Dire qu’Injustice 2 aura été attendu est un euphémisme. Le premier titre de ce qui devrait rapidement devenir une véritable saga de jeu de versus fighting avait su convaincre grâce à son dynamisme et à son ambiance épique, reposant sur un lore particulièrement surprenant, qui avait su intéresser le public. Après un Mortal Kombat X de bien belle facture, les joueurs étaient donc en droit d’attendre de Netherrealm Studios un second épisode de leur franchise super-héroïque à la hauteur du premier. Est-ce le cas ? A-t-on devant nous un produit qui surpasse son prédécesseur ? Est-il à conseiller à tous les amateurs de baston vidéoludique ?

Un mode solo convaincant

Soyons clairs, les fans de DC que nous sommes attendaient beaucoup du mode story, et il faut reconnaître que le jeu parvient à séduire grâce à son scénario, qui nous tient en haleine pendant cinq heures environ (ce qui est une durée tout à fait raisonnable pour un produit de ce type). Cette fois-ci, on oublie totalement l’idée d’amener des personnages d’un autre univers pour régler les problèmes de la terre-Injustice (je ne sais pas si elle à un nom officiel, et je crois que je m’en fous un peu). Le régime de Superman a été vaincu, l’homme d’acier est en prison sous un soleil rouge artificiel et ses anciens partisans font désormais profil bas, mais la situation va bien vite évoluer alors que l’on apprend que Brainiac va prendre la terre pour cible. C’est franchement rythmé et l’on s’attache facilement à certains personnages, comme Supergirl, Green Arrow, Black Canary ou encore Blue Beetle, qui ont un bon capital sympathie. Cependant, on regrettera encore la caractérisation de certains personnages, qui sont fort éloignés de leur version iconique (qu’il s’agisse de Superman, Wonder Woman ou encore Aquaman). L’histoire est intéressante et l’on a droit à deux fins possibles, ce qui vient allonger un peu la durée de vie, ce qui est franchement appréciable.

En ce qui concerne le reste du contenu solo, on a droit à un mode entraînement tout à fait classique, qui se montre efficace si l’on veut travailler un peu ses combos (qui sont nombreux, surtout si l’on maîtrise les mécaniques de juggle), et surtout au fameux mode « Multivers ». Ce dernier est clairement l’évolution des « Tours vivantes » de MKX, ou encore du mode S.T.A.R. Labs du premier opus, en bien plus travaillé. On nous propose ainsi six planètes contenant toutes des séries de combats, correspondant aux « tours » de Mortal Kombat. Seule l’une de ces planètes, le « simulateur de combat » est fixe, il s’agit en fait du mode arcade, puisque terminer événement de cette dernière débloque une petite « cinématique », composée d’écrans animés en flash, nous dévoilant une fin alternative pour chaque personnage. Les cinq autres sont variables, et changent régulièrement. A chaque nouvelle connexion au jeu, vous aurez forcément du nouveau contenu solo, ce qui est évidemment un bon point, d’autant plus que l’on a 29 personnages au lancement, et qu’il faudra amener tout ce petit monde à haut niveau.

Le système d’équipement vaut-il le coup ?

Ce qui fâchera cependant une partie des joueurs, c’est évidemment la présence des fameuses pièces d’armures à débloquer, qui trouvent tout leur sens dans le mode Multivers. C’est ici qu’elles trouvent toute leur utilité, puisqu’elles permettent de modifier les stats de vos personnages, qui gagnent des niveaux et obtiennent la possibilité de revêtir des équipements correspondant à ces derniers. Certes, on peut imaginer que certains y trouveront leur compte, mais ça vient totalement casser l’équilibrage, déjà fragile, qui existe entre les différents personnages. Ceci dit, il est évident que l’on appréciera le fait de pouvoir construire soi-même des « skins » alternatifs sans devoir passer à la caisse, ce qui est plutôt agréable. Sachez toutefois que ces pièces se débloquent grâce à des « Motherboxes » que l’on peut gagner, ce qui fait un peu mécanique de jeu free to play, et que l’on peut payer pour faire monter ses héros au niveau 20 (requis pour porter les meilleures panoplies) avec une devise qui s’achète en argent réel, et qui sert également à débloquer les skins « premium », qui nous donnent la possibilité de jouer Jay Garrick à la place de Barry Allen, Mr. Freeze au lieu de Captain Cold, et j’en passe.

Quid du multijoueur ?

En ce qui concerne les modes multijoueurs, on a droit à un mode versus local (encore heureux), à un système de guildes qui nous donne des objectifs à accomplir chacun de son côté pour faire progresser son camp et gagner davantage de crédits et récompenses, et surtout à un mode versus en ligne très fourni, qui nous propose des combats amicaux ou classés et un mode king of the hill. A priori, le netcode est tout à fait stable, et l’on a de quoi s’amuser sur le net, moyennant l’abonnement au PSN + ou au XBOX Live, évidemment. Le roster est très varié, et l’on prend du temps à essayer tous les personnages, qu’ils s’agisse des nouveaux venus, comme Cheetah, Firestorm, Atrocitus, Poison Ivy et d’autres encore, ou des figures emblématiques du premier jeu comme Batman, Superman ou Harley Quinn (qui a vu bon nombre de ses coups changer, au passage).

Parlons un peu des combats en eux-mêmes : c’est très fluide et l’on reprend le même gameplay que dans le premier jeu, mais en beaucoup moins rigide. L’animation est parfaite, c’est très joli et l’on appréciera l’effort qui a été fait par les développeurs pour rendre les visages bien plus regardables que dans le premier opus. En ce qui concerne la direction artistique, c’est toujours aussi discutable, et j’ose donner mon avis en estimant que la tenue de base de Superman est tout bonnement honteuse, et qu’il en est de même pour ce Captain Cold tout droit sorti d’un jeu lambda façon Destiny, ou encore pour certaines armures « épiques » qui rendent les héros méconnaissables, pour peur qu’on leur colle un « shader » (entendez par là une couleur, à débloquer soit en passant à la caisse, soit en la gagnant dans des boîtes) improbable. Et je me tairai sur le look émo du Joker… On pourra aussi regretter que les « chocs », ces joutes un peu moyennes permettant de « parier » une partie de sa barre de super pour se régénérer ou d’infliger de gros dégâts aient été maintenus, tant leur issue reste prévisible. On aura préféré voir un nouveau système, mais j’imagine que ça doit avoir un sens pour les développeurs…

Si l’on doit ajouter un autre point négatif à cette critique, c’est bien évidemment vers la politique de DLC de Warner Bros Games, qui nous propose un season pass à 39,99 euros, pour 9 personnages, dont trois sont déjà annoncés. On se paie la tête du client, en le forçant à passe à la caisse, et en lui imposant, en plus, la présence, dès la première vague de DLC, d’un héros de Mortal Kombat… On fera avec, ce n’est pas comme si on avait vraiment le choix…

Injustice 2 est un jeu tout à fait décent, qui vient cependant avec son lot de défauts. Certes, il n’est probablement pas à la hauteur des ténors du genre comme Street Fighter V, King of Fighters XIV ou Guilty Gear Xrd Revelator, mais il a le mérite d’être fun, agréable à regarder et de posséder une véritable profondeur de gameplay (si l’on met de côté les « chocs ») qui pourrait lui permettre une belle carrière sur la scène E-sport. Destiné aux fans de DC Comics et à tous les amateurs de baston de pixels, le jeu saura à coup sûr trouver son public, et l’on passera du bon temps à se foutre sur la gueule, alors que demander de plus ?

6
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
3 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
ZephiranthOverlordJocksBigDRim Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
BigDRim
BigDRim

Je vois mal comment on peut dire que l’animation des coups est parfaite mais bon… La politique de dlc me gêne pas dans le sens où le jeu est archi complet de base.
Sinon je suis assez d’accord avec l’article, bon jeu dans l’ensemble. Par-contre j’ai peur qu’il soit vite abandonné en online parce que les juggles à l’infini c’est vite lassant.

Jocks
Jocks

Le système de DLC est une honte, 70 balles pour l’édition de base et 20 balles pour 9 perso de +, soit un tiers du roster, c’est juste énorme et scandaleux (pourtant je suis fan du jeu hein, j’ai chopé le 1 en collector). Une version « collector » qui se résume à avoir les DLC avec (en gros ce qu’on devrait avoir DE BASE), c’est du foutage de gueule. Le jeu est cool, ça rien à redire mais là politique de NetherRealm à pas changer d’un pouce (comme le fait de pouvoir acheter Brainiac dès le départ pour 5.49€ au lieu de le débloquer, comment tu veux inciter les mecs à pas abuser du système de DLC si y a des pigeons qui achètent même du contenu que tu as de base).
Hey vous voulez pouvoir utiliser la toucher X ? C’est 5€ de +.

(désolé pour le « coup de gueule » ^^)

Overlord
Overlord

Certes, on peut imaginer que certains y trouveront leur compte, mais ça vient totalement casser l’équilibrage, déjà fragile, qui existe entre les différents personnages.

à noter qu’il est possible de rendre l’équipement totalement cosmétique en cherchant des parties multijoueurs.