FABLES 03 reed
Les points positifs:
  • L’ambiance et l’univers toujours aussi géniaux
  • Le cliffhanger
  • Plus de pages, plus de plaisir!
Le point négatif:
  • Trois histoires à l’intéret inégal
  • Les dessins de l’épisode de Jack

« Dis le que je suis une coquine! Une catin! »


  • Scénario : Bill Willingham – Dessin: Lan Medina, Mark Buckingham, Bryan Talbot – Couleurs : Daniel Vozo
  • VERTIGO CLASSIQUES – Fables Tome 3 – 24 août 2012 – 168 pages – 15 €

Pour la première fois (bon c’est que le troisième tome) un numéro de Fables qui n’est pas une seule et unique histoire. A la lecture, j’ai donc eu cette sensation d’avoir une construction en forme de série live, avec trois épisodes, sans connexion entre les uns les autres. Et c’est là que je me suis pris à rêver d’une version TV de Fables !

Premier épisode. Sac d’os. Jack ! Mais si, le looser blondinet des deux premiers volumes dont presque tous les autres Fables se moquent. Cette histoire prend place dans le passé, à l’époque de la guerre de sécession, lorsque Jack était au top de sa forme. Plus roublard que jamais, il provoque lui-même la chance afin d’améliorer son quotidien. Forcément et comme avec toutes les Fables, il y a une morale à cette histoire. Le bonheur ne dure pas bien longtemps lorsqu’il est artificiel !

Deuxième épisode. Droit de réponse. Les Fables sont démasqués par un commun et même que ce sont des vampires ! Si cette affirmation est digne d’être une blague (quoique), les éléments prouvant que les Fables sont bien des êtres immortels, Tommy Sharp n’en manque pas. Éditorialiste chez Daily News, il est sur le coup depuis un petit moment et il veut son scoop ! Le shérif Wolf ne l’entend pas de cette oreille et il faut à tout prix faire taire le journaliste, mais sans l’abattre ou la partie est terminée. Si le plot de départ est assez convenu, le chemin de la résolution est passionnant. Se servant des capacités des uns et des autres, le loup a des idées à revendre pour protéger les siens et elles sont délicieusement perverses.

Troisième épisode. Romance. Bon on commençait à s’en douter que ces deux-là aller finir par se titiller le bourrichon. Blanche et le Shérif. Quel couple incongru et savoureux. C’est donc leur « relation » qui est le centre d’intérêt de cette troisième histoire, le plus gros morceau de ce tome #3. Histoire de ne rien spoiler il faut juste savoir que la soif de pouvoir (où simplement parce qu’il ne pense pas que avec sa tête) de Barbe Bleu va être le déclencheur d’une série d’évènements qui vont aboutir à la fin d’une histoire, au début d’une nouvelle et surement ce qui s’annonce comme un gros bouleversement dans Fables ! Mais chut, je ne vous ai rien dit !

Coté dessins ont retrouve la même équipe que dans les deux numéros précédents donc pas de changement mais ça s’améliore doucement doucement. Par contre, j’avoue avoir eu un peu de mal avec la partie concernant Jack. Sa tête me traumatise purement et simplement, mais c’est personnel.

Toujours avec cet humour tantôt noir, tantôt naïf mais toujours plein d’ironie et de sarcasme, Bill Willingham a beaucoup de choses à raconter et est juste blindé d’idées. Même si j’ai trouvé ce numéro moins fort que les deux précédents, il n’en reste pas moins que Fables #3 – Romance est encore un excellent moment de lecture (à ne pas mettre entre toutes les mains).