PARTAGER
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email
Booster Gold

Alors oui, je sais, Booster Gold. Surprenant ! Venant de moi, on peut se dire que je n’ai pas été chercher le sujet bien loin ! Mais les Off My Mind parlent de tout ce qu’on veut, et on ne présente plus le concept ! Et alors que mon cerveau en pleine ébullition essaie de récolter tous les indices possibles quant au retour éventuel de ce super-héros dans les New 52, la jauge de détection s’affole et les voyants clignotent de partout. Et je ne suis pas le seul à l’avoir remarqué. Déjà, le temple de Booster Gold sur le net a levé un gros sourcil lors de l’annonce de la venue de Ted Kord dans les New 52. Et Vaneta Rogers de Newsarama est allée encore plus loin en créant un article rassemblant tous les signes qui ne trompent pas. Et ils sont nombreux. Je ne peux donc pas passer à côté de cette occasion. Je dois vous parler de ces signes, tout en vous démontrant pourquoi Booster Gold est un personnage qui me passionne tant !

Pour les gens au fond qui n’ont toujours pas compris qui est le bonhomme, et qui avec les quelques visuels qu’on a de lui, le prennent pour un sous-clone de Cyclope des X-Men (???), voici une présentation rapide du personnage, tel qu’étaient définies ses origines, en tous cas jusqu’à aujourd’hui. Michael Jon Carter est un footballeur américain, il réside dans la Gotham City du 25ème siècle, et est plutôt doué dans son exercice. Seulement, comme tout n’est jamais rose dans la vie, parce qu’il a quelques problèmes d’argent et que sa mère a besoin de soins médicaux, il est embringué dans des affaires de paris foireux qui impliquent ses propre matchs, et ce, malgré les conseils de sa soeur jumelle Michelle (et son père, Jon Carter, joue un rôle dans tout ça, mais je ne vais pas plus loin sur ce point, sinon je vais m’étaler en longueur et la mythologie de Booster, avec ses voyages dans le temps et compagnie, ça peut vite devenir compliqué, mais c’est pour ça aussi qu’on l’aime !). Manque de bol, il se fait choper, et se retrouve condamné à des travaux d’intérêts généraux. L’un d’entre eux (et franchement, je trouve pas ça dégueux, comme punition), c’est d’être gardien de nuit dans le musée des super-héros. Musée qui contient de nombreuses pièces liées aux héros de notre temps. Michael, complètement dégouté par la tournure des évènements, et ayant perdu le peu de gloire qu’il lui restait, décide de saisir le destin par les cornes et de le dompter. Pour celà, il ne trouve rien de mieux à faire que de pirater un des petits robots du musée, qui contiennent des données historiques sur les super-héros, pour en faire son allié. Ce robot s’appelle Skeets. Et grâce à lui, il va pouvoir voler deux-trois babioles dans le musée, comme une combinaison avec ceinture de champ de force intégrée, l’anneau de la Légion des Super-Héros (présumé comme ayant appartenu à Superman), et la « Time-Bubble » (comprendre « machine à voyager dans le temps ») de Rip Hunter. Et grâce à son robot compagnon, il va pouvoir revenir dans le passé et intervenir dans les grands évènements de l’histoire pour être un héros et retrouver sa gloire passée… Évidemment, les choses ne se dérouleront pas comme prévues…

Malgré mon besoin presque intarissable de vous raconter toute la biographie du personnage, je reviens sur les faits qui m’ont poussé à écrire cette chronique. Et attention, je vais spoiler un peu (beaucoup) les évènements de la fin de JLI et du passage de Booster dans All-Star Western. Booster Gold est avant tout un voyageur temporel, à la façon d’un Marty Mc Fly ou d’un Doctor Who, et d’une manière ou d’une autre, il a toujours été impliqué dans plusieurs époques et plusieurs histoires temporelles de l’univers DC (du moins depuis sa création, même si curieusement, c’était un peu moins vrai à ses débuts). Son histoire rocambolesque et sa remise en perspective que l’auteur Geoff Johns a posée sur la série 52 sur le personnage ont renforcé cet aspect. C’est en voyageant dans le temps que Booster a réussi à sauver le monde (avec l’aide de lui-même, âgé de quelques mois en plus, et de Rip Hunter). Et la série centrée sur le personnage qui en a découlé faisait du voyage dans le temps, et des intrigues temporelles, ses thèmes principaux, jusqu’à son annulation, lors de l’arrivée des New 52. De la même manière, cette série offrait régulièrement du teasing sur l’avenir des New 52, via le tableau de Rip Hunter. Final Crisis, Flashpoint, même les new 52 ont été teasés de manière plus ou moins subtile dans la série. Même si son rôle est parfois (souvent) secondaire dans ces grands events, Booster Gold reste aujourd’hui au coeur de l’univers DC, et quand on parle de voyage dans le temps, on ne peut que penser au personnage. Pourquoi je vous raconte ça ? C’est pour évoquer avec vous le premier signe d’un possible retour. La série hebdomadaire Futures End, dont l’un des créateurs principaux est Dan Jurgens, qui n’est autre que le créateur de Booster Gold. De plus, comme le souligne Newsarama avant moi, la mention « Futures » est au pluriel. Cela implique-t-il des changements temporels et du voyage dans le temps ? Même si Dan Jurgens fait exprès de ne pas mentionner Booster quand il parle de Futures End (j’en suis sûr, c’est un complot !), il faut se demander si, dans ce schéma précis (bien que totalement « spéculatoire »), Booster Gold n’aurait pas sa place dans le processus ? De plus, nous savons depuis le numéro Annual paru aussi dans le second TPB de la série (et dernier) de Justice League International des New 52, que Booster a découvert on ne sait quoi dans le futur (alors qu’il travaille visiblement dans le groupe A.R.G.U.S.) et qu’il était revenu dans le passé pour s’avertir… Or, quand il voit Clark et Diana s’embrasser sur le moniteur de la JLI, il soulève le fait qu’il arrive trop tard, et pouf, disparu. Un coup de Rip Hunter ? Booster (du futur) pensait justement qu’il allait effacer cette conversation de l’histoire. Les deux Booster (présent et futur) s’évaporent comme s’ils n’avaient jamais existé. Sur cet entre-fait, débarque Batman, qui se paie une petite conversation avec Brother Eye. Batman est son créateur, mais le satellite intelligent prétend qu’il a un nouveau programmeur qui a des plans pour le futur, et que Batman devra le rejoindre, ou mourir. Les couvertures et affiches teaser de Futures End sont éloquentes, les O.M.A.C. et Brother Eye auront un rôle à jouer là dedans. Aujourd’hui, rien ne laisse paraitre ce que la fin de JLI était sensée être. Mais ce n’était ni Trinity War et encore moins Forever Evil (du moins pour l’instant…). On pourrait toujours penser que l’histoire derrière a été oubliée ou abandonnée. Mais ce Futures End pourrait effectivement apporter les bonnes réponses. À noter que c’est aussi Dan Jurgens qui a scénarisé JLI, sauf le numéro Annual qui était lui pourtant piloté par Geoff Johns et Dan Didio, évoquant justement une forte direction éditoriale, et pas un coup de hasard balancé comme ça pour ne rien en faire.

La dernière intervention de Booster Gold dans les New 52 est donc dans un titre où on ne l’attendait clairement pas (et je soupçonne les mecs de DC Comics d’avoir fait ça juste pour mon plaisir, oui je suis un peu égocentrique). Il intervient lors du mois WTF, au numéro #19 de la série All-Star Western. Booster Gold est apparu, selon ses dires, depuis plusieurs semaines dans le far-west, et il n’a aucun contrôle sur son voyage dans le temps, sa combinaison semble désactivée, tout comme, il ne se souvient pas de comment il est arrivé à cette époque, et surtout pourquoi (cela pourrait valider la thèse que Rip Hunter l’aurait envoyé à une autre époque pour « effacer » sa conversation avec son lui futur dans la fin de JLI, mais je suis en pleine spéculation, une fois de plus). Il a pour le coup élu domicile dans une ville et en naturel héros, bien qu’un peu loufoque (sa combinaison du 25ème siècle au 18ème siècle, ça fait un peu tâche), il a été vite nommé shérif de la ville. C’était sans compter sur l’intervention de Jonah Hex et de nouvelles péripéties qui vont venir pimenter son quotidien de shérif tout tranquille. Pour la fin de son passage dans All-Star, elle est toute aussi énigmatique que son arrivée. Sa combinaison s’emballe d’un seul coup alors qu’il est en train de se disputer avec Hex, pendant le voyage temporel, Hex colle une droite à Booster et se retrouve détaché de lui, et plonge directement au XXI ème siècle. Booster Gold continue son voyage vers une destination inconnue… De ça, en découle un signe assez évident… Pourquoi nous rappeler que Booster Gold existe (alors que le dernier numéro de la JLI pouvait prétendre qu’il avait été effacé) ? Pourquoi ne pas l’avoir ramené en même temps que Jonah Hex dans le futur ? Pourquoi, de par ce fait, insister lourdement sur son « absence » remarquée du DC Verse ? Quand un personnage n’intéresse personne, soit on en parle pas du tout, soit on lui colle des caméos énigmatiques et sans intérêt. Mais on ne l’inclut pas dans de grosses fins mystérieuses qui laissent à penser qu’une suite prochaine arrivera, surtout dans une série dans laquelle il n’était justement pas censé mettre les pieds (vous allez me dire que la série est suffisamment « obscure » pour qu’on en tienne que peu d’intérêt, mais je ne veux rien entendre, bande de vilains, n’essayez pas de mettre mes fantasmes à terre !). Ce passage dans All-Star Western aurait-il servi à rassurer les fans ? Mais pourquoi les rassurer si les créateurs se moquent du destin du personnage ? Au final, ça ne sert qu’à me rendre fou un peu plus chaque jour, mais il est évident qu’il se trame un truc avec Booster Gold.

Nouvel indice de taille concernant le retour du personnage, un peu plus ambigu, plus pernicieux, plus douloureux encore pour les fans même, si je puis dire ainsi. C’est le retour de Ted Kord dans le DC Univers. Teasé depuis pas mal de temps déjà, tant le nom Kord s’est fait remarquer au début de Forever Evil. Le personnage fera son entrée dans les New 52 dans Forever Evil #7. Bien, et là vous vous dites : « ok, mais c’est quoi le rapport avec Booster ? ». À moi de lever les yeux au ciel et de crier « Blue and Gold » bon sang ! La « Justice League International » d’origine ! Le « BWAHAHA! » des années 80 par Giffen et DeMatteis ! Le duo de légende qui a tellement amusé petits et grands  à l’époque (même des années après, perso, j’ai découvert tout ça en 2010 mais bon !) qu’aujourd’hui, les deux personnages sont indissociables ! Blue Beetle (Ted Kord) et Booster Gold étaient en quelques sortes la tête d’affiche de la série, et de son humour décalé. Et ce duo est sorti de ce contexte pour être réutilisé, parfois des années plus tard, dans d’autres séries plus ou moins marquantes. À commencer par la mort de Ted Kord dans O.M.A.C. Project, pré Infinite Crisis. Événement qui aura définitivement traumatisé Booster Gold, tant et si bien que dans sa propre série post 52, il voyagera dans le temps pour tenter de sauver son ami. Booster Gold et Blue Beetle, c’est un lien récurrent. Toujours dans la série post 52 de Booster, le nouveau Blue Beetle, Jamie Reyes, a vu son histoire continuer sous forme de back-ups. La némésis de Jamie Reyes, une version maléfique de son lui futur, Black Beetle, est devenu aussi, par défaut, un ennemi de Booster Gold. Un mec qui voyage dans le temps et fout le bazar, forcément, ça ne peut que l’attirer. Tout ce concept et cette histoire semble avoir été retiré des New 52 (une des plus grosses pertes selon moi, Booster et Blue Beetle ont beaucoup perdu). Mais le lien a perduré un peu post New 52. Blue Beetle (version Jaimie, la seule incarnation du personnage dans ce nouvel univers), a été teasé comme membre de la JLI lors du premier numéro, pour finalement les rejoindre lors du dernier numéro Annual… à l’annulation de la série. Toujours à la même époque, précédant ce recrutement, nous avons vu Booster Gold dans la série Blue Beetle, en équipe pour la première fois. Le Blue and Gold est une ancre du DC Verse. Et si pour l’instant, rien n’indique que Ted Kord sera Blue Beetle de nouveau, il reste, dans l’esprit des gens, le meilleur ami de Michael Carter de toute une époque. Son retour ne peut pas non plus être considéré comme une simple coïncidence (ou si… argh !).

Un autre signe, que j’ai appris là cette fois, directement avec l’article de Newsarama, qui vient à l’origine d’un blog d’auteur. L’auteur est Brian Keene, il aurait du travailler sur Futures End, mais il a préféré porter son attention sur d’autres projets lui convenant mieux. Je vous cite un passage de son blog (que je traduis aimablement pour vous, parce que je suis trop bon) :

J’ai précédemment dit « Non » à de nombreux projets pour 2014, parce qu’à ce moment, je devais être l’un des auteurs à travailler sur une série hebdomadaire pour DC Comics qui sera lancée plus tard cette année (j’ai aussi eu des discussions pour reprendre la série Animal Man après le run de Jeff Lemire, et potentiellement faire quelque chose avec Booster Gold). Malheureusement, deux mois après le début du projet sur cette série, j’ai vu que je ne serai pas à ma place.

Vous avez compris. Pourquoi mentionner Booster Gold ? Et qu’est-ce que veut dire ce « potentiellement » ? Toujours dans l’énigme et le mystère avec ce personnage, mais DC a bien des plans sur le court terme le concernant. C’est aujourd’hui plus qu’une certitude. Ok, c’est aussi un souhait, je ne le cache évidemment pas. Mais vous ne pourrez que noter que les signes et les éléments présentés ici sont en ma faveur !

Quand à savoir pourquoi c’est si important pour vous de savoir si oui ou non, Booster Gold va revenir, c’est parce que s’il revient, cela ne sera certainement pas pour rien (et que vous adorez ce personnage, même si vous le savez pas encore, car trop peu exposé dans les sorties VF). Du moins, je le souhaite de tout coeur. Plusieurs raisons à ça, la première, c’est que Geoff Johns a beaucoup écrit sur le personnage, que cela soit dans O.M.A.C. Project, 52 ou la série Booster Gold dont il a posé la dernière version des origines, et plus récemment donc, dans l’Annual de JLI. Il est très attaché au personnage, et en tant que Chief Creative Officer du DC Universe, il est juste totalement improbable que Booster Gold soit absent du roster des New 52.

La deuxième, l’annulation même de la série Justice League International ne fait pas beaucoup de sens, si ce n’est celui de remettre en perspective le personnage dans quelques chose de plus hype et incroyable. Alors oui, il fallait faire de la place à JLA, mais pourquoi faire une JLA alors que la JLI était là ? Pourquoi ne pas garder Booster dans le roster ? La seconde c’est que si ça cause de voyage dans le temps, ça peut potentiellement amener à parler de Crisis (sans forcément qu’on lui donne ce terme), et un Booster dans ce cadre là, pourrait y être très percutant (même si il y a Wally West aussi qui débarque pour foutre le bazar), et si Crisis il y a, les changements dans le DCnU peuvent survenir à tout instant.

Et la troisième, c’est qu’il faut bien comprendre que ces dix dernières années, depuis son intervention dans 52, dans sa propre série ainsi que dans la mini-série Time Masters : Vanishing Point, l’aura de Booster Gold a toujours été accompagnée de mystères. Mais des mystères tellement gros qu’il pourrait être à même de connaitre toutes les réponses aux questions du DC Verse. Les personnages de Rip Hunter et du Booster Gold du futur (dans la série Booster Gold post 52) en savent beaucoup trop pour être totalement détachés du reste et anecdotiques. Et de manière générale, comme nous l’a montré la série Booster Gold, toute la famille Carter dans sa globalité. Et pourtant, ces personnages, depuis la fin de JLI et en dehors d’un arc sur All-Star Western tout aussi mystérieux quand à la présence de Booster dans les coins, ne font plus assez parler d’eux, ce qui d’un côté, renforce l’aura de mystère qui les entoure et ne fait qu’accroitre l’intérêt de leur potentiel retour. Un « Rip Hunter » laché par là (dans JLI), un « Booster Gold » posé ici (dans le premier numéro de JLA par exemple), soit on se moque de nous complètement (ce qui n’est pas à exclure), soit l’intention de distiller du mystère est volontaire. Et si c’est mystérieusement volontaire ou volontairement mystérieux, c’est que c’est important ! CQFD ! … Non ?

J’ai bien conscience que tout ceci ne pourrait finalement n’être que digressions futiles de fan totalement en manque. Car oui, soyons honnêtes, même si ça m’a un peu calmé quand Booster a fait son passage dans All-Star Western, comme un drogué qui reçoit sa dose d’héroïne après un long sevrage, le manque me gagne de nouveau. Peut-être ai-je simplement envie, par pur « fanboyisme » aigü, que Booster Gold devienne le héros le plus important du DCU et que je fabule sur un retour en fanfare, avec un sauvetage du monde en bonne et due forme et une nouvelle aura de héros emblématique du DC Verse, mettant mal à l’aise autres Batman et Superman… Je colle certainement des prétentions au héros que DC n’a jamais eu l’intention de lui coller. Mais, est-ce interdit de rêver ? Je vous le demande ! Tout comme il ne m’est pas interdit (hélas pour vous), de partager ma passion pour ce personnage. Et voilà ce que ça donne. Dans tous les cas, fracassant ou non, le retour de Booster Gold se fera en 2014. Les signes sont trop présents pour être ignorés. Et si DC ne fait rien à son sujet, et que Futures End ou toute autre série n’annonce rien, alors c’est que définitivement, ils veulent me rendre fou ! Et pourtant, croyez-moi, j’ai pas tout dit. J’aurais pu parler du fait que lors d’une convention, les pontes de DC avait confié, au début des New 52, que cette version de Booster Gold était canadienne, et non plus américaine, donc qu’au final, l’arrivée de Justice League United (qui fut presque nommée Justice League of Canada) pourrait aussi éventuellement annoncer le retour du personnage. Ou que, plus fou encore, des rumeurs (sorties toutes droites de l’imagination débordante des fans) prétendent que le personnage mystérieux que le Crime Syndicate tient captif depuis le début de Forever Evil et dont on ne connait pas l’identité pourrait lui aussi, pourquoi pas, être Booster Gold (et tatatata, Ted Kord arrive d’une réalité alternative sur le dos de Wally West pour le sauver ! Heu… ha pardon, on me dit que je commence sérieusement à m’égarer). Même si personnellement, j’ai du mal à croire à cette théorie… mais ça serait fun ! Enfin voilà, il y a trop de signes, tellement de signes ! Je n’en peux plus ! Booster, revient !! Cela fait plus de 220 jours que tu ne nous as pas donné de nouvelles ! Vite !!

Freytaw

Freytaw