Après deux showcases dédiés à Flash à l’occasion de ses 75 ans, le premier consacré à la première apparition de Jay Garrick et le second au fameux Flash of Two Worlds, la rubrique fondée par notre bien-aimé Freytaw reprend son cours habituel. 22 Janvier implique un numéro #22. Hélas, des numéros #22, il y en a pas mal. Genre, pas mal beaucoup depuis 1938. Harley Huntres les a donc rassemblés, a fait rouler un dé à 100 faces qui a désigné cet inattendu Advanced Dungeons & Dragons #22. Qu’à cela ne tienne ! Cette rubrique sert aussi à vous faire découvrir des penchants moins évidents du DC Universe, à ce titre quoi de mieux qu’un peu de bon vieux jeu de rôle à l’ancienne ?


Oui, il y a eu des comics Dungeons & Dragons. Comme He-Man et ses Masters of the Universe, les adaptions de ce jeu de rôle à l’ancienne – comprenez sans plateau ni écran, juste des gars autour d’une table avec du papier, des crayons, un dé et beaucoup d’imagination – ont valsé entre les différents éditeurs, faisant tantôt un passage chez IDW, tantôt là, tantôt ici. Du côté de DC, on a eu droit à une ongoing qui s’étira de 1988 à 1991, sur un total respectable de 36 numéros auxquels s’ajoute un annual, plutôt respectable pour une licence déconnectée du reste du DCU probablement moins vendeuse que Star Wars. Ceci dit, à l’époque, TSR, propriétaire de la licence, gérait de manière admirable la répartition de son univers sur les différents formats : les événements présentés dans son comics s’accordaient avec une trilogie de romans écrite par Richard Awlinson, et ses conclusions se répercutaient sur les légendaires jeux vidéo Baldur’s Gate. Pour couronner le tout, ces comics arrivaient avec des fiches de personnage et des informations à l’usage des joueurs, de quoi réjouir les rôlistes fanatiques !

Ce numéro vient clôturer un arc de quatre numéros débuté dans le Advanced Dungeons & Dragons #19. Centré autour de Selune, la déesse de la Lune, il oppose Luna, l’incarnation terrestre de cette divinité, à sa maléfique sœur, Shar, qui tente d’usurper son trône. Heureusement Luna peut compter sur le soutien de ses amis, qui forment une compagnie d’aventuriers telle que les clichés les imaginent, avec Onyx, un nain, Timoth, un centaure susceptible et prompt à dégainer, Kyriani, une elfe à en juger par ses oreilles dont la coupe de cheveux rappelle avec mauvais goût celle de Malicia dans la série X-Men des années nonante, et Vajra, une combattante basanée. Ces joyeux drilles forment le roster principal de la série depuis son lancement.

Advanced Dungeons and Dragons #22

Un lecteur qui débarquerait sur le titre à ce numéro #22 ne comprendrait pas grand-chose, mais assisterait en fait à la confrontation finale entre Shar et Selune, cette dernière, du côté des gentils, ayant oublié qu’elle était la déesse de la Lune. Elle parvient après des péripéties dont on retient surtout une attaque de chevaliers squelettes (qui n’aime pas les chevaliers squelettes ?) à retrouver mémoire et pouvoirs, grâce au concours de ce que votre humble serviteur a compris être son père, alias Lord Ao, souverain de tous les dieux (à condition que Ao et son père soient bien le même personnage sinon je n’ai rien compris).

Au cas où ça n’étais pas clair, ça ne se déroule donc pas du tout dans le DCU mais bien dans l’univers de Dungeons & Dragons, avec sa mythologie et ses endroits fictifs. Les sorts que se jettent les personnages dans les pages de ce numéro sont de véritables sorts du jeu de rôle d’origine, hélas les combats ne se passent pas au tour par tour et on n’assiste à aucun lancer de dé au cours des 24 pages. Snif pour les rôlistes. À noter que c’est étrange comme l’esthétique comics des années nonante, qui a assez mal vieilli, se marie avec cet univers médiéval-fantastique, contrastant avec les illustrations autrement plus séduisantes et détaillées qui ornent les manuels à l’usage des joueurs.

Advanced Dungeons and Dragons #22

Ces licences externes ont toujours un peu le cul entre deux chaises lorsqu’elles atterrissent dans les publications DC, puisqu’elles sont isolées du reste des titres à cause de leur univers à part. Cette caractéristique destine probablement davantage ce numéro de Advanced Dungeons & Dragons aux fans du jeu de rôle, au risque de sombrer dans l’oubli au gré des mutations du DCU. Mais au moins, le temps d’un Showcase, on s’est souvenus des aventures de Kyriani et ses amis !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.