Critique de New Teen Titans - Judas Contract - Wolfman Pérez
Les points positifs :
  • Lumière sur les origines de Deathstroke
  • Crescendo de tension
  • Énormes bouleversements pour les New Teen Titans
Les points négatifs :
  • Premiers numéros avec Brother Blood un peu déconnectés
  • Terra manque peut-être de nuance
  • Incomplet sans Terra Incognito

“You’re lying, Terminator ! You’re lying !” – Starfire


  • Scénario : Marv Wolfman Dessin : George Pérez

Il y a quelques jours, nous vous avions fait la review de l’arc Terra Incognito, qui racontait l’intégration de Terra, alias Tara Markov, aux Teen Titans, et qui révélait ensuite ses intentions. Son destin serait incomplet si une lecture du formidable Judas Contract ne suit pas, car c’est là seulement que les intentions de Terra et Deathstroke se révèlent, accompagnant de profonds changements pour les Teen Titans qui marqueront l’histoire. Probablement l’arc le plus célèbre et le plus acclamé du tandem Marv Wolfman – George Pérez, c’est une calamité que ce TPB n’ait pas bénéficié de récentes rééditions. On peut toutefois le trouver dans le deuxième omnibus des New Teen Titans, dont le premier est hélas épuisé. Cependant DC s’apprête à sortir mercredi prochain le premier TPB d’une réédition qu’on espère complète du run de Pérez et Wolfman, qui comprendra certainement cette histoire.

L’heure des départs

Après avoir effectué avec succès un raid sur un avant-poste des hommes de Brother Blood, les Teen Titans sont affectés par le départ de Wally West, alias Kid Flash, et l’abandon par Dick Grayson du costume de Robin, ce qui signifie pour tous deux, au moins temporairement, la cessation de leurs activités au sein de l’équipe. Mais les Teen Titans ont à peine le temps de se reposer que les revoilà confrontés aux machinations de Brother Blood, qui même face à la défaite semble ne pas se départir d’un rictus triomphant. Mais ce n’est rien comparé à ce qui les attend car, tandis que Deathstroke entreprend de remplir le fameux Contrat de Judas, les Teen Titans affronteront peut-être la plus grande menace qu’ils aient jamais connue.

The Judas Contract se détache premièrement des autres arcs de Pérez et Wolfman pour les bouleversements qu’il a apportés. Mort d’un personnage, introduction de Jericho, les Teen Titans sortent changés de cette histoire. Dans les premières pages par exemple, on voit Dick Grayson délaisser le costume de Robin et Wally West quitter les rangs des Teen Titans. Si le départ du second est définitif, Dick fera son retour au cours de ce même arc, mais dans le costume de Nightwing, qu’on voit ici pour la première fois. Ça souligne en revanche un problème de la lecture en TPB, car à l’époque les runs étaient sensiblement moins pensés pour être collectés, en effet le lecteur ne comprendra que dans les grandes lignes les raisons des départs de Wally et Dick, raisons qui sont mieux développées, aux côtés de l’introduction de Terra, dans le TPB Terra Incognito.

Le Terminator se dévoile

Malgré ce manque de développement “accidentel”, The Judas Contract est un modèle d’écriture des personnages. Cet aspect se ressent particulièrement non pas dans les scènes d’action palpitantes, dont ce recueil ne manque pas, mais plutôt dans la routine des Teen Titans, par exemple lors de cette séance d’entraînement où l’amitié entre Donna Troy et Starfire est soulignée, ou bien lorsque Donna évoque la préparation de son mariage avec Terry Long en songeant aux rôles des invités, ou enfin le départ de Wally et Dick. Ce sont autant de scènes touchantes où l’amitié entre les Jeunes Titans apparaît sincère et forte, sans pour autant se départir de certaines tensions savoureuses, notamment entre Raven et Wally West, ou encore chez Terra, au centre de ce récit. Si dans Terra Incognito, le développement des personnages était à peu près égal, avec peut-être un supplément d’attention accordé à Raven et à ses démons, The Judas Contract semble vouloir mettre l’accent sur Dick Grayson qui, après avoir été tourmenté par sa relation avec Batman durant de nombreux numéros, mûrit ici en s’émancipant définitivement. Les autres membres ne sont pas pour autant négligés par cette mise au premier plan car même si ça se limite parfois à quelques répliques qui rappellent la personnalité et les préoccupations de chacun, Marv Wolfman n’oublie jamais d’accorder son importance à chaque membre de l’équipe.

Le soin accordé à l’écriture des personnages transparaît également à travers Deathstroke, dont le passé tragique est révélé ici dans le numéro #44, qu’on retrouvera également dans la Vilains Anthologie à paraître bientôt chez Urban. Le personnage, déjà charismatique par son sens tactique et sa maîtrise du combat sans pareil qui donnait naissance à des scènes d’action époustouflantes, tire de ce nouveau background une profondeur supplémentaire qui renforce davantage l’attachement qu’on lui porte. Enfin il gagne encore en relief grâce à l’opposition qui le sépare de son filsJericho, dont le concept est réellement prodigieux puisqu’il est muet, et que ses pensées ne sont même pas révélées par des bulles flottantes. Seules ses expressions révèlent ses sentiments, et c’est au talent de George Pérez seul qu’on doit le tragique effacé qui caractérise le personnage.

Les yeux de Jericho

Si cette écriture modèle se manifestait déjà dans Terra IncognitoThe Judas Contract l’emporte sur celui-ci grâce à ses deux grosses séances d’action dantesques qui étaient d’une certaine manière teasées dans Terra Incognito. Les Teen Titans vont affronter ici directement les deux plus grands vilains des Teen TitansBrother Blood, puis Deathstroke. Les combats sont mis en scène avec une inventivité qui fait une utilisation intelligente des différentes capacités de chaque titan. Des transformations de Changeling à la manière dont est gérée la quasi-omnipotence de Raven, tout est dosé avec minutie pour rendre le danger réel, et la manière dont il est évité, crédible. Marv Wolfman possède également un grand sens de l’épique et du tragique, le final de The Judas Contract ne manquera ainsi pas d’en émouvoir certains, à commencer par Changeling.

Je déplorais dans ma review de Terra Incognito le manque de mystère laissé sur les intentions de Terra. Son rôle y était dévoilé à la fin du récit et ne cesse de se préciser dans The Judas Contract. En revanche, là où le personnage a encore des surprises en stock pour le lecteur, c’est autour de sa nature profonde. En effet Marv Wolfman essaime au cours de The Judas Contract de nombreuses scènes très touchantes entre les membres de Titans et Terra, alors officiellement dans le secret de leurs identités. Il y a la scène où Dick lui fait la bise pour lui dire adieu lorsqu’il laisse le costume de Robin, celle où Donna lui propose d’être la demoiselle d’honneur ou encore l’attachement grandissant que lui témoigne Changeling. Tous ces moments attendrissants, où Terra affiche une émotion visible, feinte ou authentique, pousse le lecteur à se demander si elle ne cache pas un bon fond derrière ses ambitions. La réponse à cette question a le mérite d’être audacieuse, mais ne manquera pas de générer un sentiment de frustration chez le lecteur, ce qui est au fond une réussite.

Faites qu’elle ait bon fond !

Quant aux dessins, comme je le disais dans ma review de Terra IncognitoGeorge Pérez représente en un certain sens les années ’80 de DC Comics, d’un point de vue visuel, pour son long travail sur les New Teen Titans et pour Crisis On Infinite Earths. Ses visages expressifs renforcent encore l’attachement qu’on porte aux personnages, son sens de la mise en scène, notamment remarquable lors de la scène où Brother Blood émerge de la vase tandis que ses fidèles clament des litanies fanatiques en arrière-plan, le dynamisme de ses séquences d’action, … Ses planches ne cessent jamais d’être un délice pour les yeux. La colorisation très vive les met encore davantage en valeur, et on ne peut qu’espérer que l’aspect rétro du style ne vous rebutera pas trop, ce qui empêcherait de complètement profiter de son talent.

Probablement une des meilleures histoires des Teen Titans, The Judas Contract se grave dans les mémoires pour de nombreuses raisons. Certaines sont communes à l’ensemble du run de Pérez et Wolfman sur les New Teen Titans, comme l’écriture remarquable des personnages, mais à côté de celles-ci, The Judas Contract se distingue en rassemblant en un seul tome deux des plus terribles affrontements entre les Titans et leurs deux nemesis : Brother Blood et surtout Deathstroke. Rajoutons-y les changements majeurs qui ont affecté l’histoire des Teen Titans qui y figurent, et on pourra affirmer sans hésiter qu’il s’agit d’un incontournable.

14 Commentaires

    • Ah ça, dans les années 80, certains héros hésitaient pas à montrer presque autant de peau que les héroïnes. Et dis-toi que t’as pas vu le costume de Cosmic Boy de l’époque. ^^
      Cela dit, ça fait prendre conscience du ridicule de certains costumes de personnages féminins (et des designs armures + col roulé pour tous les mecs désignés par Jim Lee).

      • oula je viens de voir ça!!!! merci DarkChap, ce Dimanche au travail me paraîtra moins pénible après avoir vu le look de cosmic boy^^

    • Artima et Arédit avaient publié le run dans les années 80 dans des magazines “Les Jeunes T”. Pour cet arc en particulier, il s’agit des numéros 11 à 14 de la seconde série (celle d’Arédit).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.