Et voilà, clap de fin pour la cinquième saison de Arrow, une saison ayant connu des hauts et des bas mais ayant continué de monter en puissance depuis ces deux derniers mois afin de nous livrer cet ultime épisode. C’est parti pour la review !

Promenons-nous dans les bois, pendant que le Chase n’y est pas

Reprenant exactement là où les événements de la semaine dernière avaient laissé le spectateur, Oliver, accompagné de son crew d’ex-ennemis est de retour sur l’île dans le but de libérer ses amis et son fils, et au passage, mettre une bonne rouste à Chase. La première partie de l’épisode adopte un schéma très différent de ses prédécesseurs. En effet, contrairement à d’habitude, le présent est ici plus consacré au développement de personnages et fait la part belle au passé qui lui, voit une succession d’actions testostéronées assez bien filmées et agréables à suivre – bien que l’on en connaisse déjà l’issue. Cette première partie pâtît, dans le présent, d’un certains manque de budget qui a été lui consacré aux scènes d’actions se déroulant dans le passé et aux 20 dernières minutes. De ce fait, le seul combat présent, se situant dans une clairière, laisse parfois un sentiment de vide d’autant que certains effets visuels font un peu cheap (Talia qui jette sa grenade fumigène et disparait alors qu’une seconde plus tard, la fumée est déjà en train de se dissiper). En parlant d’ennemis, le personnage de Deathstroke fait toujours plaisir à voir, et il est possible de sentir que Manu Bennett s’amuse énormément à l’incarner après avoir été rangé au placard pendant un si long moment. Point positif et négatif à la fois, le thème de la dualité est omniprésent pendant la totalité de l’épisode, ralentissant un peu trop le rythme en faisant discuter les personnages deux par deux de manière parfois un peu forcée. Néanmoins, il est appréciable de voir que chacun a un peu plus qu’une seule réplique à sortir bien que cela n’empêche encore pas les scénaristes de laisser Thea à nouveau sur le banc de touche.

C’est l’heure, du du-du-du-du-du duel !

Alors voilà, nous y sommes enfin, le combat final entre Chase et Oliver, et autant dire que pour le coup, difficile de ne pas être hypé par cette rencontre. Là aussi, Arrow opère un changement dans sa forme. Pour la première fois depuis très longtemps, depuis la saison 2 plus exactement, le combat psychologique qui se joue ici et nettement plus intéressant que le combat physique. Encor une fois, tous les combattants, à l’exception de Théa, ont l’occasion d’avoir leur moment de gloire bien qu’il soit facile de sentir dès les premières secondes le déséquilibre marquant entre les deux équipes. Eh oui, quand on a Deathstroke dans son équipe qui butte cinq assassins surentrainés en 4 secondes chrono à l’écran et ça, sans dégainer, c’est sur que c’est plus facile d’avoir le dessus. Il est néanmoins un chouïa regrettable de voir que Black Siren, contrairement à la semaine dernière, n’a aucune autre fonction que d’être une méchante classique.

La croisière s’amuse

Maintenant, parlons de ce final qui, je suis sûr, en a déconcerté plus d’un. Le face à face entre Prometheus et Green Arrow est l’un des moments les plus forts de la série. Chase est plus retord que jamais et il est bon de voir les divers retournements de situation pas toujours prévisibles étant proposés ici. Josh Segarra est véritablement glaçant et tient son rôle à merveille, même si l’acteur le plus impressionnant en termes d’acting reste Stephen Amell qui offre sans aucun doute avec cet épisode la meilleure performance de sa carrière. De plus, le réalisateur a ici choisi la même direction de la photographie que celle des premières saisons dans le but de de garantir une continuité graphique à l’intérieur de l’épisode lui-même, mais aussi un retour aux sources. Pour ce qui est de la scène finale, celle-ci arrive à surprendre et choquer le spectateur, bien qu’il soit facile de comprendre qu’il est peu probable que la série ait décidé de sacrifier tout son casting, Malcolm Merlin compris – personnellement, ils peuvent en tuer 40, tant que Felicity y passe, ça me va.

Bilan de l’épisode : cet ultime épisode d’Arrow est sans doute le meilleur épisode de la saison et bien que la première partie soit légèrement handicapée par des dialogues pas toujours inspirés ralentissant l’action ainsi qu’un manque de budget, le tout est rattrapé avec brio dans les 20 dernières minutes et la story line du passé.

Bilan de la saison : lorsque cette cinquième saison a débuté, il était logique de se sentir inquiet pour l’avenir de la série au vue de ce que la saison 4 avait proposé. Pourtant, c’est avec surprise que les scénaristes ont avec justesse décidé de revenir à ce qui avait fait la force de Arrow lors de ses deux premières saisons. L’idée de nouvelle équipe a relancé l’intérêt et bien que les épisodes aient parfois eu du mal à créer quelque chose de neuf, ces derniers étaient néanmoins sympathiques. Le véritable défaut de cette cinquième saison est avant tout d’avoir été constituée d’autant d’épisodes, laissant un milieu de saison pas toujours au top, voir plutôt mauvais certaines semaines – China White et Cupid. Néanmoins, alors que cette phase « Prometheus envoie des nouveaux sbires chaque semaine » a trainé en longueur, force est de constater que dans son dernier tiers la série s’est plus que reprise. Introduisant un des méchants les plus intéressants de la série et revenant à ce qui avait fait sa force, Arrow a su remonter la pente avec brio malgré quelques plantages tout de même -#OlicityEpisode20-, afin de revenir sur le devant de la scène avec un très bon final posant de vrais questions sur l’avenir des héros. 

Très Bon / 10 Notre avis
{{ reviewsOverall }} / 10 Votre avis (3 votes)
Les +
Stephen Amell et Josh Segarra
Le retour de Deathsroke
Un très bon duel psychologique
Des flashbacks réussis
Les -
Une première partie d'épisode inégale
Quelques problèmes de budget se font parfois sentir
Ce que vous en pensez... CONNECTE-TOI POUR DONNER TON AVIS !
Order by:

Sois le premier à donner ton avis.

User Avatar
Vérifié
{{{ review.rating_title }}}
{{{review.rating_comment | nl2br}}}

Voir plus
{{ pageNumber+1 }}