Flingues, check. Lunettes noires, check. Clopes, check. Une pinte de blonde dans la main, il est temps de discuter aujourd’hui d’une création made in Ennis : Hitman. Partageant le même nom que l’assassin chauve à  cravate rouge, ce tueur là est d’un autre type. Sa spécialité ? Tuer du méta. Pour ceux connaissant les autres travaux du créateur de Preacher, cette thématique ne leur est pas inconnue que ce soit au travers de son The Punisher Kills the Marvel Universe ou de The Boys. C’est en 1993 qu’apparaît Hitman pour la première fois lors du crossover Bloodlines. Encouragé par le succès du personnage, DC décide de laisser sa chance au héros en lui offrant sa propre série (vous vous rappelez de la période où DC osait des trucs ?). Réussite critique et commerciale à une époque où les comics se vendaient mieux qu’actuellement , c’est le premier numéro de cette longue série de soixante qui va nous intéresser.


Tommy Monaghan tue des gens, des méta-humains principalement, c’est de ça qu’il vit. Dans un entrepôt de Gotham, alors qu’il trucide du petit truand par pack de douze, il use de ses pouvoirs afin de lutter contre les différents traquenards tendus sur sa route. Détectant un homme derrière un mur grâce à sa vision à rayons-X, il anticipe l’attaque et lui colle le canon de son arme dans la bouche avant d’appuyer sur la détente. Arrivent alors les membres du groupe Shadow Cats. Comme lui, ils ont des capacités supérieures à la normale, contrairement à lui, ils vont mourir. Une fois ces derniers laissés sur le carreau, Hitman rejoint le Noonan’s, son pub favori. A l’intérieur, ses amis sont absorbés par une discussion passionnée, ce soir c’est poker. Les joueurs ? Toujours les mêmes : Sean, le patron, Pat, son neveu, Ringo, un autre tueur à gage et Hacken, le… simplet dirons-nous. Après quelques blagues sur The Sandman, la partie se termine assez rapidement et notre héros rentre chez lui alors qu’à un autre endroit de l’univers, des aliens nazis l’observent en secret.

Le matin même, Tommy décharge des munitions de sa voiture lorsqu’il bouscule une jeune femme. Par télépathie, il apprend qu’elle apprécierait de manger indien, il déteste l’idée. Après une brève analyse de la demoiselle au rayon X, il se rend compte qu’il peut passer outre le fait qu’il n’aime pas la nourriture et décide de l’inviter à dîner. Avant de se rendre à son rendez-vous, Hitman passe chercher son prochain contrat auprès du Pole Emploie du Crime local et reste bouche bée en découvrant le nom de sa prochaine cible : Le Joker.

Son rencard s’est bien passé, ça aurait pu être mieux mais un baiser, ce n’est pas si mal. Alors qu’il retourne chez lui en sifflotant, un objet contondant fend l’air et se plante à coté de sa tête :un Batarang. Le chevalier noir apparaît devant lui et une course poursuite s’engage entre les deux hommes. Seul problème, Tommy ne tue que des méchants et Batman n’en est pas un. Réussissant à faire tomber du toit la chauve-souris en tirant sur le bat-signal placardé sur sa poitrine, Hitman commence à s’enfuir avant d’être vite rattrapé. Bruce enfonce son poing dans le ventre de son adversaire, qui, à défaut de s’écrouler, vomit sur ses bat-pompes. Vexé, le justicier masqué en profite pour lui mettre une deuxième droite avant de mystérieusement filer. Malheureusement, Tommy se relève en agrippant son flingue, prêt à en découdre, mais le GCPD est là pour lui et il n’a d’autre choix que de se rendre.


Et…fin ? Ohhhh non, à vrai dire cela ne fait que commencer. Sorte de fusion entre The Punisher et Billy Butcher, notre héros a encore bien des batailles à mener. Qui sont les mystérieux nazis aliens ? Tommy va-t il finir en prison ? A t’il eu raison de s’enfiler toute cette bouffe indienne qui le débecte, juste pour avoir un rencard avec cette fille ? Vous le saurez en lisant la suite.

Lisez Hitman, lisez absolument The Punisher Kills the Marvel Universe et lisez The Boys, qui, quoi que n’étant pas toujours au top, reste une très bonne aventure ! À une prochaine fois !