Les points positifs:
  • Un nouveau départ pour le titre
  • Du renouveau dans la continuité
  • Deux talents, deux pattes fortes
  • Tout est là et vivement la suite
Les points négatifs:
  • Un style artistique qui ne plaira pas à tous

« I was Oliver Queen. I was Green Arrow. But Now, Im no one. »


  • Scénario : Jeff Lemire – Dessin : Andrea Sorrentino
  • DC Domics – 6 Février 2013 – 32 pages – 2,99$


Green Arrow et les NEW 52 c’est une longue et douloureuse histoire. Après une année d’histoires presque toutes plus catastrophiques les unes que les autres, l’arrivée de Nocenti avait permis de redresser quelque peu la barre. Toute fois le titre n’est jamais réellement parvenu à être de grande qualité, chose complètement anormale pour un tel personnage. DC se devait donc de trouver une solution pour revitaliser le titre et surtout surfer sur la vague du succès de la série Arrow. Ainsi Jeff Lemire (Animal Man, Sweet Tooth) et Andrea Sorrentino (I, Vampire) se sont alliés afin de donner un nouveau souffle au milliardaire.

Puisque Green Arrow est un ratage depuis son reboot nous aurions pu penser que DC allait faire en sorte d’oublier le passé du personnage. C’est évidemment ce qu’il se passe, mais Jeff Lemire le fait en toute subtilité. Ce numéro #17 commence donc par un rapide résumé de ce qu’il s’est passé dans les précédents singles afin de rappeler très succinctement aux lecteurs le pourquoi du comment de la situation d’Oliver. L’ellipse narrative permet à l’auteur de laisser une plage de temps mystère qui sert de toute façon à teaser ce qu’il se passe avant. Tiens, c’est bizarre, puisque juste après la première page, nous faisons un bond en arrière d’exactement 3 semaines. C’est donc le temps que va mettre Oliver pour finir au fond du trou.

green arrow

Autant dire que le Lemire ne perd pas de temps et rentre de plein pied dans le vif du sujet. Rassurez-vous, aucun spoiler ici. C’est alors le début d’un récit d’une très grande qualité. Loin d’être un facile numéro #1, ce nouveau Green Arrow est un véritable point d’entrée dans l’univers NEW 52 de l’Archet d’Émeraude. Une histoire principale lancée, des portes ouvertes vers de nombreuses histoires parallèles pour développer les personnages et la mythologie, des personnages tous plus mystérieux les uns que les autres, des situations complexes et compliquées pour enfin faire voler en éclat le statu quo du personnage. Tous les ingrédients sont là pour faire quelque chose d’exceptionnel avec les personnages et il faut le dire franchement dans ces moments-là, ça défonce sérieusement.

Mais Jeff Lemire n’est pas le seul à faire un excellent job. L’ancien artiste œuvrant sur la bien trop sous-estimée série I, Vampire, Andrea Sorrentino, est aux stylos pour des planches de toutes bôtay ! Le style de l’artiste italien est très marqué et ne dépaysera pas les habitués. Sorrentino s’occupe de tout de A à Z et le titre ne pouvait pas trouvé mieux pour marquer son identité visuelle. Par contre, et c’est une certitude, il divisera, les adorateurs d’un côté, les détracteurs de l’autre. Mais les dessins ne sont pas la seule réussite de l’artiste. Son découpage, même si ce n’est pas une première, reste original et fonctionne surtout magiquement bien sûr pour le titre de l’Archet. La technique de cadrage des éléments importants vient renforcer et mettre en avant les détails que l’on ne verrait pas forcément au premier coup d’œil. C’est avec ce genre de « plus » qu’Andrea Sorrentino parvient à magnifier son style.

green arrow

Avec ce nouveau numéro de Green Arrow, la nouvelle équipe créative marque le titre de son empreinte dès son premier numéro. Les éléments de base sont présents, livrant des fondations solides pour l’intrigue principale ainsi que les sous-développements. Si vous lisez de la VO, jetez-vous dessus. Pour les autres, je suis prêt à parier que les choses vont avancer très rapidement en France et il est fort probable que le titre débarque en France d’ici la fin de l’année.


Un avis de plus c’est bien aussi!

Quel vent de fraîcheur ! J’ai enfin l’impression de lire du Green Arrow ! Alors certes, c’est un début de run, on ne sait pas encore grand chose de ce qui attend le justicier, mais quelle claque ! Nous avons enfin droit à un titre avec de la tension, de l’action bien dosée, et un véritable enjeu ! Je n’y croyais plus. Ce nouvel ennemi, Komodo, aussi obscur qu’intriguant, me laisse totalement rêveur sur la suite ! J’ai vraiment hâte de découvrir le numéro du mois prochain.

Lemire opte pour un genre de « pseudo reboot ». Il ne fait pas fit de ce qui s’est déjà fait dans la série, mais disons qu’il fait le ménage, à renfort de phases bien choquantes. Tout y passe. Du statut d’Oliver Queen, de sa compagnie en passant par ses alliés. Et je vous laisse découvrir comment… Et bien sûr, cette idée de l’île revient en toile de fond et se dessine sous nos yeux, faisant d’ailleurs étrangement penser à la série Arrow. Et que dire de cette phrase finale, qui m’a méchamment fait penser à un season finale de Lost, j’ai ri. Je ne sais pas si c’était volontaire, mais en tout cas l’effet attendu est garanti.

Quand aux traits d’Andrea Sorrentino, j’étais plutôt septique à la base. Mais ça fonctionne à merveille. Ca renforce le ton que donne Lemire au titre et ce n’est pas plus mal. Ces traits sont fabuleux et j’aime beaucoup. On est loin de l’ambiance de I, Vampire, mais le dessinateur arrive tout de même à apporter une personnalité à ce nouveau Green Arrow. Beaucoup moins fade, plus violent, plus sombre.

Allez-y, c’est le moment idéal pour commencer la série !

– Freytaw

5
Poster un Commentaire

Veuillez Connexion pour commenter
4 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
[Preview VO] Green Arrow #18 | DC Planet[Review VO] Green Arrow Vol. 2: Triple Threat | DC Planet[Review VO] I, Vampire Vol. 1: Tainted Love | DC PlanetFreytawcrazy-el Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien
Notifier de
crazy-el
crazy-el

Je l’attendais, nous l’attendions. N’est-ce pas Freytaw lol

trackback
[Review VO] I, Vampire Vol. 1: Tainted Love | DC Planet

[…] et tout est trop suggéré (à titre de comparaison, je suis bien plus ébahi par sa prestation sur Green Arrow #17). Mais force est de constater que ça renforce l’identité du titre. Chacun y trouvera son […]

trackback
[Review VO] Green Arrow Vol. 2: Triple Threat | DC Planet

[…] que ce n’est certainement plus un secret pour ceux qui suivent, mais depuis la publication du numéro #17, on est en droit d’espérer qu’il va sauver la série. Vivement, parce que là, nous […]

trackback
[Preview VO] Green Arrow #18 | DC Planet

[…] prometteuse depuis son re(reboot) du mois dernier avec le numéro #17, Jeff Lemire et Andrea Sorrentino comptent bien nous surprendre en proposant ce #18ème numéro. […]