PARTAGER
flash infinite t2 cover
Review VF - Flash Infinite Tome 2 : Sur un autre monde 11

Flash Infinite Tome 2 – Urban Comics – 19 euros

  • Scénario : Jeremy Adams
  • Dessin : Fernando Pasarin, David Lafuente Garcia

Si l’on retire les séries DC Infinite liées aux Batverse ou Supverse, les autres personnages qui se partagent la part du gâteau sont au nombre de trois, dont Flash. Et après un premier tome qui réintroduisait le personnage de Wally West, potentiellement le Flash le plus apprécié et le plus rapide de la Flash family, voici enfin le deuxième tome qui signe le vrai démarrage de la série. L’auteur défaisait également le traitement que ce dernier avait subi de la part de ses prédécesseurs. On pourrait débattre de cette fâcheuse habitude entre scénaristes, mais il faut quand même reconnaitre que la caractérisation de Wally était un peu à la ramasse ces cinq dernières années. Mais peut-on dire que l’on est en face de la vraie renaissance de ce personnage?

WELCOME BACK WALLY

Suite du premier tome, on y lisait Wally West vouloir renoncer à ses pouvoirs de Flash pour profiter pleinement du retour de sa famille en toute sécurité. Malheureusement, cette entreprise prit une tournure inattendue dans laquelle sa conscience voyagea à travers le temps et le « corps » de différents speedsters connus jusqu’au moment fatidique de Heroes in Crisis. Sans trop revenir sur cet arc qui n’aura pas marqué grand monde, Wally apprit qu’il ne fut finalement pas impliqué dans la grande tragédie de cet évènement. Retrouvant à nouveau l’espoir et la volonté de poursuivre sa mission de super héros, il renonce à son costume de l’ère « Rebirth » pour en choisir un qui correspond mieux à son état d’esprit d’aujourd’hui. D’ailleurs, on pourrait presque considérer le premier tome comme un tome 0 pour le coup. Jouant sur la corde de la nostalgie, ce « nouveau » costume est en réalité celui qu’il porta pendant de très nombreuses années après la mort de Barry Allen dans Crisis on Infinite Earths où il a repris le flambeau en tant que Flash et membre de la Ligue de Justice d’Amérique.

flash infinite t2 image1

Le scénariste Jeremy Adams semble vouloir faire table rase de tout ce qui a été fait dans DC Rebirth par Joshua Williamson et Tom King et de s’inspirer plutôt du run de Geoff Johns. Pendant que Barry Allen va jouer les héros dans une autre dimension (DC Infinite Frontier : Justice Incarnée), les clés de la ville sont confiées à Wally. Que l’on adhère ou pas à cette façon de faire d’effacer le travail de ses prédécesseurs, celles et ceux qui ont apprécié le run de Joshua Williamson dans Flash Rebirth ne seront pas trahis pour autant car Barry Allen n’est pas le héros principal de cette série, mais Wally West. Ce dernier tente de retrouver en parallèle un travail après sa trop grande absence de la vie sociale et professionnelle. Il enchainera les entretiens sans grand succès jusqu’à ce que Mr. Terrific vienne en personne le recruter pour un travail plus adapté à ses « compétences ».

UN SCÉNARISTE AU SERVICE DE SON PERSONNAGE ET DE SON UNIVERS

Cependant, le crime ne dort jamais très longtemps. Et lorsque Heat Wave, après avoir tout récemment purgé sa peine, décide de replonger dans ses bas instincts, la confrontation avec Flash va être inévitable. Seulement au lieu de résumer cet affrontement comme une péripétie lambda, le scénariste va aller plus loin dans la caractérisation de Flash/Wally West, au lieu de le résumer qu’à sa vitesse ou son statut de héros. Il fera preuve d’un peu de psychologie et d’un minimum de dialogue pour que le héros comprenne les réelles motivations du vilain. Enfin, l’apparition d’une lance magique l’entrainera dans une autre dimension pour faire équipe avec Dr. Fate. Tout un programme qui rend ce tome riche en péripéties, mais reste néanmoins accessible pour les lecteurs.

flash infinite t2 image

Le récit place Wally West au centre de son histoire, autant sur le plan personnel, héroïque mais aussi civil. Et oui car contrairement à Barry Allen, où ce dernier se remettait (trop) souvent en question sur les répercussion de Flash dans sa vie, Wally lui l’embrasse complètement. Il partage tout avec sa famille où il peut compter sur Linda et leurs enfants. Il sait où sont ses lacunes, mais aussi ses atouts. Cela fait de lui quelqu’un de sympathique et d’optimiste pour qui tout est franchissable. On croisera à plusieurs reprises cet aspect au cours de la lecture, notamment lorsqu’il est en civil. Et lorsque débarque enfin l’action, le scénariste s’en sort très bien aussi. On aurait pu croire que la première rencontre avec Heat Wave déteindrait sur ses capacités, mais il n’en sera rien. Les scènes de combat exploitent très bien les facultés de Flash, et montrent à quel point ce dernier pourrait plier n’importe qui en combat.

Enfin, lors de l’arc sur la lance magique, il rencontrera le Dr. Fate mais également le…lecteur, c’est-à-dire vous. Brisant les règles du quatrième, vous prendrez part à l’aventure et à l’action des évènements bien que cela reste limité au niveau des possibilités des interactions. Néanmoins, c’est assez original pour être souligné et on salue l’effort car on a rarement l’occasion de lire quelque chose de semblable. Et un derniert mot sur les dessins et le travail de Fernando Pasarin. Le dessinateur de Green Lantern Corps et de Justice League Rebirth nous offre un travail correct même si le rendu de l’hypervitesse de Flash n’est pas inoubliable. C’est même toujours la difficulté avec ce personnage. Mais le choix de ses plans et de l’angle de vue se marient très bien avec la tournure que prend du récit, notamment dans celui de la lance magique.

flash infinite t2 image3

Avec ce deuxième tome de Flash Infinite, DC a pris la décision de mettre de côté Flash/Barry Allen et de se recentrer sur une des forces qui fait qu’une histoire est bonne, à savoir la caractérisation de ses protagonistes. Ainsi, Wally West reprend sa place légitime de Flash de la ville de Central et Keystone cities, le costume rouge et tout ce qui va avec. En plus de ses pouvoirs uniques (dont on savourera la puissance lors des phases de combat), l’accent est également mis sur sa relation avec les autres. Au lieu de voir la double vie d’un super héros comme un fardeau, le scénariste Jeremy Adams veut plutôt montrer de l’optimisme dans les responsabilités que cela implique. Un très bon second tome, mais une lecture qui se termine rapidement. On en redemanderait bien un peu plus encore.

En passant par les liens affiliés Amazon/autres présents sur le site, DCPlanet.fr reçoit une faible commission. Qu’importe le montant de votre panier, vous nous aidez ainsi gratuitement à payer l’hébergement, modules, et autres investissements pour ce projet.

Fish talker

Fish talker