Alors qu’il n’est sur le titre que depuis Avril dernier, Charles Soule a déjà apposé sa patte sur la série Swamp Thing dans une direction qu’il qualifie lui-même “d’un petit peu effrayante, un peu drôle, avec une importante caractérisation et de l’action originale”. Pour sûr, on peut dire que son histoire d’arbre à whisky n’est pas des plus banales. En Octobre, la série fera une petite pause avec le numéro spécial du Villains Month qui est consacré à Anton et Abby Arcane qui étaient présents dans le précédent arc “Rotworld”. Pourtant cette pause sera de très courte durée puisque le second annual de Swamp Thing sortira le même mois et se rattachera à l’arc actuel puisqu’il explorera l’histoire des Avatars du Green.

Charles Soule a d’abord expliqué son choix de présenter les Avatars du Green dans Swamp Thing Annual #2. Les raisons de leur présence seront expliquées dans le #24 de la série – dans lequel Alec Holland sera forcé de faire un long voyage dans le Green, a-t-il affirmé. Les Avatars du Green sont tous les précédents Swamp Thing au cours des temps, a-t-il expliqué ; une fois leur rôle terminé, ces Avatars prennent leur retraite, en quelque sorte. Certains font partie du Parliament Of Trees qui conseille les Swamp Thing en fonction, alors que d’autres se reposent juste dans leur paradis vert. Dans l’Annual de cet automne, Swampy rencontrera plusieurs de ces Avatars (onze différents a-t-il précisé). Soule a expliqué qu’il voulait plonger dans le Green et expliquer comment ça fonctionne et d’où ça vient.

Le nom de The Burgher Thing a amusé la toile. Soule a expliqué que l’Avatar qui porte ce nom était, avant de devenir le représentant du Green, un scientifique et marchand allemand du 17e siècle – et cette classe de marchand était appelée « Burgher ». Il a néanmoins ajouté qu’à l’instar d’autres personnages, le nom de cet Avatar n’est pas définitif mais qu’il en portera un autre dans le numéro. Cependant, comme « Burgher Thing » plaisait à DC Comics, c’est celui-ci qu’ils ont choisi de révéler. Soule a ensuite un peu plus détaillé le personnage : il apporte une touche comique (car même si Swamp Thing est une série assez sombre, l’humour n’est pas forcément interdit), et c’est quelqu’un d’assez sûr de lui, une sorte de politicien qui a son influence dans le Green. Il aura également un rôle à jouer en dehors de l’Annual – et ce rôle sera mieux compris dans le #27 de la série et après.

Soule a ensuite parlé de l’autre Avatar dévoilé, Lady Weeds – qui conservera ce nom dans l’Annual. Ce nom est en rapport avec ce qu’elle porte, un vêtement de deuil appelé « widow’s weeds » à l’époque de l’Angleterre Victorienne. Les femmes mettaient une robe noire et le voile pour porter le deuil de leur homme ou de leur enfant. Soule a expliqué qu’il a toujours trouvé ce look particulier et que le terme de « weeds » (nda : mauvaise herbe, dans ce sens, en anglais) était approprié pour la série. Soule a ensuite détaillé son histoire : pour créer le personnage il est parti de l’idée que chaque Avatar n’était pas forcément un « good guy », que le Green se fiche des personnes qu’il choisit, seulement des plantes, même si c’est au détriment de l’espèce humaine. Lady Weeds a fait quelque chose de très mal alors qu’elle représentait le Green et ce sera expliqué dans l’Annual. Elle pourrait représenter un futur Alec Holland possible si ce dernier n’arrive pas à se maîtriser. Le Green essaie de le pousser à aller le plus loin, et Lady Weeds est une sorte d’avertissement à ne pas franchir la ligne.

Soule a ensuite parlé des apparences des avatars, qui sont pour lui liées à comment les personnes se voient, et c’est forcément en rapport avec l’époque à laquelle ils vivaient. Alec Holland essaie de s’identifier comme un héros, vit dans un monde de super-héros et est amené à livrer de gros combats, et tout ceci fait qu’il a l’apparence qu’il a. Le Green laisse choisir l’apparence de ses avatars en fonction de comment ils se voient eux-mêmes. Quant à Alec Holland, Soule le décrit comme un homme aux immenses pouvoirs mais qui n’est pas sûr de ce qu’il doit en faire. Il apprend sur le tas, il ne se repose jamais, mais il est au fond un héros, et il agit du mieux qu’il peut (à son point de vue), malgré les menaces qui planent sur lui. Soule a ajouté qu’il est l’un des personnages les plus puissants du DC Universe, même s’il ne sait pas forcément utiliser tous ses pouvoirs. Il ne peut pas laisser éclater sa puissance, car il pourrait de cette façon détruire la Terre. Et c’est un autre fardeau qu’il doit prendre en compte.

Charles Soule a ensuite parlé du Seeder, le vilain apparu récemment dans la série. Il ressemble à Swamp Thing mais il a besoin d’utiliser des graines pour provoquer les choses, il ne peut pas manipuler les plantes comme le fait un Avatar du Green – et la raison à cette nécessité sera révélée au #24 de la série. Concernant l’arbre à whisky, Seeder ne pensait pas à mal et essayait de rendre service aux gens, mais il ne comprend pas complètement ce avec quoi il joue. Soule a d’ailleurs teasé un prochain « combat de magiciens » entre les deux personnages ou chacun fera étalage de ses capacités – une scène qui a été très fun à écrire pour lui.

Soule a ensuite parlé de Capucine. Au départ, il voulait simplement étendre les alliés de Swampy, puisqu’il n’en avait que très peu. Il voulait également créer un personnage féminin fort, avec une histoire, des motivations qui lui sont propres : elle veut bosser avec Swamp Thing, elle a besoin de son aide, mais ce n’est pas ce qui la définit en tant que personnage. C’est une assassin centenaire qui pense qu’elle va bientôt mourir et chercher la protection de Swampy après sa mort. Soule a promis qu’on en saurait plus bientôt, sans vouloir révéler quel sera le numéro où son passé et ses problèmes seront dévoilés.

Passant ensuite au one-shot de Septembre sur (Anton) Arcane, que Soule voulait faire revenir en tant que Grand Méchant du Swamp Thing Universe, et surtout qu’on ne l’avait plus vu depuis la fin de Rotworld. Soule a ajouté que c’est l’histoire la plus dérangeante qu’il ait écrit jusque là, déclarant qu’elle l’avait empêché de dormir après l’avoir terminée ; il a même hésité à l’envoyer à l’éditeur, pour vous dire. Le one-shot verra également Abby Arcane de la partie. Elle est un avatar du Rot et pour cela elle ne pourra jamais vivre une histoire d’amour.  avec Swamp Thing car le Rot et le Green ne peuvent absolument pas se mélanger. Dans  ce numéro, Abby veut poser une question sur sa famille à son père et le délivre de la sorte de prison dans laquelle il était enfermé depuis Rotworld. Anton en profite ensuite pour faire le méchant de service, et c’est l’histoire qui démarre. « Like I said, creeeeeeeeeepy ».

Lorsque Soule a créé Seeder il ne voulait pas d’un Anton-bis. Seeder accomplit de mauvaises choses mais sans en avoir conscience, alors qu’Anton n’agit pas de façon mauvaise : il est mauvais par essence et se complaît là dedans. Pour autant, le rôle que Seeder a à jouer est important et sera décrit dans les numéros #24 à #27 y compris l’Annual #2.

Soule a conclu ce long entretien avec ses projets pour Swamp Thing. Souhaitant développer l’univers de façon générale et le rendre plus riche, il conclura la première partie de son histoire dans les numéros #25-#27, ce qui donnera un certain nombre d’éléments qui seront exploités pour la seconde partie. Il a ensuite loué l’équipe avec laquelle il travaille (Kano aux dessins avec d’autres, Matt Wilson aux couleurs, et Travis Lanham au lettrage en encourageant les lecteurs qui ne l’auraient pas déjà fait à se plonger dans Swamp Thing.

5 Commentaires

  1. Petit erreur dans le dernier paragraphe début de la ligne “sens” à la place de “sans” Ou alors j’ai mal compris x)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.