PARTAGER
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email
Batman-Amere-Victoire
9782365770156-couv-M244x367
Les points positifs:
  • Un Must Have
  • Plus sombre et plus intelligent qu’un Long Halloween
  • Tim Sale
Les points négatifs:
  • Des dessins qui peuvent ne pas plaire
  • Une intrigue qui peut sembler répétitive

« Nous avons gagné la guerre mais perdu Harvey Dent. »


  • Scénario : Jeph Loeb– Dessin : Tim Sale

Je tiens là, je pense, l’une de mes sagas de Batou préférée!!! J’avais déjà adoré un Long Halloween mais je crois que je place Amère Victoire au dessus !

Un an après « l’affaire Holiday », Gotham City est toujours le théâtre de règlements de comptes entre les familles mafieuses et les « patients » de l’asile d’Arkham. Si Alberto Falcone était considéré jusqu’alors comme le véritable tueur Holiday, une nouvelle vague de meurtres jette le trouble sur son arrestation. Pour restaurer l’ordre à Gotham, Batman aura besoin de toute l’aide possible, voir de prendre sous son aile un nouveau partenaire, Robin ! Jeph Loeb et Tim Sale nous racontent, la naissance de Robin. Après l’arrestation d’Holiday, un nouveau meurtrier, un tueur de policiers, sévit à Gotham. Bonnes ou mauvaises, les victimes s’accumulent au rythme de une tous les mois, les jours de fêtes. Seul point commun, des jeux du pendu sont laissés par le meurtrier, gribouillés sur des feuilles issues des dossiers de l’ancien procureur Harvey Dent, alias Double Face.

AV1

Déjà, retrouver de nouveau Jeph Loeb au scénario et Tim Sale aux dessins c’est juste de l’or en barre. Les coups de crayons de Sale collent tellement bien à Batman, et tellement bien à cette saga. Ses couvertures avec les ombres colorées en rendant hommage à la galerie de personnages de l’univers de Batman sont aussi de toute beauté. Bref on s’émerveille à chaque planche, à chaque page. Là où tous les dessinateurs qui œuvrent et ont œuvré sur Batman en lui imposant leur touche ou leur patte, Tim Sale se contente de nous offrir un Batman tel qu’on l’imagine. Il nous livre un travail magistral de contrastes et de volumes, enchaînant gros plan presque vide avec de petites cases pleines de détails.

Jeph Loeb ensuite reprend ce qui avait fait merveille dans un Long Halloween. Un Batman solitaire mais qui sait rester proche de Gordon malgré tout. Des meurtres aux dates festives avec un jeu de piste intriguant (le pendu) mais tellement bien ficelé. Le petit plus par rapport à un Long Halloween, c’est l’arrivée du procureur Porter, qui s’oppose quasiment farouchement à Gordon et à Batman, à l’inverse de ce que l’on nous proposait avec Dent. Et quel caractère cette femme.

AV2

Il y a aussi cet aspect de vengeance. Sofia Falcone veut se venger, Harvey Dent veut se venger, Gordon et Batman veulent aussi se venger d’un certain côté, ou du moins, venger quelqu’un. Bref, on se retrouve avec un brouillard de suspicion très épais. Et cela en rajoute à notre côté enquêteur, autant dans un Long Halloween j’avais identifié les tueurs, autant là j’ai été bluffé, je ne m’y attendais pas.
Le petit grain de folie avec Alberto Falcone et ses voix rajoutent davantage à l’ambiance oppressante de cette saga. Tout comme cette guerre des gangs. On vit l’histoire comme si on y était, comme si on se retrouvait sur les lieux du crime. Et comme Gordon ou Batman on tente de lever le mystère du meurtrier au pendu.

AV3

Bref c’est bon, c’est beau, c’est juste incontournable. Jeph Loeb va plus loin dans la noirceur, dans le côté sombre de Batman, non sans humour et avec une profonde intelligence, il nous dévoile toute la ménagerie de l’univers du justicier de Gotham.

Biggy

Biggy