img_comics_2373_100-bullets-le-marchand-de-glaces-tome-2 
Les points positifs:
  • L’univers, l’ambiance du titre
  • Pas mal de réponses mais qui soulèvent de nouvelles questions
  • On sent que ça démarre…
Les points négatifs:
  • … mais ça ne prend toujours pas vraiment
  • Les dessins de Risso ne plairont pas à tout le monde

 

 

“Je voulais me servir du flingue… sans doute plus que toi.”


  • Scénario : Brian Azzarello – Dessin : Eduardo Risso

Après un premier tome assez décevant, et même totalement décevant soyons franc, j’attaque ce second volume avec beaucoup d’appréhension. Un peu comme l’épreuve de la dernière chance. Car difficile de lire une série si la mayonnaise ne prend pas. Cela en est rageant tant l’idée de départ est bonne, excellente même. Voyons de quoi va parler le tome 2.

Suivant un agenda connu de lui seul, l’Agent Graves réactive un par un les agents d’un mystérieux groupe : les Minutemen. Comment, Cole Burns, paisible marchand de glaces, a-t-il pu se débarrasser aussi facilement des mafieux qui lui menaient la vie dure ? Et pourquoi son habileté à tuer s’est-elle déclenchée au son du mot fatidique « Croatoa » ? De son côté, Dizzy est envoyée à Paris sur les traces du journaliste Mr Branch.

Comme pour le premier tome, ce deuxième volume est découpé en plusieurs parties, 4 pour être précis.

B1

Dans un premier temps, Azzarello nous offre un premier chapitre sortant du schéma habituel. Pas de mallette avec pistolet et balles ici, mais on en apprend un peu plus sur l’agent Graves. On découvre en effet qu’il n’agit pas forcément au hasard, loin de là. De plus, les mots Trust, agence qui s’annonce des plus mystérieuses, et Minutemen sont lâchés ! À noter que pour la première fois également j’ai été séduit par les dessins de Risso sur ce chapitre. Sur les à-côtés de l’action principale, notamment avec la serveuse, comme s’il savait exactement où Azzarello allait en venir.

Retour au classique ensuite avec une histoire en deux chapitres où l’agent Graves laisse la fameuse « mallette » à un marchand de glaces. Classique, pas vraiment. Car l’homme choisi s’avère être lié aux Minutemen. Et là l’histoire part en sucette ! Un mot prononcé devant cet homme : « Croatoa » et voilà notre petit marchand un peu benêt devenir un véritable tueur au sang froid. Tout cela selon les prévisions de l’agent Graves.

Encore une fois les dessins de Risso collent parfaitement à l’histoire. Mise en page adéquate, visages expressifs. Derrière leur côté bourrin ces dessins font mouche.

Chapitre classique pour le coup ensuite avec une pauvre femme à la recherche de sa fille. Les réponses que va lui apporter l’agent Graves vont encore davantage la faire sombrer. Chute magnifiquement bien représentée par Eduardo Risso. Surprise, colère, peine, rage, folie, tout y passe à travers le visage de cette pauvre Lilly.

Histoire touchante, émouvante même, pour laquelle il est difficile de ne pas se sentir mal à l’aise, surtout avec la façon dont Azzarello nous la raconte à travers les mots crus et sans détour de l’agent Graves. Mais histoire qui, à nouveau, semble très loin de la trame principale.

B2

Alors, à un peu plus de la moitié du tome, de ce second tome, la lecture se fait toujours de manière un peu forcée. Oui notre curiosité est enfin un peu titillé par les quelques bribes d’information que veut bien enfin nous lâcher Brian Azzarello. Mais au milieu du train train quotidien rien de bien folichon pour nous enflammer vraiment. Ça reste peu alléchant, on ne se sent pas happé par l’histoire, et cela malgré des dessins toujours aussi bruts de Risso mais qui s’avèrent coller parfaitement à cet univers sombre et violent.

Enfin, tout ça jusqu’à la dernière partie en trois chapitres : « Parlez Kung Vous ». La rencontre, en France, de la petite Dizzy Cordova (vue dans le premier chapitre du premier volume) et Branch, ancien journaliste américain tombé dans la misère et la pitoyabilité, passant son temps entre les bistrots et les combats clandestins.

Grâce à cette rencontre, nous allons apprendre plein de choses ! Trust ! Minutemen ! La « Mallette » ! L’agent Graves ! Et même Dizzy ! Et enfin le chiffre XIII dessiné dans une main !

B3

Je voulais des rebondissements, je voulais une trame de fond, je voulais de l’intérêt, je les ai eu. Certes, tout cela fut long à arriver, et même si trois chapitres c’est long aussi pour ce qu’on a appris, enfin Azzarello pique ma curiosité. Tout est lié ! L’agent Graves sait où il va, il manipule tous ces gens comme les pièces d’un grand échiquier. Mais où va-t-il ? Que cherche-t-il ? Comment  peut-il avoir autant la main mise sur tant de choses ? Beaucoup de réponses mais qui amènent encore davantage de questions !

Bref, l’essai n’est pas transformé mais malgré tout la machine est enfin lancée ! Nous avons suffisamment d’éléments pour nous plonger avec envie dans cet univers de conspiration et de complots dès le tome 3, comme je l’espère. On commence à découvrir des choses qui nous font comprendre à quel point la partie de l’iceberg encore immergée est immense, mais on a envie de savoir !

Les dessins sont certes en symbiose avec le scénario mais restent difficile d’accès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.