Introduction

1. Présentation de l’univers et direction artistique

2. L’univers Arkham, une histoire de chronologie : Adaptations et apports

3. Arkham : Développer son univers

4. Conclusion

Conclusion

Les comics Arkham ont été un atout considérable et une surprise pour Rocksteady. Un appui commercial pour les jeux, une publicité, a alimenté la gamme Urban Games en France, mais surtout, a permis à des artistes d’être découvert. On pense notamment à Victor Bogdanovic.

Arkham a su plaire dès son premier volet. Il a été la collaboration entre un studio consciencieux et des artistes du milieu des comics. L’univers Arkham ne possède pas que des qualités, et reste très secondaire au sein des publications DC. Il témoigne néanmoins d’un intérêt d’une communauté de fans pour cet univers à part. Un miroir de l’univers canonique et partagé DC assure une liberté étendue pour les artistes. Si celui-ci pourrait bien ne plus revenir sur nos écrans, les comics seraient désormais le refuge de l’univers Arkham.

En guise de conséquence générale, l’univers Arkham et ses divers comics ont ouvert les yeux à l’éditeur. Il a vu en ces productions, à travers les jeux vidéos, une branche externe à l’univers DC sur laquelle miser. Ainsi, à partir de 2011, on relève de nombreux essais de la part de l’éditeur d’user des comics comme d’un support publicitaire actif, permettant de faire vivre son univers dès le premier contact avec le lecteur. DC s’est lancé dans une ongoing DC Universe Legends, Mortal Kombat X, mais surtout a connu un grand succès avec les comics Injustice qui ont révélés Tom Taylor. Le comics dérivé d’un jeu vidéo n’est plus destiné qu’aux joueurs, mais permet à un novice de découvrir cet univers par le comics, par la lecture.