Introduction

2. Intégration progressive

1. Le véritable Captain Marvel

3. Un personnage à part entière

3. Un personnage à part entière

Porteur de l’héritage Fawcett

Dossier - Shazam : un périple éditorial et juridiqueShazam est ce personnage que nous connaissons, lecteurs actuels, pour son rapport à l’univers DC Comics. Mais une part de lui semble pourtant ne pas avoir sa place, peu importe son intégration à l’univers ou ses actions. La preuve en est que le film attendu est dors et déjà considéré comme à part. De même, le titre actuel écrit par Geoff Johns ne possède aucune connexion avec l’univers DC. Shazam, malgré son allure majestueuse et ses couleurs vives, est un personnage discret et marginal. Il est chez DC Comics un personnage qui reste secondaire, malgré son grand potentiel. Malgré la volonté de nombreux artistes dans les années 70/80, Shazam n’est pas parvenu à se moderniser.

L’intention de C.C. Beck à renouveler la recette du Golden Age a fait de lui un symbole du Golden Age toujours actif. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que Geoff Johns l’ait inclus à sa JSA au début des années 2000. Rapport mythologique concret mêlé à l’innocence d’un enfant dans une représentation du monde actuel, avec un catalogue d’ennemis farfelus, c’est l’univers entier de Shazam qui ne peut se prendre au sérieux. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de lui conférer une écriture plus sombre, Roy Thomas a tenté l’expérience sans succès avec Shazam : The New Beginning, et l’a regretté.

Shazam! is the new Captain Marvel

Dossier - Shazam : un périple éditorial et juridiqueL’ensemble de ces changements de direction, ces procès, qui ont finalement fixé le nom de Shazam au personnage sur le tard. Ce concept de propriété et de nom a-t-il une incidence sur le personnage ? Encore appelé Captain Marvel dans les années 90, il ne devient Shazam que dans les années 2000. S’il n’a pas d’incidence concrète, l’acquisition du nom de Shazam se situe à un instant où le personnage s’apprête à trouver une stabilité au sein de l’univers DC, avec les origines de Geoff Johns et Gary Frank.

Le personnage était jusqu’alors l’ombre de lui-même. Représentant d’une ère passée, aux côtés de la JSA. Plus qu’un effet de nostalgie, son utilisation se résume pour beaucoup à s’opposer à Superman. Seul Jerry Ordway proposera une vision du personnage avec The Power of Shazam!. Symbole d’un éditeur perdu, Captain Marvel se referme alors que le personnage sombrait dans Trials of Shazam, et préparait Shazam comme nouveau personnage, laissant Billy Batson de côté. Vite oubliée avec l’arrivée des New52, Shazam est un renouveau signé Geoff Johns, qui mêle adaptation et respect de l’esprit originel du personnage. Si Shazam ne peut être Captain Marvel, il en sera une version propre à sa nouvelle maison d’édition.

1
2
3
4
Article précédentDécouvrez le premier teaser trailer de Joker
Article suivantHIGHLIGHTS DE LA SEMAINE #44 (Rebirth, Vertigo)
Avatar
Étrange personnage constitué de framboises. La légende raconte qu’il aurait une quelconque appartenance à l’école du micro d’argent. Il consolide sa morphologie linguistique et cherche à se perfectionner dès que possible. Profondément inspiré par Françoise Hardi et Zizi Jeanmaire, il écrit par passion. Amoureux de culture, il n’a jamais su se détourner de son premier amour qu’est le monde des comics. Élevé dès ses premiers pas par Bruce Timm qui lui a montré la voie de la sagesse, il s’entraine depuis comme un samouraï et accumule les reliures, les brochures, et se (re)découvre au fur et à mesure des coups de cœur. Rapidement détourné de l’univers Marvelien moderne depuis Marvel Now, il ne jure plus que par Image et DC Comics. Le fan de comics qu’il est attend sagement le retour d’une époque pour le moins révolue où le fan de comics prône sur les lecteurs éphémères qui ne se limitent qu’aux grands personnages publicités ou adaptés le temps de quelques mois. Éternel insatisfait, il n’aime pas cette présentation, et tout ce que l’on doit en retenir est qu’il écrit par passion dans le but de la partager.