Vous êtes ici: DCPlanet.fr > Dossiers > Par où commencer #4 – Wonder Woman

Par où commencer #4 – Wonder Woman

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Sommaire

MàJ 12/06/17 : alors que le film Wonder Woman est sorti, une mise à jour de ce dossier était plus que nécessaire au vu des récentes parutions en VO, et surtout du coup d’accélérateur de l’éditeur Urban Comics pour la réédition de runs que ce dossier vous avait déjà présenté. Bonne lecture !


MàJ 02/04/16 : pour notre thématique spéciale Wonder Woman, nous vous proposons de (re)-découvrir ce Par Où Commencer dédié à la belle Amazone, qui pour l’occasion a été mis à jour avec les sorties les plus récentes que nous vous conseillons pour vos lectures en VF et en VO. Enjoy !


Bonjour les gens ! Petit passage rapide pour dire que je ne suis pas l’auteur de ce formidable dossier ! J’ai juste posé deux trois images ça et là et mis le tout en page pour le site. Lisez tout ça avec attention et réfléchissez bien avant de venir contredire ces écrits en toute impunité, sous peine de DESTRUCTION DU MONDE !!! Merci à Alice pour son travail. Celui-ci a été réalisé depuis pas mal de temps déjà, et je pense qu’il devait vous être dévoilé. 


Injustement mal connue du public français, Diana est l’une des trois figures les plus importantes de l’univers DC. La princesse amazone est belle certes, mais elle n’en est pas moins une redoutable combattante avec qui peu de héros peuvent rivaliser. Si c’est son costume qui vous choque, sachez que l’on trouve dans ses aventures l’explication du choix des couleurs de Wonder Woman et quoi de plus normal pour quelqu’un dont l’inspiration vient de la Grèce antique que de porter la tenue d’une athlète olympique.  Depuis le reboot de 1986 qui suivit la première Crisis, de nombreux scénaristes et dessinateurs prestigieux se sont suivis pour donner des histoires dignes de la guerrière mythologique qu’est l’héroïne. J’espère vous donner envie de découvrir ou redécouvrir les aventures du personnage crée en 1941 par William Moulton Marston et il y a de quoi en prendre plein les yeux. Superman, accroche toi à ton slip.

– Alice

Par Où Commencer Wonder Woman

Avant les New 52

Gods and Mortals (1987) / Wonder Woman : Dieux et Mortels Tome 1 (2017 – Urban Comics)

wonder woman - gods and mortals

On commence par le run de George Pérez. Ici dessinateur et scénariste, ce grand homme du comics a pour but de rendre crédible la célèbre amazone. On est loin de la pin-up suggestive qui courait en talons aiguille, montait dans son avion invisible et avait la fâcheuse tendance à finir attachée façon SM. À partir de là, c’est du sérieux. Toujours divinement belle, la princesse est également une redoutable combattante inspirée des plus grands héros de la mythologie grecque. On reprend à zéro, même à moins que zéro si je puis dire puisqu’on passera de la préhistoire à nos jours en passant par l’antiquité pour nous narrer la création et l’histoire de ce désormais fier peuple de guerrières créé par les dieux eux mêmes avec un but bien précis. C’est ici qu’on découvrira leur rivalité avec le dieu de la guerre, Arès en personne, et la rencontre entre Wonder Woman et Steve Trevor.

Et après ça ? | Challenge of the Gods 

wonder woman - challenge of the gods

Suite directe de Gods and Mortals, l’histoire débute avec la présentation de la controversée Wonder Woman au reste du monde et de sa première rencontre avec son ennemie jurée, Cheetah. C’est néanmoins Zeus en personne qui donnera le départ de l’aventure. Le roi des dieux de l’Olympe, en grand chaud lapin qu’il est dans la mythologie, a jeté son dévolu sur la magnifique princesse des Amazones. Fou de rage à cause de son refus, il souhaite la punir et se rabattre sur une autre. Mais face à la jalousie de sa femme Héra, il la condamnera à accomplir plusieurs exploits. On trouve ici de l’hydre, du minotaure, du cyclope, des spectres et tout une flopée d’autres créatures aussi fantastiques que terrifiantes et Diana doit accomplir un défi colossal si elle veut survivre à la colère de Zeus. Cet épisode est à la fois une vraie introduction de la guerrière dans le monde des homme et un vrai récit aux allures mythologiques, où on explique même la ressemblance entre son costume et le drapeau américain.

Et après ça ? | Beauty and the Beasts

Beauty and the Beasts (1988) / Wonder Woman : Dieux et Mortels Tome 2 (2017 – Urban Comics)

wonder woman - Beauty and the Beasts

Diana tente de récolter des fonds pour une organisation caritative quand elle se retrouve prise à partie par une autre des ses adversaire les plus célèbres, Silver Swan, magnifiquement caractérisée ici. Cet arc intègre les New Gods dans le monde mythologique de Wonder Woman et nous explique l’importance des panthéons. Il s’agit également du début de la première romance entre Superman et la belle amazone. Une partie du récit est empruntée au #600 d’Action Comics par John Byrne, avant de revenir à la série régulière de Pérez qui, avouons-le, a plus de panache et nous amène en Grèce pour la deuxième partie du récit où prophétie et machinations divines sont au rendez-vous.

Et après ça ? | Destiny Calling 

Destiny Calling (1988)

wonder woman

Tout commence avec une Wonder Woman enquêtant sur la mort de Mindy Mayer, la femme qui travaillait à intégrer Diana auprès de la population en travaillant son image. Le dieu messager Hermès, qui deviendra l’ami de la princesse guerrière, est venu sur Terre créer de nouveaux liens avec le monde. L’amazone a découvert le monde extérieur et que les humains sont capables du pire, mais aussi du meilleur. Le peuple de Themyscira reconsidérera son point de vue sur ces derniers. Manipulation des dieux et combats contre des créatures immortelles font toujours partie de ce récit.

Et après ça ? | War of the Gods

War of the Gods (1991)

War of the Gods

On peut aisément s’en passer mais ce crossover vient marquer la fin de l’époque Pérez, qui a réussi à merveille le pari de crédibiliser Wonder Woman avec cette nouvelle version de l’héroïne, à grands coups de mythologie et de personnages importants tout en l’intégrant au monde extérieur. Manipulés pas la sorcière Circé, tous les panthéons divins de la Terre entrent en guerre les uns contre les autres alors que les dieux romains ont décidé de détruire le monde. Il faudra tous les héros de la planète avec l’aide du Suicide Squad et de quelques vilains pour tenter d’écarter la menace.

Et après ca ? | The Contest

The Contest (1994)

Wonder Woman

Nouvel auteur, William Messner-Loebs nous raconte une aventure dans laquelle Wonder Woman arrive sur une Themyscira dévastée. La sorcière Circé a montée une tribu d’Amazones, les Bana-Mighdall, dont on avait perdu la trace après l’exil des fidèles d’Hippolyte sur l’île du paradis, afin des les réunir et de les faire disparaître toutes en même temps. Estimant que sa fille a failli dans son rôle de représentante des Amazones, la reine organise un nouveau concours pour ce titre et c’est cette fois Artémis, une membre de la tribu retrouvée, qui gagne le droit de porter l’uniforme de Wonder Woman. Diana se trouve un nouveau costume et accompagnera la nouvelle venue dans le monde extérieur. C’est très 9O’s mais le scénario est agréable et les illustrations raviront les fans de pin-up car l’Amazone de Deodato a tellement de poigne, que quand elle met le bas de son costume l’élastique lui arrive au dessus de la taille et le reste disparaît entre ses fesses.

Et après ça ? | The Challenge of Artemis 

The Challenge of Artemis

Artemis, la nouvelle Wonder Woman, est très controversée. Batman refuse de la voir siéger dans le fauteuil de Diana lors des conseils de la JLA, Donna Troy ne la supporte pas etc. Sa rivalité avec la princesse se fait de plus en plus grande. Elle fait alors appel à un conseiller en image, et se donne à fond dans sa tâche de super-héroïne. Hommes d’affaire véreux en prennent pour leur grade, elle sauve des femmes exploitées ou victimes de violence… Bref, elle agit et frappe fort ! Mais elle aura besoin de Diana pour vaincre le mage blanc. L’histoire de Messner-Loebs avance vite, on ne s’ennuie pas en lisant cet arc, les dessins de Deodato font toujours autant sourire et on s’apprête à démarrer un nouveau run avec l’arrivée de John Byrne qui scénarise et dessine.

Et après ça ? | Second Genesis

Second Genesis (1995) / Wonder Woman by John Byrne Vol. 1 (2017 – DC Comics)

Wonder Woman

John Byrne a déjà eu l’occasion de travailler sur les personnages de Wonder Woman et des Fourth Worlds de Jack Kirby pour le #600 d’Action Comics. Il débute ici son run qui durera près d’une quarantaine de numéros en tant que scénariste et dessinateur.

Diana, redevenue Wonder Woman, s’installe à Gateway City, où elle intervient sur les lieux d’un braquage commis avec des armes peu conventionnelles. Elle commence à enquêter avec l’aide d’un policier et découvre que Darkseid en personne est à la tête d’un trafic de technologies extra terrestres. L’amazone partira alors régler cette affaire sur Apokolips. Diana revient sur Terre pour reprendre son installation dans sa nouvelle ville. Experte en antiquités, elle commence à travailler au musée d’histoire de la ville avec Helena Sandsmark, la mère de Cassandra qui deviendra Wonder Girl. L’histoire se termine avec l’arrivée de Morgane le Fey qui introduit un nouvel arc.

Et après ça ? | Lifelines 

09_lifelines

Suite directe de Second Genesis, on retrouve donc Morgane le Fey qui utilise le démon Etrigan pour tenter de capturer  Wonder Woman dans le but de devenir immortelle. Le Phantom Stranger qui traquait le Fey lui vient en aide, et s’ensuit une énorme bataille entre les 3 héros. Dans la deuxième partie, Wonder Woman enquête sur des apparitions partout en ville de héros et vilains pourtant décédés. Le travail de Byrne est très agréable et présente une amazone puissante et intéressante. Bien que le tome se clôture sur la résolution de l’histoire, le run de Byrne n’est pas terminé mais n »est jamais sorti en librairie. On y retrouvait la mort et le retour de l’héroïne, son remplacement par Donna Troy, la célèbre baronne Von Gunther et on découvrait qu’une autre Wonder Woman, et pas n’importe qui, avait participé à la seconde guerre mondiale.

Et après ça ? | Plusieurs scénaristes se sont suivis pour écrire de courtes histoires qui ne constituent pas vraiment un arc. On a donc Eric Luke, du Mark Millar, Doselle Young, Brian K Vaughn, Ben Raab, Georges Pérez, le tout dessiné par Matthew Clark, Yannick Paquette, Mark Bright et bien d’autres. Rien de tout ça n’a assez d’importance pour la continuité donc on zappe et on passe à… Paradise Lost

Paradise Lost (2001) / Paradis Perdu (2006 – Panini)

Wonder Woman

Ce volume marque le début du run de Phil Jimenez qui comme beaucoup de ses prédécesseurs est à la fois scénariste et dessinateur. Il contient 3 histoires de Wonder Woman. La première se déroule à Gotham où les 3 fils d’Arès manipulent 3 criminels de Gotham : Poison Ivy, Scarecrow et le Joker. Diana et la Bat-familly vont se démener pour les arrêter. La deuxième histoire se passe sur Themyscira où une guerre civile éclate entre les 2 tribus d’amazones. La troisième est celle d’un documentaire sur la princesse des amazones par la journaliste Lois Lane qui l’a suivie toute une journée. C’est fun, les dessins sont chouettes et détaillés, on sent même l’influence de George Pérez qui aide au scénario.

Et après ça ? | Paradise Found 

Paradise Found (2001)

Wonder Woman

L’histoire se déroule pendant « Our Worlds at War ». Circé, qui transformait les gens en animaux ou en monstres dans la mythologie grecque et dans l’Odyssée, fait encore des siennes. Wonder Woman, déjà bien contrariée par la transformation de son amie Vanessa Kapatelis en Silver Swan par la sorcière, est grièvement blessée par Imperiex. Ses tourments sont loin de s’arrêter quand sa mère se sacrifie pour sauver une partie du monde. Diana doit se ressaisir et doit convaincre les Amazones de former une alliance avec leur ennemi Darkseid. Circé profitera de l’épuisement des super-héros après la bataille pour transformer tous les super-héros masculins en animaux. Phil Jimenez est toujours aussi bon au scénario et pour ses dessins de personnages expressifs et dans les détails.

Et après ça ? | The Hiketeia

The Hiketeia (2002) / Hiketeia (2003 – Semic) / Greg Rucka présente Wonder Woman Tome 1 (2016 – Urban Comics)

The Hiketeia

The Hiketeia, est une véritable tragédie grecque moderne. La jeune Danielle Wellys dont la sœur est morte à cause d’un groupe de dealers proxénètes est allée se venger d’eux mais se retrouve traquée et vient demander son aide à Wonder Woman. Dans la tradition antique grecque, l’Hiketeia est un serment qui lie deux individus. Une personne tourmentée devient le serviteur de l’autre en échange de sa protection absolue. Ce serment est sacré et les trois furies veillent à ce qu’il soit respecté. Si une des deux personnes le brise, elles viennent le tuer quelle que soit sa puissance. Diana découvrira que celui qui poursuit sa protégée n’est autre que Batman, qui accuse celle-ci de meurtre. Les deux héros devrons s’affronter sous le regard des furies. Greg Rucka débute son run avec cet arc qui sera considéré comme une des meilleures histoires de l’amazone, mettant en scène quatrez aspects du jugement et du devoir, celui de Batman qui représente les lois humaines, celui de Wonder Woman qui doit défendre la jeune fugitive pour honorer son serment, celui de Danielle qui se devait de venger sa sœur et celui des furies qui veillent à ce que les traditions soient respectées.

Et après ça ? | Down to Earth

Down to Earth (2003) / Greg Rucka présente Wonder Woman Tome 1 (2016 – Urban Comics)

Wonder Woman - Down to Earth

Diana s’apprête à sortir un livre de poèmes et d’essais sur ses réflexions et sa vision du monde quand elle se retrouve traduite au tribunal par l’ONU pour corruption. Quand cette affaire est enfin réglée, Wonder Woman rentre chez elle. Le livre est maintenant publié et elle découvre qu’une femme, Veronica Cale, lui voue une haine profonde et se sert de ses récits mais aussi de vidéos montrant l’amazone en pleine dispute avec d’autres héros ou faisant part de raisonnements qui pourraient paraître archaïques, et pour ne rien arranger, un de ses réfractaires est assassiné devant l’ambassade de Themyscira. Du côté des Olympiens, certains dieux commencent à être en désaccord avec Zeus qui de son côté ne regarde que les amazones avec convoitise, ce qui déplaît fortement à sa femme Héra. Rucka nous fait part de sa vision pour la position politique et morale dans le monde moderne pour cette femme qui semble venue tout droit de l’antiquité, avec Drew Johnson aux dessins.

Et après ça ? | Bitter Rivals

Wonder Woman

Il s’agit de la suite directe de Down to Earth. Diana débute cette histoire attaquée sur plusieurs fronts. D’une part dans la presse, et de l’autre chez elle. Le Dr Psycho est venu l’attaquer à l’ambassade avec l’ancienne amie de Wonder Woman devenue Silver Swan. On retrouve également l’île du paradis dévastée par un cataclysme tandis que la sorcière Circé se retrouve libre et s’apprête a réveiller un menace aussi ancienne que dangereuse. Rucka continue à pousser Wonder Woman vers son point de rupture en tenant le lecteur en haleine, toujours accompagné de Johnson au crayon.

Et après ça ? | Eye of Gorgon

Eye of Gorgon (2004) / Greg Rucka présente Wonder Woman Tome 2 (2017 – Urban Comics)

wonder woman

Circé, Médusa, et le Dr Veronica Cale mettent en commun leurs capacités pour nuire autant que possible à Wonder Woman, pendant que les dieux tirent tirent les ficelles en coulisses pour servir leurs propres intérêts. Au cours de ce volume, Diana est enterrée sous les décombres, mordue par des serpents, rouée de coups et risque d’être changée en pierre en affrontant la monstrueuse méduse. La JLA fera de nombreuse apparitions notamment pour tester les capacités de la nouvelle championne de la déesse Athéna, qui n’est pas sortie indemne de son dernier combat.

Et après ça ? | Land of the Dead

Land of the Dead

Pour la première partie de cette histoire, Wonder Woman, désormais infirme, et Flash vont s’allier pour faire face à leurs Némésis Cheetah et Zoom. G. Rucka travaille alors avec G. Johns et Rags Morales. Pour la deuxième partie, excellente et dans la lignée des autres aventures du run, on retrouve le duo des tomes précédents et donc Drew Johnson aux dessins. Ils nous raconteront l’histoire de Diana qui agit étrangement à la demande d’Athéna tandis que sur le mont Olympe, un coup d’état se prépare.

Et après ça ? | Mission’s End

17_mission_end

Voici la toute dernière partie de l’excellent run de Greg Rucka. Elle commence avec l’épilogue de l’aventure précédente avant d’enchaîner sur Omac Project et le prélude d’Infinite Crisis. Diana se retrouve face a Maxwell Lord qui a pris le contrôle de Superman. Tentant de le faire lâcher prise, elle finit par le menacer de le tuer et n’ayant plus le choix, elle l’exécute. OMAC diffuse les images de ce meurtre sur tous les écrans du monde. La suite est un enchaînement de combats contre les OMAC et Cheetah. Elle devra ensuite assumer les conséquence de son meurtre et faire ses adieux à ses dieux. La dernière partie du volume est consacrée à des flash-back sur les événements importants de sa vie dans le monde extérieur, comme ses liens avec Julia Kapatelis qui fut sa meilleure amie et lui a appris à parler la langue de son nouveau pays.

Et après ça ? | Who is Wonder Woman? 

Who is Wonder Woman? (2006) / Qui est Wonder Woman (2008 – Panini)

Wonder Woman

Mission’s End marquait non seulement la fin du travail du scénariste pour laisser la place à Allan Heindberg et du très sympathique couple Dodson aux crayons, mais également le début d’une nouvelle série avec une numérotation qui redémarre à 1 sans pour autant tirer un trait sur la continuité. L’amazone et son passé ne changent pas, elle prend juste un nouveau départ. Tout commence donc pendant le One Year Later qui faisait suite à Infinite Crisis. Une nouvelle romance va débuter pour l’héroïne qui a choisi de reprendre l’identité de Diana Prince, intègre le département des affaires méta-humaines et cède le titre de Wonder Woman à Donna Troy.

Et après ça ? | Love and Murder

Love and Murder (2007)

Wonder Woman

On change de scénariste mais on continue sur la lancée . Le département des affaires méta-humaine confie à l’agent spéciale, Diana Prince, la mission de capturer Wonder Woman. On retrouve l’ancienne ennemie de l’amazone, Circé, et le retour d’Hippolyte qui, mécontente de sa fille, prend des décisions radicales, pour que le tout finisse par le prologue d’Amazons Attacks.
DC a confié son héroïne à l’écrivain à succès Jodi Picoult. L’histoire n’est hélas pas à la hauteur de la réputation de l’auteur et 3 dessinateurs se relayent sur le titre. Le résultat n’est tout de même pas désagréable à lire et sert d’introduction au crossover Amazons Attacks.

Et après ça ? | Amazons Attack !

Amazons Attack ! (2007)

Wonder woman Amazons Attack !

Will Pfeifer au scénario et Pete Woods au crayon pour ce graphic novel. Alors ce titre est sans doute le moins bon que je présente ici mais ayant été introduit avant et étant un crossover DC je l’ai quand même ajouté à la liste. Ici, les Amazones pas contentes décident d’envahir le monde sous la direction d’Hippolyte, la mère de Diana. Wonder Woman et plusieurs autres héros de la JLA vont tenter de les arrêter et de comprendre leurs motivations. Les dessins ne sont pas mauvais, niveau scénario, ça bouge et il y a de l’action mais les personnages manquent vraiment de profondeur et leurs raisonnements sont même parfois un peu neuneu. À lire si on est fan d’action ou de l’amazone.

Et après ça ? | The Circle

The Circle (2008) / Le Cercle (2009 – Panini)

21_the_circle

Une nouvelle scénariste débute son run ici. La talentueuse Gail Simone devient la deuxième femme à écrire pour Wonder Woman depuis 1986. Terry Dodson et sa femme Rachel reviennent aux dessins et à l’encrage pour  la première partie et le plaisir des yeux. Dans cette communauté uniquement composée de femmes vivant depuis des millénaires en autarcie, l’idée même d’avoir un enfant ou d’être enceinte semble anormale voir néfaste. Quand la reine elle même présente l’enfant, que les dieux ont animé à partir de sa poupée d’argile, à son peuple, certaines parmi ses plus fidèles viennent à la trahir, l’accusant elle même de trahison. Peu de temps après, les nazis envahissent l’île du paradis et se comportent de façon cruelle. La première partie met donc en scène un flash-back sur les origines de la princesse avant de retourner vers l’époque moderne où Diana est recrutée par une espèce extra-terrestre pour les aider et se heurte à un Green Lantern. Du côté des affaires méta-humaines, on commence à s’interroger sur les liens entre l’agent Prince et Wonder Woman.

Et après ça ? | Ends of the Earth

Wonder Woman Ends of the Earth

Diana se retrouve ici à risquer sa vie et son âme aux côtés du héros de Sword and Sorcery contre une entité maléfique sur une autre dimension, avant de partir à Hollywood, où l’on prépare un film sur la vie de Wonder Woman. Du côté des affaires méta-humaines, les autorités commencent à se demander si l’agent Prince n’est pas une espionne au service des amazones, prêtes à se venger après leur défaites dans Amazons Attacks, avant de se heurter aux Gorilla Knights. Gail Simone continue a développer le caractère de Diana avec Aaron Lopresti aux dessins.

Et après ça ? | Rise of the Olympians

Rise of the Olympians (2009)

Wonder woman - Rise of the Olympians

Zeus apparaît à la reine des amazones et lui annonce que ses sœurs, disparues depuis les événements d’Amazons Attacks, vont revenir sur leur île et pourront désormais rester en paix car il va créer un nouveau peuple pour défendre son panthéon. Ainsi, les Olympiens ressuscitent Achille, Jason, ses argonautes et d’autres anciens héros grecs pour fonder les Gargaréens, un peuple guerrier uniquement composé d’hommes, qui s’installe sur Thalarion, une île à quelques centaines de km de Themyscira. Arès, un des plus redoutables ennemis de Wonder Woman refait son apparition, tandis que quelque chose semble clocher chez les nouveaux voisins des amazones.
Gail Simone introduit également d’autres nombreux anciens adversaires ainsi que de nouveaux dieux pour mettre Diana dans une des situations les plus difficiles qui soit, avec les dessins d’Aaron Lopresti.

Et après ça ? | Warkiller

Warkiller

Wonder Woman, abandonnée des siennes et des ses dieux, aura tout de même l’occasion d’une aventure en duo avec Black Canary. Les deux héroïnes vont infiltrer un groupe de vilains sous un nouveau costume plutôt amusant. Diana retrouve un peu le moral grâce à Dinah qui s’avère être une véritable amie. De son côté, Zeus a nommé Achille maître des amazones après avoir écarté Hippolyte du trône de Themyscira alors que la princesse revient sur l’île régler ses comptes et découvre que son son pays est sujet à diverses manipulations tandis que l’ombre d’Arès plane encore…  Simone est Lopresti sont vraiment inspirés et on en redemande.

Et après ça ? | Contagion

Contagion (2010)

Contagion

New York est à feu et à sang. Les habitants de la ville semblent avoir perdu la raison et ont un comportement haineux et violent, tandis que Quetzalcóatl, le dieu d’origine sud-américaine d’habitude plus calme a décidé de sortir dévorer des gens au hasard. Même Power Girl s’en prend a Diana. Quels sont les cinq personnages mystérieux qui suivent l’amazone et quelles forces sont derrière tout ça ? Cette histoire marque la fin du run de Gail Simone. La scénariste a su mettre en parallèle le côté guerrière et ambassadrice  pour la paix de Wonder Woman sans tomber dans l’improbable ou dans la facilité. L’amazone est à la fois magnifique et redoutable et son caractère est parfaitement défini. Aux dessins plusieurs artistes se relayent dont Aaron Lopresti, Chris Batista, Fernando Dagnino, et Nicola Scott.

Et après ça ? | Odyssey

Odyssey (2010) / L’Odyssée (2012 – Urban)

Odyssey

Pour le 600ème numéro, DC avait choisi de reprendre la numérotation depuis le début et demandé à J.M. Straczynski et Phil Hester de scénariser une nouvelle histoire d’ l’amazone pour un nouveau départ. Don Kramer nous livre des dessins plutôt sympa et Wonder Woman porte un nouveau costume plus moderne et réaliste pour l’occasion. Le résultat en 2 TP est assez sympa mais a souffert de l’abus de teasing et des critiques d’adeptes de concours de miss maillot. Quelque chose a changé l’histoire et le fier peuple des amazones semble sur le point de disparaître. Les survivantes sont pourchassées par un étrange commando qui semble être également à l’origine de la catastrophe qu’a subi Themyscira. Diana et son tempérament de combattante est prête à défier hommes, dieux, créatures mythiques et sorcières pour que les choses reviennent à la normale malgré de lourdes pertes du côté des héros.

Petite parenthèse pour donner de l’argumentation à ceux qui ont envie de parler chiffons, ce site affiche la plupart des costumes qu’a porté Wonder Woman depuis ses origines.

Par Où Commencer Wonder Woman

A partir des New 52

Blood (2011) / Liens de Sang (2012 – Urban)

Wonder Woman Blood

Nous y sommes. Nous voilà enfin à notre époque pour parler de la Wonder Woman actuelle. Flashpoint est passé par là et la continuité DC à été chamboulée pour plusieurs héros. Pour Wonder Woman, on apprend de nouvelles choses sur ses pouvoirs et ses origines, tandis qu’Héra a décidé d’envoyer deux assassins centaures s’en prendre à une des humaines avec qui son mari Zeus l’a trompée et à l’enfant né de leur union. Diana et Hermès vont tenter de lui venir en aide. La galerie de personnages secondaires s’annonce intéressante avec un Brian Azzarello très en forme au scénario et Cliff Chiang aux dessins dont le style colle à merveille au côté mythologique de la série.

Et après ça ? | Guts / Le Fruit de mes Entrailles

Wonder Woman Guts / Le Fruit de mes Entrailles

La suite directe du premier tome et on espère qu’Azzarello gardera les rênes de la série le plus longtemps possible. Diana et Hermès vont continuer à protéger le futur bébé de Zola et ce jusqu’en Enfer. Ce volume nous montre Wonder Woman évoluer au milieu d’une flopée de personnages mythologiques intéressants. C’est toujours plein de mystère, de manigances entre Olympiens, de divinités capricieuses, de révélations étonnantes, etc. On tentera même de marier de force et ceux qui doutent de l’intérêt du personnage pourront découvrir toute la noblesse de la personnalité de la belle et grande guerrière, Princesse des fières Amazones.

Et après ça ? | Iron / De Sang et de Fer

Wonder woman Iron / De Sang et de Fer

Troisième tome et suite directe de la saga de Brian Azzarello, les choses se compliquent encore pour l’Amazone. Diana doit, en effet, faire face à la trahison d’un de ses alliés et n’a d’autre choix que de conclure un marché avec le reste des Dieux de l’Olympe. Le petit problème, c’est que la plupart d’entre eux ont bien envie de voir l’héroïne morte le plus vite possible. De plus, le casting de la série s’étoffe encore plus puisque les Néo-Dieux entrent en scène avec l’introduction de Orion qui a, lui aussi, des plans pour le dernier fils de Zeus. Evidemment, c’est toujours Cliff Chiang aux dessins.

Et après ça ? | War / La voie du guerrier

WW PoC - 1

Après le tome précédent, on aurait pu penser que les choses ne pourraient pas être pire pour Wonder Woman mais il ne faut pas sous estimer l’imagination de Brian Azzarello qui poursuit son run ici. L’auteur continue à développer la relation étrange entre Wonder Woman et Orion. Les aventures de Diana l’emmèneront d’ailleurs sur Néo-Génésis à la rencontre des Néo-Dieux. Sur Terre, Appolon est, quant à lui, toujours à la recherche du fils de Zeus tandis qu’un être quasi-invincible et avide de vengeance débarque au milieu de tout ça en la personne du Premier Né.

Et après ça ? | Flesh / Chair de ma chair

WW PoC - 2

Azzarello et ses artistes Cliff Chiang et Goran Sudzuka sont toujours à la tête de la série sur ce cinquième tome. Wonder Woman est maintenant la déesse de la guerre et s’est réfugiée sur Themyscira avec ses alliés. Ce nouveau titre risque bien de lui être utile puisque Appolon et le Premier Né sont maintenant dans le même camp avec un seul objectif : détruire le fils de Zeus. En définitive, voilà un tome qui met en avant les questionnements moraux du personnage principal liés à son nouveau rang et les manigances de plus en plus grande du côté de la Nouvelle Olympe.

Et après ça ? | Bones / La chute de l’Olympe

WW PoC - 3

Cette fois, nous y sommes ! Le dernier chapitre de la saga de Brian Azzarello et de ses fidèles lieutenants, Cliff Chiang et Goran Sudzuka. Pour l’occasion, tous les thèmes chers à l’auteur sur ce run y passent dans une conclusion épique. Liens du sang, importance de la mythologie, réflexion sur le rôle de la guerre, Azzarello se lâche et propose un point final à un run qui aura duré près de quatre ans. De plus, le combat final entre le Premier Né et Wonder Woman a lieu avec, comme enjeux, l’avenir du monde et de l’Olympe.

War Torn (2015) / Wonder Woman, Déesse de la Guerre (2016 – Urban, trois tomes)

WW PoC - 4

Une nouvelle ère s’ouvre pour Wonder Woman alors que Meredith et David Finch succèdent au duo Azzarello / Chiang. Même si les Finch reprennent plus ou moins là où le run précédent s’est arrêté, c’est un gros changement d’ambiance sur le titre. Pour ce premier tome, on retrouve la belle Amazone partagée entre ses devoirs de déesse de la guerre, son titre de régente sur Themyscira ainsi que ses obligations envers la Justice League. Inutile de dire qu’il est l’heure pour elle de faire des choix et que l’arrivée d’une rivale bien connu des fans, puisqu’il s’agit de Donna Troy, risque de précipiter tout ça. Hélas, après quatre premières années superbes dans les New 52 pour Wonder Woman, les Finch peinent à maintenir le titre à flot qualitativement, malgré le fait qu’ils réutilisent pleinement la nouvelle mythologie mise en place autour du personnage principal par leur prédécesseur.

Wonder Woman : The Lies / Year One (2016) / Wonder Woman Rebirth Tome 1 (2017 – Urban Comics)

Par où commencer #4 - Wonder Woman 26

Le relaunch Rebirth de DC Comics en 2016 aura permis à Wonder Woman de regagner ses titres de noblesse avec le retour de Greg Rucka qui, si vous avez bien lu le dossier jusque là, fait partie des auteurs qui ont livré les meilleures histoires sur l’Amazone. De façon originale, Rucka décide de livrer deux arcs différents en parallèle afin de pallier au problème du format de publication en bi-mensuel. En résulte une histoire d’origines, Year One avec Nicola Scott aux dessins, et une histoire se déroulant dans le présent, The Lies avec l’artiste Liam Sharp dans lequel Diana n’arrive plus, pour une raison qu’elle ignore, à retrouver le chemin de Themyscira. L’écriture de Rucka fait mouche dans un cas comme dans l’autre et si l’auteur ne restera que sur 25 numéros, on est à mille lieux du run catastrophique des Finch. Pour concilier avec la sortie de Wonder Woman en 2017 au cinéma, Urban Comics a privilégié la sortie de Year One dans le premier tome du titre Rebirth.

Par Où Commencer Wonder Woman

Les indispensables

Dernière partie parce que votre patron me fait signe que vous avez déjà perdu trop de temps à lire pendant vos heures de travail.

Amazonia (1998)

Amazonia

William Messner-Loebs et Phil Winslade nous plongent dans l’Angleterre de l’époque victorienne pour nous montrer une version de Wonder Woman dans cette époque ou l’Empire britanique devient de plus en plus mysogine et ou Jack l’éventreur fait des siennes. Diana, arrachée a son monde par la marine royale, se voit forcée à se marier avec le Capitaine Steve Trevor. Ele deviendra une héroine pour toutes les femmes opprimées de ce royaume gouverné par un terrible roi. Le résultat est beau, l’ambiance est plaisante et la lecture vraiment agréable.

The Blue Amazon (2003)

30_the_blue_amazon

Pour comparer avec un films, ici on est dans une ambiance Total Recall. On est sur une Mars terra-formée et un descendant de Steve Trevor tombe amoureux d’une danseuse d’un club douteux qui se fait appeler Blue Amazone à qui on a effacé la mémoire. On a des manipulations génétiques, Luthor, Cheetah, et d’autres, un mélange sympa de l’univers Wonder Woman et de SF par Jean-Marc et Randy Lofficier au scénario et Ted McKeever aux dessins.

Justice Riders (1997)

31_justice_riders

Et voici un western fantastique. 1873, la ville natale de l’US Marshall Diana Prince vient d’être complètement détruite par un sorcier fou, Felix Faust, et la belle a juré de la venger. Elle trouve l’aide de plusieurs personnages hauts en couleur comme le tireur le plus rapide Kid Flash, le guerrier cheyenne Hawkman, et le duo génial inventeur et mercenaire Ted « Beetle » Kord et Booster Gold. Chuck Dixon nous sert du steampunk sur les splendides illustrations de J. H. Williams III dont le découpage des cases est toujours aussi intéressant, des bordure de pages originales dans un style western. Dommage que ça soit si court.

Spirit of Truth (2001) / Vérité Triomphante (2002 – Soleil)

32_spirit_of_truth

Paul Dini s’étant lancé dans une série annuelle de graphic novel qui s’attaque à Wonder Woman, avec l’immense Alex Ross aux dessins. Ici elle essaie de remplir son rôle d’ambassadrice pour la paix en tant que Diana et non en tant que super-héroïne et se retrouvera au moyen-orient pour aider une femme. Elle est à nouveau dépeinte comme une femme chaleureuse et compatissante. Le scénario est intelligent et loin des clichés post-11 Septembre puisque d’une part Dini est bien au dessus de ça et de l’autre parce que cette histoire à été écrite avant ces événements. Les illustrations sont magnifiques. Un très bon moment de lecture.

The Once & Future Story (1998)

33_the_once_and_futur_story

Diana est appelée pour partir en Irlande. Son amie Julia Kapetelis a besoin de ses talents d’experte en antiquité et vestiges grecs pour étudier une tombe et plusieurs tablette de texte. On nous raconte deux histoires en parallèles, celle des écrits anciens et celle de l’époque de Wonder Woman, et toutes les deux traitent le sujet des violences conjugales. Trina Robbins au scénario nous livre une histoire très bonne et intelligente en nous donnant le point de vue des femmes, de leurs bourreaux et des héroïnes qui assistent à tout ça.

Les dessins de Coleen Doran sont assez sympathiques et on lit tout ça avec autant d’envie que cela nous laissera à réfléchir sur le sujet à la fin.

JLA League of One (2000) / Seule Contre Tous (2001 – Soleil)

JLA League of One

Si ce graphic novel de Christopher Moeller (scénario et dessins) porte le nom de JLA, il est pour moi une véritable histoire de Wonder Woman. Ici, la Justice League se retrouve confrontée à une terrible créature, rien de moins qu’un dragon ! Habituellement, c’est bien connu, le cerveau de l’équipe, c’est Batman. Mais quand il s’agit d’affronter une créature mythique, (les amateurs de chiroptères et de mecs à bottines rouges vont crier au scandale) ça n’a rien à voir avec la poursuite d’un clown, d’un type frustré qui parle à une marionnette, d’une machine détraquée ou de se disputer un caillou vert avec un chauve mégalo ! Face à une bête de cette envergure, il vaut mieux faire confiance à une vraie guerrière, une qui mange de l’hydre au petit déj. Je vous conseille donc cette histoire qui peut se lire indépendamment des autres en tant qu’aventure de mon amazone préférée.

The Legend of Wonder Woman (2015 – 2016)

LoWW

Titre numérique lancé fin 2015, The Legend of Wonder Woman a rapidement su s’imposer comme un titre phare de la gamme Digital First de DC Comics. Réalisé par une équipe créative jeune et dynamique, composée de Renae de Liz et de son mari Ray Dillon, la série se concentre sur les origines de l’amazone, de son entraînement sur l’île de Themyscira à son arrivée dans le monde des Hommes, où elle rencontrera Etta Candy et Steve Trevor. Commencer par cette version de l’histoire de Diana est une bonne idée, puisque l’essentiel des caractéristiques classiques du personnage y sont respectées et l’on découvre peu à peu l’univers qui entoure ses aventures. Nul besoin d’avoir des connaissances particulières en matière de comics pour aborder cette série, bien que des tas de clins d’oeil à l’histoire de l’amazone soient disséminés au fil des chapitres de cette saga qui s’annonce à la fois épique et intimiste. The Legend of Wonder Woman synthétise parfaitement l’esprit du personnage et l’on tient là le titre idéal pour les néophytes, qui voudraient se familiariser avec la super-héroïne la plus emblématique de l’écurie DC, qui mérite d’être mieux connue du grand public.

Wonder Woman : Earth One (2016) / Wonder Woman Terre Un (Urban – 2017)

Par où commencer #4 - Wonder Woman 27

Longtemps considéré comme une arlésienne, le récit de Grant Morrison et Yanick Paquette se sera offert une sortie en VO pour l’année des 75 ans de Wonder Woman et vient tout juste d’arriver dans la langue de Molière. Annoncé comme le premier volume d’une série de trois (?), cet ouvrage propose à la fois une redéfinition de l’Amazone dans la tradition de ce que souhaite réaliser la collection Earth One de DC Comics, mais, Grant Morrison oblige, est également un élégant et intelligent hommage à tout le travail accompli sur le personnage, et ce depuis sa création par William Moulton Marston. Les compositions complexes de Yanick Paquette participent également à l’hommage créatif et intentionnel, qui ont inscrit très rapidement ce livre parmi les meilleures oeuvres conscarées à l’Amazone. Dire que la suite se fera attendre est un doux euphémisme.

Wonder Woman : the True Amazon (2016)

Par où commencer #4 - Wonder Woman 28

Toujours pour les 75 ans de Wonder Woman, c’est un roman graphique original qui a été proposé par DC Comics, et également une histoire d’origines – qui auront donc été particulièrement nombreuses. Deux particularités à cet ouvrage néanmoins : la première, c’est que le récit se concentre véritablement sur la jeunesse de Diana sur Themyscira et explore la personnalité d’une jeune enfant protégée de toutes, chérie à tel point qu’un certain égoïsme prendra le pas. On y retrouve de nombreux éléments déjà inscrits par George Pérez lorsqu’il racontait les origines de la princesse Amazone – mais l’angle de la psychologie de l’enfant/adolescente est plus mis en avant, menant à nous montrer une Diana capricieuse dont le comportement mènera à de lourdes conséquences, qui permettront à cette dernière de s’élever moralement. A noter que la « True Amazon » du titre n’est pas celle que l’on croit. La seconde particularité, c’est que l’ouvrage est entièrement peint par Jill Thompson, artiste récompensée qui a eu à plusieurs reprises l’occasion de travailler sur Wonder Woman. Pour les amoureux d’un style différent, le coup d’oeil est clairement à jeter.

Voilà. Merci pour ceux qui sont allés jusqu’au bout de l’article. J’espère que ça vous aura plu, voire vous fera vous intéresser plus au personnage. Et euh… Clark, je t’avais bien dit de te tenir à ton slip…

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on linkedin
Share on tumblr
Share on email

Ceci pourrait vous intéresser