[Review VO] Voodoo Vol. 1: What Lies Beneath 1
Les points positifs:
  • Les dessins de Basri
  • L’agent Fallon
Les points négatifs:
  • Trop de mystères non résolus
  • La menace Daemonite trop manichéenne
  • L’ambiguïté de Voodoo tirée par les cheveux

“I don’t like to talk about myself.” – Voodoo


  • Scénario : Ron Marz (parties 1-4), Joshua Williamson (parties 5-6) – Dessin : Sami Basri, Hendry Prasetya – Couleur : Jessica Kholinne


Priscilla Kitaen est d’apparence une strip-teaseuse tout ce qu’il y a de plus normal et elle se fait appeler Voodoo. Recherchée par le FBI, notamment par les agents Jessica Fallon et Tyler Evans, elle va être obligée d’exposer sa véritable identité en tuant le second agent… Non, elle n’est pas le genre à faire dans la délicatesse. Puis, comme si de rien, elle va juste prendre l’apparence du type qu’elle vient de “charcuter”. Quoi de plus normal ? Elle a ce genre de capacité car c’est un hybride entre un être humain et un Daemonite, une race extra-terrestre belliqueuse (croisée dans plusieurs autres séries des New 52) qui cherche à conquérir la Terre.  Et ne cherchez pas de raisons à ça, c’est comme ça. Ce sont des aliens, ils sont perfides et très méchants, puis c’est tout !

Dans sa fuite, elle va tout faire pour réussir la mission qu’on lui a assigné, mais va tomber sur quelques surprises inattendues de la part des “siens”, tout en menant à mal Jessica Fallon qui la poursuivra jusqu’au bout, bien décidée à lui faire payer la mort de son collègue (qui était visiblement un peu plus, mais vous savez ce que c’est, la pudeur, ce genre de truc, pas ce genre de chichis entre flics) !

 voodoo_vol01_0

Pour la petite histoire, Priscilla Kitaen ou Voodoo est un ancien personnage de l’univers Wildstorm qui a vu sa première apparition dans WildC.A.T.s #1. Ne connaissant pas plus que ça le personnage à la base ainsi que l’univers associé, je ne vais pas m’étendre dessus ! Ce que je peux dire par contre, c’est que ce titre New 52, Voodoo, est vraiment trop classique. Le ton est donné. Vous me direz, l’héroïne est quand même une “méchante”. Certes. Pour ceux qui l’ont lu, c’est un peu le penchant “Daemonite” de la série Grifter. On en apprend tout de même un peu plus sur cette fameuse menace Daemonite qui plane sur l’ensemble de l’univers DC à travers ce titre, et on commence doucement à rassembler les pièces de puzzles, mais il ne faut pas se leurrer, le flou artistique reste présent.

voodoo_vol01_2

Voodoo est un personnage assez abrupte. Elle zigouille à tout va, et n’épargne pas grand monde, si ce n’est l’agent Fallon avec qui elle semble s’être liée (au sens propre aussi, oui c’est sale !). Difficile de vraiment cerner la psychologie du personnage tant le titre (à l’instar de Grifter) fait dans le mystère. Ca plombe vraiment l’intérêt de l’histoire et l’affection qu’on pourrait avoir sur le personnage et l’intrigue. Surtout que quasiment rien n’est révélé sur ce premier tome. Je dis qu’on commence à coller un peu les morceaux, mais on commence juste, et mal. Ce n’est clairement pas suffisant. Cette intrigue sur les Daemonites qui s’étend sur plusieurs titres (Grifter donc, mais aussi Stormwatch, rapidement, ou même encore Superman) est assez mal géré. Clairement, on a juste envie de dire : “Venez en au fait !”. Dommage… L’action est bien menée, ça reste pas trop mal écrit malgré tout, et les nouveaux personnages peuvent être plaisants, comme l’agent Fallon ! Mais on se perd encore dans des éléments trop survolés, trop flous, dont on ne peut “rien” révéler, sans doute pour des raisons éditoriales maladroites. Ca plombe cette série (tout comme Grifter, oui je radote un max) et nous invite à passer à autre chose.

voodoo_vol01_6

Le seul avantage de Voodoo par rapport à la série Grifter (je vous ai prévenu hein !), comme légèrement évoqué plus haut, c’est qu’elle nous invite à découvrir un peu l’envers du décor… Qu’est-ce qui se passe du coté des Daemonites, qui sont-ils et que pensent-ils ? Du coup, on les trouve un peu moins manichéens, du moins au début… Les révélations finales sur le personnage (qui ne font pourtant pas nécessairement avancer l’intrigue principale) cassent un peu tout ça et on retombe dans le planplan et la facilité. Il ne reste finalement que Voodoo, cette hybride un peu paumée qui reste à double tranchant, perdue dans un marasme cliché entre le bien et le mal.

 voodoo_vol01_5

Niveau des dessins par contre, c’est clairement joli. J’adore les traits de Sami Basri (qui avait notamment officié sur la série Power Girl, pré-relaunch). Il fait là un travail net et sans bavure et possède un style bien propre et personnel. Même les Daemonites passent mieux sur l’image avec leur pseudo transparence (dans Grifter, c’était limite illisible). Franchement là dessus, chapeau bas ! Le dessinateur nous offre aussi un petit côté sexy qui n’a cependant rien de comparable avec la très audacieuse Catwoman, mais cela reste plaisant. Sauf quand le sexy se transforme en monstrueux, ça calme un peu ! Mais les sensations sont garanties !

voodoo_vol01_3

Encore une série qui tire sur la S.F. que j’aurais voulu aimer… Comme Grifter (c’est la dernière fois, promis !)… Mais elle s’essouffle toute seule à force de tourner en rond et ne de rien vouloir dévoiler de concret. Voodoo passe six chapitres à fuir et rien d’autre. Si ce n’est qu’on apprend vite fait deux trois babioles sur ce qu’attendent les Daemonites avant de passer à l’attaque, puis des révélations tordues qui soulèvent de nouvelles questions sur le personnage de Voodoo elle-même. Mais la sauce prend pas (à noter aussi que l’auteur a été remplacé au numéro 4 de la série, pour raisons éditoriales, ce qui n’annonce généralement rien de bon et me laisse à penser que c’est pour ça qu’on stagne un peu plus sur la fin du tome). Il y a aussi des apparitions de Kyle Rayner (Green Lantern), comme le montre l’image ci-dessus, mais bon, clairement, c’est pas pour ça que ça devient indispensable, même si ces interventions sont sympathiques…

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.