Aquaman and the Others #1
Les points positifs :
  • Un titre qui présente enfin des seconds couteaux
  • L’écriture de Dan Jurgens.
  • Le lien avec Future’s End
Les points négatifs :
  • Un premier numéro très classique qui nous révèle très peu de choses.

« Those who drove me off the Throne must pay a price » – Atlan


  • Scénario : Dan JurgensDessins :  Ed Tadeo, Lan MedinaCouleurs : Matt Milla


Aquaman a sans conteste été l’une des séries les plus acclamées depuis le lancement des new 52, ce qui a permis à ce héros de prendre une place capitale au sein de la Justice League ainsi que dans le cœur des lecteurs. Dans sa propre série, on nous a révélé que ce cher Arthur était affilié à une autre équipe de super-héros, nommée « the Others » dont il sera question dans cette toute nouvelle série, signée Dan Jurgens. L’auteur sait ce qu’il fait, sa maîtrise de l’univers DC n’étant plus à prouver, mais cette série mérite-t-elle d’être lue ? Et si oui, par quel public ?

Aquaman and the Others #1

L’histoire commence par un flashback où l’on nous montre Atlan (vous noterez l’originalité du nom), un ancien roi d‘Atlantis, qui sera probablement l’un des antagonistes de la série, alors que sa soif d’or semble l’avoir rendu fou. On revient rapidement au présent, alors que chacun des membres des Others subit l’attaque d’hommes masqués qui semblent être là afin de voler leurs artefacts qui avaient déjà été présentés dans le second arc de la série Aquaman. Ils parviennent tous à s’en sortir mais on nous révèle, par la voix d’Arthur Curry, que l’équipe doit être réunie car ces fameux objets ont perdu en puissance, et tous se résolvent à chercher la cause de ce fâcheux événement.

Aquaman and the Others #1

Le scénario n’est pour le moment pas bien passionnant et reste très classique, rien n’est véritablement là pour attirer le lecteur. De même la caractérisation des Others semble un peu rapide et les nouveaux venus auront bien du mal à sympathiser avec ces personnages. Aquaman est, au contraire, parfaitement écrit par Jurgens qui reste cohérent avec le travail de Jeff Parker en nous présentant un héros déterminé mais pas dénué de sens de l’humour. L’intrigue, si elle n’est pas très originale, a le mérite d’être claire et donne tout de même envie d’aller voir la suite, rien que pour cet ancien roi, Atlan, qui est couvert de mystère et fonctionnera sûrement très bien comme ennemi d’Aquaman, dont il incarne l’opposé, une figure de « mauvais roi » loin du noble Arthur. Notons aussi un effort de l’auteur pour lier sa série aux futurs événements de Future’s End, mais j’éviterai de trop vous en révéler.

Aquaman and the Others #1

L’histoire fait cependant la part belle à l’action, et nous prouve que les Others ne sont pas des rigolos la plupart d’entre eux n’hésitant pas à faire usage de leur force afin d’ôter la vie à leurs adversaires . Les amateurs de baston seront servis par les prestations du Prisoner of War et de the Operative, qui ne font pas dans la dentelle. Malheureusement, les dessins de Ian Medina, encrés par Allan Martinez sont loin d’être d’un niveau comparable à ce que faisait Ivan Reis sur le titre principal, bien que cela reste tout à fait propre. Espérons que le duo sera un peu plus à l’aise sur la suite du titre. Retenons toutefois une colorisation très efficace de Matt Milla, qui enrichit clairement le rendu final du numéro, en jouant sur les nuances.

C’est donc un bilan mitigé que celui de ce premier numéro d‘Aquaman and The Others, série qui s’annonce plutôt intéressante mais dont l’accessibilité limitée (il faut clairement avoir suivi Aquaman avant de s’y lancer) et son manque de caractérisation des personnages autres que celui du héros éponyme, nuisent à l’impression que nous donne cet épisode. Il est nécessaire d’attendre le deuxième numéro avant de se prononcer sur le titre, Dan Jurgens étant un auteur qui se montre efficace sur la longueur. Croisons les doigts pour que cette sympathique équipe se fasse une place au sein des publications de DC, qui offre une chance à une série consacrée à une « petite » team de héros, ce qui manquait beaucoup à l’éditeur qui n’expose que très peu ses second couteaux.


UN DEUXIÈME AVIS C’EST BIEN AUSSI !!

Dire que j’attendais ce numéro #1 et cette nouvelle série serait un euphémisme. Aquaman est une des plus grandes réussites des new 52 et le revoir avec son équipe assez éclectique fait plaisir. On nous promet un prélude à Futures End qui plus est. De quoi éveiller la curiosité de n’importe quel lecteur se demandant ce que cet event proposera concrètement. Tout commence par un flashback fortement lié au passé de l’Atlantide et la création de reliques millénaires. On nous présente ensuite qui sont les Others alors que chacun d’eux subit des attaques, pour un lecteur qui ne connait que l’Aquaman de la Justice League c’est sympathique. Aquaman tarde à entrer en scène mais le fait de façon magistrale avec une punchline qui m’a fait rire à haute voix. L’équipe se réunit et c’est assez drôle de constater qu’on n’est pas du tout dans une team vraiment soudée, une team d’interim pour l’instant. Reste qu’alors qu’une organisation mystérieuse tente de mettre la main sur ces reliques tout ce beau monde se retrouve et on nous explique un peu de quoi il en retourne sans trop rentrer dans les détails. Le gros point fort du numéro reste son cliffhanger totalement inattendu qui effectivement nous raccroche avec Futures End. Que penser du numéro au final ? Comme tout numéro #1 c’est très introductif mais la fin nous fait sentir que ça risque très vite d’exploser. L’action est tout de même bien présente et j’ai foi en l’avenir de la série. C’est tout à fait convainquant et bien caractérisé. Les dessins sont bien réussis avec un encrage satisfaisant, rien n’est confus et les personnages bien mis en valeur. Un bon début.

– MFW