Les autres vous ont raconté moultes sottises à mon sujet et au sujet de mes absences plus ou moins variables de ces dernières semaines. Mais il ne faut rien écouter, ils ne me connaissent pas, et ils ne peuvent pas comprendre ni même connaître le vrai but de mes missions temporelles. La chute d’All-Star Western est un événement figé dans le temps, impossible à distordre ou arrêter. Je ne sais pas encore pourquoi d’ailleurs. J’ai déjà essayé par le passé, car je savais que cette annulation arriverait, et je vous avais prévenus, mais preuve en est, cela n’a rien changé. Mais il y a d’autres événements qui peuvent, tout doucement, glisser et nous emmener vers de nouveaux horizons. Ne vous inquiétez pas, je ne modifierai pas votre passé. J’essaye simplement de changer mon futur, et ce n’est pas chose aisée, mais je crois que j’y arrive, petit à petit. Je note tout dans mon journal, je vous en ferais part un jour, peut-être, éventuellement, si vous êtes sages. Mais revenons au sujet du jour que Skeets a déniché pour vous mais j’avoue que, comme pour toutes les autres sorties du mois, on est pas allé le chercher bien loin. Il y a d’autres entités ou personnages, comme moi, qui essayent de changer le cours du temps, mais parfois pour des raisons néfastes. Et cette semaine, nous allons découvrir quel arme maligne le Time Trapper va sortir de sa capuche pour détruire la Légion… Oui, je vous parlerai cette semaine de la mini-série Final Crisis : Legion of Three Worlds, et plus particulièrement du numéro un.


Ce numéro est sortie le 20 Août 2008, il est écrit par Geoff Johns, dessiné par George Pérez et encré par Scott Koblish. Un trio relativement impressionnant qui a fait les belles heures de la Légion à l’époque. On a pas vraiment choisi ce numéro pour sa date ou son chiffre, mais juste pour continuer à parler du thème des futurs possibles (avec la Légion, on est déjà en plein dedans, alors imaginez quand il y en a trois), mais aussi et surtout pour fêter le retour de cette fameuse Légion, qui avait pris quelques vacances avant de revenir de pied ferme dans les New 52, et après une apparition minime dans les JLU et JL de Futures End, quelques caméos dans Booster Gold : Futures End et la dernière page de Doomed (non promis, je ne vais pas vous reparler de ça), ils vont de nouveaux être des guest-stars de renom dans le prochain arc de la JLU, mais pour de vrai cette fois, pas avec seulement deux membres qui se battent en duel… Mais bref… revenons-en à ce numéro !

Tout commence ou plutôt, tout se termine à Vanishing Point, la fin des temps, qui se retrouve dans un état insalubre, et sur lequel, le Time Trapper médite sur la capacité de survie de la Légion des Super-Héros, et cela l’agace. Et profondément ! Que voulez-vous, on a tous notre petit tempérament… Lui son problème, c’est les cafards. En même temps, avec sa capuche moisie, il en a plein la tronche, et vu qu’ils considèrent la Légion comme des cafards, vous pouvez comprendre son énervement latent ! C’est lui même qui le dit, c’est que ça survit atrocement bien une colonie de cafards, vous n’avez jamais eu de problèmes de cafards vous ? Et donc, que trouve-t-il de mieux à faire ? Tenter de les éradiquer avec un espèce de dératiseur au potentiel incroyable, un petit Superboy Prime, perdu au fin fond du temps. On le ramasse et hop, petit lancé jusqu’au 31 ème siècle !

Et c’est que le Trapper est tout mignon d’ironie. Il fait atterrir le bonhomme dans le Kansas, à Smallville ! Bon, on reste au 31 ème siècle, et la modernité a bien changé, les lieux aussi, mais l’exploitation agricole reste cependant l’activité numéro une là-bas ! Et voilà donc qu’un espèce de couple à la John et Martha Kent s’exclame avec haine sur l’omniprésence des aliens sur leur belle planète, que c’est dur d’élever des enfants humains dans ces conditions, qu’ils leur volent leur travail et autres joyeuseté du genre. Faut dire aussi que récemment, Earthman a un peu foutu le bazar sur Terre et la xénophobie dans le coin s’est juste un peu emballée… Donc oui, presque John et presque Martha Kent voient donc ce truc tomber du ciel et accourent par curiosité pour voir ce que c’est, fusil à la main. Car c’est certainement une saloperie d’alien, et d’ailleurs, le presque John n’hésite pas à tirer sans sommation (enfin si, il somme, mais en même temps qu’il tire). Sauf que Superboy Prime, qui d’ailleurs n’aime pas qu’on l’appelle Superboy, c’est vrai quoi, il est grand, c’est chiant de toujours être pris pour un gamin quand t’es grand, n’aime pas non plus trop leur accueil et les crame sur le champ. On se croirait presque en train de lire les origines d’Ultraman dans Forever Evil, dis donc Geoff Johns, tu ne serais pas en train de recycler tes idées là ?

final_crisis_legion_01

En tout cas, Superboy Prime, il a les glandes. La dernière fois qu’on l’a vu, c’était pendant la guerre de Sinestro, il s’était encore bien fait botté les fesses par son homologue tout gentil, tout boy scout et tout mielleux. Et là, il se rend compte qu’il est au 31 ème siècle, que y’a un musée en l’honneur de Superman, ses amis et même ses ennemis, et que pire que tout, son effigie à lui, elle se retrouve dans une remise, et tout le monde s’en branle ! Autant vous dire que le musée va prendre cher. En plus, il apprend qu’il y a toute une bande de guignols en collant et aux super-pouvoirs qui ont décidé de suivre l’exemple de Superman et de fonder une Légion de couillons qui sauve le monde. Insupportable, franchement ! Fort heureusement, ce musée regorge d’informations utiles pour permettre à tout vilain super-puissant de faire pleins de bêtises en tout genre, et l’hologramme de Jimmy Olsen va donc lui donner l’adresse de la planète-prison de Talkron-Galtos, où est enfermée la Légion des Super-Vilains. Quel banane ce Jimmy, même en tant qu’hologramme il peut pas s’empêcher d’en faire une !

Et pendant ce temps là, la Légion vit justement des temps pas terrible non plus. Je vous parlais de xénophobie un peu plus tôt, et malheureusement ça touche aussi un peu la paranoïa du conseil des planètes unies (plus tellement unies d’ailleurs), et bon, une bande d’aliens aux super-pouvoirs qui volent pas not’ travail mais nous aide tous les jours de notre vie, ça fait quand même franchement peur. Enfin, peut-être… Alors ça discute pour savoir si oui ou non il faut la « disband » comme une vulgaire guilde de péons sortie tout droit d’un MMO. Encore des mecs en robes jamais d’accord qui ne savent pas de quoi ils parlent et qui ont peur des aliens, ce qui est assez amusant puisqu’on parle de planètes unies et donc les membres du conseil sont tous des aliens les uns pour les autres, vous suivez le bazar ? Et au milieu, on a nos trois membres fondateurs de la Légion, Lightning Lad (qui a de légers problèmes de colère), Saturn Girl (la plus sage du groupe, c’est la nana, ça rigole pas, et puis si vous êtes trop pénibles, elle vous extirpe vos pensées de la tête, bien que techniquement, elle n’oserait jamais faire ça) et Cosmic Boy (le chef, du moins, celui qui joue au chef digne et calme en toutes circonstances, pas comme Lightning Lad qui pique ses crises tout le temps). C’est la grande discussion, c’est le grand bazar, on est en plein conseil de l’ONU qui tourne mal, et voilà que R.J. Brande, le fondateur « humain » de la Légion (c’est celui qui a mis le pognon dans l’histoire en fait) débarque et vient faire appel, pour sauver la mise à ses petits protégés, et prouver aux mondes qu’elle est encore utile et qu’ils sont que des racistes ! J’invente peut-être la seconde partie de la phrase, mais tout de même !

final_crisis_legion_02

Revenons à Talkron-Galtos. Superboy Prime sait qui il faut chercher, ce cher hologramme de Jimmy Olsen lui a tout dit. Lightning Lord, Saturn Queen et Cosmic King. Ouais, comme les trois héros décrits au-dessus, mais en vilains et avec des qualificatifs un peu plus pompeux. Ils sont les chefs de la Légion des Super-Vilains… Et Superboy Prime, vu qu’il a toujours les glandes et qu’il a décidé de détruire la Légion, juste parce que c’est comme ça, ben il les libère. À ce propos, Takron-Galtos, c’est un peu comme Arkham. On arrête pas de mettre les super-vilains dedans, mais ils trouvent toujours le moyen de s’en barrer, et c’est à peu près le bordel sur la planète avec émeutes, morts et ce qui s’en suit, tous les quinze jours. Oui, je le disais, comme à Arkham ! Même si j’exagère toujours un peu, vous le savez bien… Et du côté de la Légion, l’arrivée de Brande a scotché tous les conseillers à leur siège, car ce bonhomme est un modèle d’intégrité humaine et il a fondé la Légion, que diable, on lui doit tout ! Le fait qu’on veuille détruire la Légion à côté de ça, n’est pas du tout illogique, taisez-vous, vous n’y connaissez rien en politique ! Sauf que là, BLAM, plus de Brande. Un taré, un obsédé du pouvoir que Brande a toujours su remettre à sa place, a profité de l’occasion du retour du monsieur (qui avait pris de longues vacances, pour vous la faire courte), a décidé de l’abattre en publique pour relancer sa carrière. Ou simplement se venger, je ne sais plus. Bah, je crois qu’il a oublié d’être intelligent en cours de route. Mais il voulait surtout révéler au monde que Brande en fait, il est pas humain, c’est un Durlan ! Une saloperie d’alien ! Oui… ce mec est aussi un raciste, y’en a beaucoup dans ce numéro, remarquez vu d’ici, ça me semble relativement réaliste. À noter le choc de certains conseillers qui le portaient aux nues juste avant alors qu’ils s’exclament plus du fait qu’il soit un alien au sang vert (au mon dieu quelle horreur !) que, ben… Mort.

final_crisis_legion_03

Ca aura eu au moins l’avantage de couper court à toute discussion. Ça et le fait que le raciste assassin se soit décomposé comme la neige fond au soleil, encore un coup du Trapper ceci dit, mais ça, les Légionnaires ne le savent pas. D’ailleurs, ils en ont marre les Légionnaires, et ils décident de se tirer d’ici, surtout que ça tourne au vinaigre, avec la Science Police qui débarquent pour coffrer tout ce petit monde. Même Cosmic Boy, il perd son calme, parce que ça suffit maintenant la comédie ! Et de toute façon, les Légionnaires, c’est des super-héros, alors ils font que ce qu’ils veulent d’abord ! Même Brainiac 5, qui a été destitué de son titre de Brainiac, ben il a décidé de leur montrer qu’ils avaient tort, que la Légion doit rester, et « fuck la police » et tous ces trucs. Oui bon, j’en fais sans doute trop, parce qu’ils réfléchissent vraiment les Légionnaires. Mais cela ne les empêche pas de piquer des colères aussi. Puis en plus, l’heure est grave. C’est le bazar sur Talkron-Galtos, et c’est dans des heures sombre comme celles-ci qu’il faut appeler Superman, alors qu’ils ont tout le monde à dos ! Comme au bon vieux temps. Et Superman arrive, il franchit le temps et l’espace, et pouf, le voilà. Et c’est l’horreur, pas le temps de se réjouir d’avoir retrouvé ses potes, il réalise que c’est ce taré de Superboy Prime qui fout la mouise. Et puisqu’il vient d’un univers parallèle, qu’il y a toute une Légion de vilains à affronter, qui fait qu’ils ont aussi leur propre Superman, ben quoi de mieux que de la jouer à « qui à la plus grosse » en invoquant aussi des héros d’univers parallèles ? Un petit coup de fil à des Légions de Super-Heroes d’autres réalités, c’est possible ? Rien est insurmontable pour Brainiac Five ! Et Superman, pendant ce temps, se rappelle le bon vieux temps, et se dit que, quand même, Superboy Prime il a pas toujours été complètement névrosé comme ça, avant la première Crisis, tout ça, il était cool, enfin à peu près. Et c’est un Superman aussi, mince ! Et s’il y avait quelque chose de bon à en tirer ?


Racisme, héroisme, rédemption, univers parallèle, complot… Voilà. On est en plein drama digne des plus grandes histoires de la Légion des Super-Héros, où il se passe tout plein de choses incroyables. Ha parfois, ces histoires « complexes » (disons plutôt fournies en détails) et folles me manquent. Mais un peu moins ces temps-ci, avec ce qui approche, et ce qui se passe… si j’écarte Forever Evil qui n’avait pas tellement cette portée je trouve, je crois qu’on y revient ! Je l’espère ! À noter que vous pouvez découvrir cette histoire dans le tome 4 de Geoff Johns Présente Superman, pour ceux qui auraient raté l’information !

final_crisis_legion_04