sur les épaules d’un seul protagoniste qui pense et agit pour tous les autres.

 

Après une première partie d’épisode relativement musclée où l’action se déroule principalement dans le présent et ne laisse que très peu de place, l’action retombe et s’oriente sur l’insupportable « meilleur ami » de la famille : Tommy. Tommy amoureux, Tommy perdu dans ses pensées, Tommy perdu tout court. Là où le personnage joue à la girouette, il reste intéressant de voir l’évolution de son lien avec Thea Queen, surnommée « Speedy« .

Pour l’instant ce surnom semble être davantage un clin d’oeil comme peut l’être Robin dans The Dark Knight Rises de Christopher Nolan afin de montrer que l’acolyte de Green Arrow n’est pas tombé dans l’oubli et qu’il est présent sous cette forme. Rien n’indique donc concrètement que le personnage de Speedy sera bien présent dans la série et sûrement pas que ce sera Thea qui endossera le costume.

Les quelques mésaventures sentimentales de Tommy permettent le développement du personnage de Thea, laissé relativement en retrait jusqu’à présent et pour sûr… La soeur d’Ollie s’annonce pleine de surprise et surtout intéressante à suivre. En parallèle nous pouvons assister à l’évolution ou plutôt la dégradation des liens qu’Oliver entretient avec son entourage et plus particulièrement avec sa mère, déjà mal en point suite aux évènements passés dans l’épisode précédent.

Les quelques flash-backs disséminés aux quatre coins de l’épisodes peuvent décevoir tant la tension était à son comble lors des évènements passés et notamment grâce à l’arrivée de Deathstroke qui changeait clairement la donne sur la situation sur Le Purgatoire. Malheureusement, cette fois les souvenirs amènent à une confrontation entre l’envie de se résigner et l’héritage d’Ollie que son père lui a légué, sa mission. Les quelques révélations concernant le carnet du père savent garder le spectateur en haleine.

L’épisode se termine sur un ultime affrontement entre l’archer et le gang du Flush Royal. Cet affrontement se conclue par un coup de poker où le vigilant démontre à son adversaire qu’il ne bluffait pas. L’un se couche, l’autre repart, sans la mise mais avec un sentiment nouveau en lui.

Après cinq épisodes intenses dont le quatrième et le cinquième bien fournis en tension haute et en retournements de situations, l’épisode 6 d’Arrow se voit davantage comme une pause. L’épisode est dans son ensemble réussi mais peut décevoir tant la barre avait été mise haute lors des derniers évènements de la série. Un épisode plus mou dans sa seconde partie, qui permet donc de souffler et de faire table rase afin de présenter une nouvelle configuration de l’équipe principale avec une nouvelle manière de procéder et où la narration met en avant le but d’Oliver ainsi que sa propre conception du nettoyage de Starling City. Certainement le moins bon épisode d’Arrow à ce jour.


Un avis de plus c’est bien aussi!

Déception que ce nouvel épisode d’Arrow. Les défauts de la série sont de retour avec des « vilains » qui ne servent presque aucunement le propos de la rédemption mais qui devrait probablement entamer la nouvelle façon de faire justice de la part d’Ollie. Depuis déjà quelques épisode, des questions sur la manière qu’il a de faire ce qu’il fait, sa morale et son code d’éthique sont souvent remis en question. Son entourage le fait pour lui, que ce soit consciemment ou non, direct ou indirect, toutes ses actions ont des conséquences qui le poussent à se poser des questions. Personnellement ce côté m’intéresse particulièrement.

Une autre question que l’on peut se poser c’est est-ce que au final, plusieurs personnages se partagerons la capuche verte ou est-ce qu’ils endosseront eux aussi une identité secrète? La sœurette a droit à son quart-d ‘heure de gloire qu’elle emploi pour se mettre une murge et vomir…c’est la jeune riche spolié pseudo torturé dans toute sa splendeur. A voir pour la suite. Tommy essaye lui aussi de se faire sa place et sa stratégie plutôt habile fonctionne bien. Toutefois, le personnage reste faible et son intérêt est finalement très limité. En un mot comme en 100, Arrow #06 est un épisode moyen..

note : 3/5

– Harley


Fiche Technique

Production: DC Comics, Warner Bros Television
Réalisateur: David Nutter & David Barrett
Casting: Stephen Amell, Colin Donnell, Katie Cassidy, David Ramsey, Willa Holland, Jamey Sheridan, Susanna Thompson, Paul Blackthorne
 
Prochain Episode – 7. Muse of Fire : 28 Novembre 2012

Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de