Last-Gang-in-Town-001-(2016)-(Digital-Empire)-001
Les points positifs :

  • Accessible malgré sa connexion avec Lost Army
  • Van Sciver en forme
  • Une introduction efficace…

Les points négatifs :

  • …mais très scolaire
  • Pas franchement subtil
  • Ca ne raconte pas grand chose

« She’s the most beautiful thirty-foot-tall anything i’ve ever seen. » – Two-Six


  • Scénario : Tom Taylor – Dessin : Ethan Van Sciver Couleurs : Jason Wright 

Après une première mini-série intitulée The Lost Army, pas désagréable, mais passée un peu sous les radar, le Green Lantern Corps est de retour cette semaine avec Edge of Oblivion. Pour l’occasion DC Comics a vu les choses en grand puisque ce premier numéro voit le retour de Tom Taylor dans l’écurie DC ainsi que celui de l’artiste Ethan Van Sciver dans un univers qu’il aura marqué de son style durant la dernière décennie.

Le premier piège qui attendait Tom Taylor était la connexion de cette nouvelle série avec la précédente : Green Lantern : The Lost Army. Bien qu’étant la suite plus ou moins direct de l’oeuvre de Cullen Bunn, Taylor évite de trop en dépendre et se libère même de ce poids dès la première page pour ensuite entrer directement dans le vif du sujet sans perdre le lecteur en route. En s’appuyant donc sur un point de départ déjà connu, l’auteur joue d’entrée de jeu sur ses forces. Ainsi, on retrouve plutôt bien le style « Taylor » qui avait fait le succès de ses runs sur Injustice ou encore Earth 2. En effet, il n’a pas besoin de présenter les personnages en détail, ni même de forcer la mise en place de son postulat de départ mais il s’applique à créer des voix propres pour tous les protagonistes qui interviennent ici, tout en se concentrant sur la dynamique de groupe à l’intérieur du Corps. Malgré un travail bien mené sur les personnages et un rythme, il faut bien l’avouer, très enlevé, Edge of Oblivion #1 est, hélas, un peu léger en terme de développement pour que l’on puisse vraiment avoir un avis définitif sur l’oeuvre.

Pour l’instant, Taylor se contente d’une mise en place extrêmement classique, voire même scolaire, tant on retrouve tous les passages obligés de ce genre d’introduction. C’est bien dommage, d’autant plus que l’ensemble manque régulièrement de subtilité dans son déroulement. Il faudra donc se contenter d’un cliffhanger sympathique, mais là encore déjà vu, pour se décider à revenir ou non pour les prochains numéros. Malgré cela, avec sa profusion de personnages, ses quelques nouveautés et le fait qu’il puisse s’appuyer sur le postulat de départ de The Lost Army, Tom Taylor parvient à insuffler une certaine richesse dans l’univers qu’il met en place. Dans les faits, en fait, il faut bien avouer qu’il ne se passe pas grand chose, mais à la lecture, on sent comme un parfum épique et un potentiel bien réel qui n’attend qu’à exploser dans les prochains numéros. Ajoutez à ça quelques pointes d’humour bien senties et ce premier numéro s’en sort finalement avec les honneurs.

En ce qui concerne la partie artistique, Ethan Van Sciver n’est évidemment pas étranger à l’univers Green Lantern et les amateurs du style de l’artiste y trouveront largement leur compte. On peut regretter qu’absolument tous les personnages qu’il dessine apparaissent tout en muscle ou encore un découpage de petit malin qui permet à l’artiste de réaliser quelques planches à l’économie de moyens. Dans l’ensemble, cependant, ce premier numéro a quand même beaucoup d’allure. Avec ses planches toujours lisibles, une mise en page claire mais qui n’oublie pas d’offrir quelques moments qui en mettent plein la vue, Van Sciver apparait très à l’aise dans un exercice qu’il maitrise complètement. Nous sommes donc dans du pur comics de super-héros graphiquement, même si l’artiste n’oublie pas non plus de créer quelques environnements sympathiques, notamment dans la dernière partie du numéro. Jason Wright, de son côté, habille les dessins de Van Sciver de couleurs assez vives mais qui laisse ressortir tous les détails du coup de crayon de son artiste. On lui pardonne alors une ou deux fautes de goût qui sont, en plus, présentes sur les pages les moins inspirées de Van Sciver.

En définitive, ce premier épisode est truffé de contradictions. Rythmé mais ne racontant pas grand chose. Plutôt bien écrit en ce qui concerne les personnages mais manquant tout de même de subtilité. Proposant parfois un regard nouveau sur cet univers, tout en étant très scolaire dans sa structure narrative. Il faudra donc peser le pour et le contre en tant que lecteur pour s’y retrouver et décider ou non de continuer l’aventure jusqu’au bout. En l’état, ce Green Lantern Corps : Edge of Oblivion #1 n’est donc pas un échec, loin de là d’ailleurs, mais manque clairement de coffre pour convaincre pleinement. Un numéro correcte donc, et en fonction de ce que l’on est en droit d’attendre de ce genre de récit, c’est peut-être déjà largement suffisant.

4
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
WaxxReview Express VO - Semaine #228 | DCPlanet.frWinterwingVittorini Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
Vittorini
Vittorini

Merci pour cette review ! Espérons que ce soit LA mini qui relance enfin le GLC.

Winterwing
Winterwing

Mouais. Taylor dépends tellement pas de The Lost Army qu’il en oublie tout ce qu’il s’est passé… Kilowog qui retrouve mystérieusement un anneau, les Lantern « détraqués émotionnellement » qui redeviennent mystérieusement des Green Lantern et, à mon humble avis, on entendra pas parler de Krona, Relic et Hal. Mais hormis ce côté « je m’en branle méchant de ce qu’il s’est passé avant », c’était un bon numéro en terme d’écriture. Bon par contre les planches, Van Sciver j’ai jamais supporté, mais c’est perso ça.

trackback
Review Express VO - Semaine #228 | DCPlanet.fr

[…] Green Lantern Corps : Edge of Oblivion #1 […]

Slade Wilson
Slade Wilson

Petite question.. (Bête sûrement) mais est ce que ça va sortir en France ? :$ à