PARTAGER
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email
games-13lb
Les points positifs:
  • Je cherche…
  • Ha si !
  • Euh en fait non.
Les points négatifs:
  • Pourquoi Superman doit-il se taper des jeux aussi foireux à chaque fois ?

1. Introduction

4. Round 3

2. Round 1

5. Mot de la fin

3. Round 2


20h dans un des cinémas bordelais. Avant-première de Man of Steel (avec le bruit de géolocalisation comme dans les films ricains aiiight)

– Tu vas faire quoi pour ton retrogaming ce mois-ci ?

– Oui je veux bien garder le billet de la séance merci.

– Heu… Et donc pour ta chronique ?…

– Pour ma chronique ? Bah la routine.

– C’est à dire ?

– C’est à dire que je sais pas, comme d’hab’. Enlève ton chewing gum, j’ai horreur des gens qui mâchent au cinéma. Sauf s’il est à la fraise, tu me le passes dans ce cas là.

– … Et au fait, tu sais qu’on fête les 75 ans de Superman ce mois-ci…

– Oui, un Batman c’est une bonne idée pour un retrogaming mais bon, j’en ai fait un le mois dernier, si j’en fais tout le temps les lecteurs vont se douter de l’identité de mon employeur.

– Et on va voir le film Man of Steel dans quelques minutes…

– Non, les gens en ont marre des Batman j’t’ai dit, laisse tomber, je suis pas fou moi, business is business.

– Même que DC Planet a consacré un mois entier à Superman

– Ha ! J’adore cette pub putain ! Da da da. Haha énorme. Da da da.

– Hum… Ok… Bon laisse tomber le retrogaming hein…

– Da da da.

– M’ok. T’as trouvé ton sujet de mémoire pour ton master au fait ?

– Ha tu sais quoi, maintenant que tu parles de retrogaming, j’avais pensé à un truc justement ! Et si je faisais mon Retrogaming #5 sur… Superman ! Putain j’suis un génie.

Je me suis alors levé de mon siège, j’ai enlevé mes lunettes 3D avec style, déchiré ma chemise et remonté la salle de ciné le poing en avant. Le monde m’attendait. Je ne pouvais pas le décevoir. L’humanité est enfin prête. J’en suis convaincu. Je fais des phrases courtes. Effet de style. Suspense. C’est l’heure du retrogaming shooooooow !

– He ! He ! He tu m’écoutes, ferme la putain, le film va commencer.

Oui bon ok j’ai pas quitté ma place et j’ai laissé la bouffonne derrière moi taper dans mon siège et manger ses foutus popcorns.  J’aurais bien fait un tir aux pigeons dans le ciné comme dans God Bless America  et avoir droit le lendemain à une sublime une de Libé’ «Superman, film catastrophe», mais bon, flemme, juste ça hein. Des jeux Superman il n’y en a pas des masses et puis des Superman comme je vais vous présenter, il y en a qu’un. Le thème était choisi : Sup’, mais le choix du jeu non. J’aimerais remercier Jésus pour ça, il m’a dit : « Baccano, les gens ils font des events dédiés à Superman sur leurs sites, ils font des big dossiers sur l’univers de Sup’, pleins de reviews Superman, même ceux qui y connaissent rien font des articles « nul acier », et puis la majorité est trop enthousiaste après avoir vu Man of Steel de Zach, faut que tu me pètes toute cette joie, chronique le Man of Steel de 1992 sur Megadrive et fait moi kiffer ! Heu, amen ». Quoi de mieux pour rendre hommage à Superman que de jouer à une bonne grosse merde ? Moteur, action !

MOS Megadrive 01bis

Allez zou, Man of Steel de Sunsoft, youpi. Superman : The Man of Steel, ou simplement Superman en Amérique du nord, est un jeu vidéo de plate-formes développé et édité par Sunsoft sur Megadrive en 1992. Le jeu est porté par Virgin Interactive en 1993 sur Game Gear et Master System. La première fois que j’ai vu l’écran titre du jeu… heu j’ai vomi. Bon la deuxième fois que j’ai vu l’écran titre, je me suis dit que je tenais probablement une perle rare. Un logo Superman sur tout l’écran, brillant comme pour dire « Alerte. Alerte. Jeu de merde en approche ». Et puis sans déconner, on l’a reconnu les mecs, la musique est exactement la même que celle du jeu sur Master System. Déjà qu’elle était pas folichonne… Mais bon on ne va pas juger un jeu sur son écran titre, même si les indices de son contenu sont déjà là…

Baccano

Baccano

Membre du staff DC Planet depuis septembre 2012.