batgirlcv
Les points positifs :
  • Un gameplay toujours aussi efficace.
  • On peut jouer Batgirl pour la première fois.
  • Harley Quinn dans son costume d’origine.
Les points négatifs :
  • Un scénario anecdotique.
  • Une durée de vie dérisoire.
  • Un combat final décevant.
  • Une rejouabilité quasi-inexistante.
  • Peu d’innovations.

« Avant tout était si simple, maintenant il y a deux crétins qui gâchent mon jeu. MON jeu ! » – Joker.


  • Développeur : Warner Montréal – Éditeur : Warner Bros Interactive Entertainement.
  • Batman Arkham Knight « En Famille »-14 juillet 2015 (pour les possesseurs du Season Pass) 21 juillet 2015 (vendu séparément)- PS4/ Xbox One 6€99

Malgré un lancement chaotique (et une horde de joueurs PC mécontents à l’heure où j’écris ces lignes), le jeu Arkham Knight connaît un succès critique et commercial, et certains pige… euh gamers se sont offerts le season pass pour la modique somme de 39,99€. Nous nous sommes d’ailleurs procuré ce fameux produit afin de tester le premier DLC compris dans ce pack. Est-il aussi court que les petits épisodes offerts en précommande ? Batgirl est-elle intéressante à jouer ? Ce petit add-on apporte-t-il quelque chose à la mythologie de l’Arkham-verse ? Nous allons tenter de répondre brièvement à toutes ces questions.

Il convient tout d’abord de préciser que ce DLC n’est pas l’œuvre de Rocksteady, mais de Warner Montréal, studio qui s’était chargé du développement du jeu Arkham Origins, que beaucoup estiment être le plus faible de la licence. On sent effet que l’équipe n’a pas réellement cherché à innover, mais nous propose simplement une petite zone à explorer, en réutilisant tous les éléments de gameplay qui ont fait le succès de la série. Oublions la batmobile, puisqu’il ne faudra pas compter sur la présence du chevalier noir, et intéressons nous aux deux héros jouables ici, à savoir la nouvelle venue, Batgirl, et Robin, en la personne de Tim Drake. Autant vous le dire de suite, Robin se joue exactement comme dans le jeu principal et possède les mêmes gadgets, et Barbara devra se contenter d’une version réduite de l’arsenal de Bruce, et d’un moveset assez proche de celui qu’elle a dans Injustice. C’est un peu décevant, mais il faut bien avouer que le système de jeu est parfaitement rôdé et reste efficace.

Qu’en est-il de l’histoire ? Eh bien le moins qu’on puisse dire, c’est que les développeurs ne se sont pas réellement foulé sur le coup. On a droit à une simple prise d’otage dans un parc d’attractions abandonné, comme il semble en exister des dizaines dans Gotham. Et qui se cache derrière cet incroyable méfait ? Ce n’est nul autre que le Joker ! Accompagné d’une Harley Quinn dans son costume original (enfin, on nous le vend comme tel, mais je n’ai bizarrement jamais imaginé que notre chère Harleen portait une tenue fétichiste en latex. Mais bon, j’imagine que l’esthétique BDSM plaît à beaucoup de bat-fans). Comme par hasard, parmi les policiers retenus en otage, se trouve Jim Gordon. Et voilà, c’est à peu près tout ce qu’on apprend au cours de ce petit scénario, et il n’y a aucun rebondissement. De même, la caractérisation des personnages n’est pas très importante, et l’on peut juste constater que les relations entre Babs et Tim sont un peu plus qu’amicales, et qu’Harley Quinn est totalement dingue du Joker. Je pense que tout ceux qui ont fait le jeu principal le savent déjà, mais les développeurs se sont dit qu’il fallait absolument en remettre une couche.

Au niveau du level design, on a droit à quelques nouvelles idées, malheureusement peu exploitées. On nous permet en effet à deux reprises d’éteindre la lumière afin de prendre nos ennemis par surprise, ce qui colle bien à l’univers de Batman, et que l’on aurait aimé voir dans les jeux auparavant, et Barbara doit aussi compter sur le dispositif de piratage afin d’activer des pièges, qui vont lui permettre d’éliminer certains ennemis et d’en surprendre d’autres, afin d’effectuer une attaque d’intimidation, celle-ci n’étant utilisable que dans ce cas de figure par notre héroïne, qui est moins imposante que son mentor. Le DLC nous propose différentes phases, du combat (en solo ou en duo), des passages d’infiltration en mode « prédateur » et quelques courses contre la montre afin de désactiver des bombes. Rien de bien folichon, mais ça fonctionne plutôt bien, et la difficulté est correctement dosée. La direction artistique est efficace et l’on se plaît à visiter ce parc, centré autour de la thématique des monstres marins, à l’ambiance oppressante. Malheureusement, le tout est gâché par un boss fight peu impressionnant, qui se résume à un simple combat duo, avec quelques QTE balancées au hasard par les développeurs, qui se répètent sans cesse…

On pourra cependant regretter la faible durée vie de la chose, entre 1h et 1h30, en raison de la petite taille de la map, ainsi que d’un nombre retreint de « missions » à accomplir. C’est toutefois bien mieux que la durée de vie du DLC Harley Quinn, et ne parlons pas de celui de Red Hood… Au niveau de la rejouabilité, ce n’est pas top non plus. On a droit à un certain nombres d’objets à retrouver et détruire afin de décrocher des trophées (à savoir des ballons à éclater, des dentiers de farces et attrapes à casser et des diables à ressorts à faire sortir de leurs boîtes) mais toute cela peut se faire très rapidement, et ne vous prendra pas plus de trente minutes à faire. De même, on ne pourra pas jouer Batgirl sur la map principale, et l’on ne propose pas de défis à réaliser avec ce personnage… Dommage que l’on ait droit à si peu de contenu.

Ce contenu additionnel se montre donc plutôt décevant, en raison d’un réel manque d’inspiration dans le gameplay et d’une durée de vie presque dérisoire. Les fans hardcore de la jolie rousse seront cependant ravis de la prendre en main (euh attendez, ce n’est pas ce que je voulais dire) et il est vrai que l’on s’amuse à parcourir cette petite zone, mais la plaisir s’achève trop rapidement, espérons que les prochains DLC soient plus consistants, parce que si l’on a payé pas loin de quarante euros pour ça, on risque de l’avoir mauvaise…

Poster un Commentaire

4 Commentaires sur "Test – Batman : Arkham Knight, DLC « En Famille »"

Me notifier des
Trier par:   plus récents | plus anciens
Rhyfel4815

Ouais au final ce DLC est autant une blague que les autres, ils auraient pu faire un truc génial avec Batgirl, même mettre une scène de fin où elle se fait avoir par Mr J mais là nan c’est juste Batgirl dans une mission secondaire toute moisie, un peu comme la partie Catwoman d’Arkham City ^^
Là vous pourrez dire ce que vous voulez, mais le DLC Cold, Cold Heart d’Origins était bien meilleur que celui là, avec un bon scénario au moins

Pijama

J’espérais vraiment voir a la fin le Joker lui coller une balle. Genre un épilogue du style  » 1 an plus tard  » et la cinématique fatidique.

Sinon, je suis d’accord pour le DLC cold, cold heart.

Ah et tu n’as pas parlé de l’easter egg sur starro ! :D

WingEternal

Déception est le maître mot de ce dlc même celui sur harley est plus fun

trackback

[…] vous préférez. En effet, mis à part une aventure solo pour Batgirl (retrouvez notre test ici), le reste se constituait de petites histoires (en vérité, des cartes AR à […]

wpDiscuz