Les New 52 parfois appelés nu52 ou renaissance en français sont le relaunch-reboot opéré par DC comics sur ses séries en cours dès fin aout 2011 avec la sortie de Justice League #1 de Geoff Johns et Jim Lee. La première vague est officiellement lancée en septembre 2011. Qu’il y ait disparition de séries, ajout de nouvelles, toujours est-il que tout est lancé au numéro #1 même pour les séries qui n’avaient jamais connues aucune interruption depuis leur création. C’est aussi la création d’un tout nouvel univers englobant ceux de DC, Vertigo et Wildstorm et 52 séries sont prévues en permanence.


1. Comprendre la genèse du projet

4. Un re-boot-launch

2. Une tâche difficile

5. La mythologie

3. Flashpoint

6. séries et vagues


Comprendre la genèse du projet

Il y a deux facteurs qui ont animé les têtes pensantes et les éditeurs de DC au moment de réfléchir aux new 52.

Le premier est de nature économique. Oui le comics c’est aussi une industrie avant tout et les ventes avant les new 52 ne sont pas souvent bonnes. Il y a un travail qui est là pour tenter de gérer tout ça et c’est celui d’éditeur. DC est toujours l’éternel numéro 2, Marvel détient la moitié du marché et les indés 15%. 35% pour DC c’est faible, DC n’a pas dépassé Marvel depuis des lustres.  Il faut bien comprendre que si l’on parle de Golden Age, puis de Silver Age du Comics etc c’est aussi en fonction des ventes des titres. On est passé d’une époque ou des ventes en millions sont devenues des ventes en milliers. En 2011 à l’époque du relaunch si un titre atteint les 100 000 exemplaires c’est déjà un énorme succès, le comics est devenu un marché de niche.  Certains titres comme Batman ou Green Lantern marchent très bien mais pour le reste DC peine à suivre marvel qui grignote de plus en plus de parts de marché sans oublier les « gros » indépendants comme Image. Marvel est en train de se créer un univers très important au cinéma, le film des vengeurs arrive l’année prochaine. DC même si il a Nolan et le chevalier noir est en train de perdre sur presque tous les tableaux.

Dan DiDio Co-Publisher avec Jim Lee et Geoff Johns chef de la direction créative depuis 2010 doivent réagir et seront les artisans de la riposte. DiDio aura toutefois une influence très forte sur le projet.

Le second facteur découle du premier et repose sur le constat que toutes les stratégies précédentes pour sauver ou relancer les ventes n’ont pas été à la hauteur des attentes. On va y revenir mais DC a toujours par amour de l’univers qu’il a créé depuis ses débuts toujours tenté de justifier une continuité longue comme le bras. Multiverse, complexification des nombreuses histoires et personnages font qu’il est impossible de faire rentrer facilement un profane dans l’univers. Alors oui il y a les crises mais ça n’attire pas de nouveaux lecteurs, on recolle plutôt les morceaux et je mets au défi un nouveau venu de comprendre quelque chose à Final Crisis sans Wikipédia. Le succès des séries Green Lantern, le retour en force de Barry Allen en tant que Flash et la maestria d’une saga comme Brightest Day ne suffira pas. Le changement devra être drastique.

1
2
3
4
5
6
Article précédentDeux nouvelles images pour Superman: Unbound
Article suivantUn nouveau titre parmi les NEW 52 : Batman/Superman
Grand gagnant du concours Picsou Magazine Batman et Robin (True Story), Superman de Donner est son film d’enfance préféré même devant les goonies. Il tombe dans la Batmania des années 90 ruinant ses parents au magasin de jouet. Il lit à l’époque toutes les sorties Image chez Semic et reste un amoureux de Spawn. Les années passent la passion pour DC grandi et surtout son univers cosmique. La vénération de les Légion des Super Héros et de Booster Gold peut commencer. La série hebdomadaire 52 a changé sa vie de lecteur de comics.