PARTAGER
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Isolé au sommet d’une montagne dans mon Var natal, j’ai enfin quitté Toulon City. Les oiseaux font cuicui, l’air, un tantinet frisquet, est enivrant, et, pour la première fois depuis un très long moment, je suis en paix. Le fait de ne pas avoir de télévision joue beaucoup. En cette période, les informations peuvent facilement ronger mon moral. Enfin, j’ai vu pire…  La crise du Covid reste bien moins virulente que celle de la Snyder Cut. Pas de nouvelle, bonne nouvelle. Mes deux interlocuteurs principaux sont les impôts et la bande de témoins de Jéhovah installés à 100 mètres à vol d’oiseau -fatigants à la longue, mais pas assez pour me décider à acheter un piège à loups-.

6 janvier 2022. 10H54. Le drame. Une lettre scellée à la bougie vient d’arriver. Un logo DC Planet est apposé à la cire sur l’enveloppe. Ils m’ont retrouvé. J’avais pourtant changé mon adresse quatre fois. L’objet maudit reste sur la table de la salle à manger durant le reste de la matinée. Le feu crépite dans la cheminée.

12h06. La lettre ne s’est toujours pas décidée à disparaitre de la pièce. Fallait bien tenter. Tant pis. Je fais sauter le sceau et l’ouvre. Une simple note cartonnée :

BLUE ! OU EST MON PUTAIN D’ARTICLE, C’EST DANS TON CONTRAT ! UN AN QUE J’ATTENDS ! BOUGE-TOI OU JE T’ATTAQUE EN JUSTICE !

PS : ET ME SORS PAS UNE ENIEME CHRONIQUE SUR LE PORNO !

Ton rédac chef, Sledgy

Merde… Pour déployer des moyens de recherche dignes de la CIA, il y a du monde, mais pour me donner mon pseudo bleu et me foutre au Hall of Fame du site, il n’y a plus personne. Ainsi sonne le glas. Finalement, l’achat d’un piège à loups sera cathartique. Le retour du rédacteur le moins productif du site est prophétisé, plus qu’à trouver un sujet.

Le porno ? Il a dit non, arrête avec ça ! Le cinéma ? Trop clivant. Le covid ? C’est vraiment ce que tu veux ? Une review alors ? Ok, mais de quoi ? Tu te rappelles du truc japonais qu’une meuf t’avait filé à Paris ? Une MST ? Ah ah ah, qu’est-ce qu’on rigole… Ok, pourquoi pas. Tu sais lire le japonais ? J’ai des bases en mandarin. Tu sais que ce n’est pas pareil ? C’est des chinois du japon, ça devrait le faire. Arrête d’être con et va chercher les scans sur internet. Bonne idée. De quoi ça parle ? Du Joker devenant la baby-sitter de Batman. Bordel de…

Review Manga - One Operation Joker, le Joker baby-sitte Batman 11
Etat mental de votre rédacteur après le courrier

Être un génie du mal ET un parent ? Un sujet qui nous concerne tous

À la suite d’un accident, le Joker va devenir une nounou et élever un bébé qui n’est autre que son pire ennemi, Batman. Certaines femmes en rêvaient, la fameuse cuve de sérum anti-âge est bientôt sur le marché. Dommage que le chevalier noir se prenne pour Obelix et fasse un triple saut carpé avant d’atterrir à l’intérieur.

One Operation Joker donc… Scénarisé par Satoshi Miyagawa, auteur de Space Battleship Tiramisu, « Tiramisu » étant le nom du vaisseau, et dessiné par Keisuke Gotou, ayant une longue carrière dans l’animation allant du ninja blondinet à Psycho-Pass en passant par Full Metal Alchemist. Pourquoi pas ?

Niveau concept, voilà à peu près comment a dû se passer le processus de création. Deux, trois margoulins de DC Comics se sont récemment faits une soirée Netflix, et peut être Chill, devant La Voie du Tablier et se sont dit : « Non mais attends, ça c’est sexy, ça c’est vendeur, on n’a pas ça chez nous ! ».

Pourtant, en dépit de cette simplicité scénaristique évidente et de mon ancestral cynisme, cela en fait-il une mauvaise histoire ? Pas le moins du monde. Bien entendu, ce n’est pas du grand art, et il est nécessaire d’entrer dans le délire, mais en somme, en lisant une telle œuvre, vous attendiez-vous vraiment à un scénario sombre et profond à l’instar de Batman Damned (mdr) ?

Parcourable assez rapidement, comme une grande majorité des mangas, mais plus long qu’un tome de Bleach -à la limite de l’arnaque-, les situations comiques restent assez bien trouvées, et parleront aux personnes s’étant engagées sur la voie de la parentalité, tout en puisant des références dans les différentes itérations du Joker, qu’elles soient comics-bookiennes ou cinématographiques. Quant aux dessins, ces derniers font également le taff, et évitent le poncif de l’aspect Kawaii desu ne, à l’exception de baby Batman, mais c’est un gamin, donc difficile de lui reprocher.

Review Manga - One Operation Joker, le Joker baby-sitte Batman 12

Correctement caractérisés, chacun des personnages, apporte sa pierre à l’édifice. Entre le Joker, Harley, et Alfred qui apparaitra dans le tome suivant, de nombreuses possibilités restent à exploiter, et la série ayant l’air de fonctionner, la suite, tout comme la parution anglaise et à fortiori française, ne tardera pas à arriver.

Dans tous les cas, à un prix pas trop élevé, le double d’un manga classique, cet objet saura garnir votre collection d’une pièce atypique qui fera la jalousie de vos camarades fans du clown de Gotham ou du chevalier noir, comme le démontre la situation suivante.

Mise en scène d’une situation pouvant arriver 

Non possesseur numéro 1 d’un tome de One Operation Joker :  Hey les gars, moi j’ai un exemplaire d’une édition limitée Urban de Watchmen en noir et blanc !

Non possesseur numéro 2 d’un tome de One Operation Joker : Ah ouais ? Mais moi j’ai une édition limitée de Batman Tome 3 par King !

Possesseur d’un tome de One Operation Joker : Oui, mais moi j’ai un tome japonais d’une histoire avec le Joker qui devient le baby-sitter d’un Batman devenu enfant, directement importé du pays du soleil levant. Ah, vous ne connaissez pas ?  Dommage losers !

Possesseur d’un tome de One Operation Joker leur fait un doigt (dans le cas où il est vulgaire) et s’en va comme un prince.

Mise en scène et dialogues : Blue, rédacteur
Commanditaire juridique : Sledgy, rédac chef, bourreau
Soutien moral : Mocassin, n’ayant pas parlé de CW à Blue depuis maintenant une année
Dédicace : Watchful, Super Son, héros


Mon taff est fait, les poursuites judiciaires s’envolent. Je m’allonge dans l’herbe encore humide, m’allume une clope avant de me souvenir que je ne fume pas, et passe à des grissins japonais au gout pizza mission cancer avant 30 ans. Une heure plus tard, heureux et revigoré par le musc de la forêt, j’entreprends d’acheter un piège à loup. Il faut parfois savoir profiter des plaisirs simples de la vie.

C’était Blue, à vous Cognacq-Jay, à vous les studios, joyeuse année 2022 !

Blue

Blue

- Sale gosse - Électron libre - Voyageur dimensionnel en compagnie de Billy - Relation conflictuelle avec Joanie Jordan