PARTAGER
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email

Bienvenue pour les Highlights revenant sur les sorties VO de DC du 28 décembre. On vous souhaite encore une fois une bonne année et on reprend nos habitudes avec les comics de cette première semaine de 2022, et notamment le Swamp Thing de Jeff Lemire.

LES COUPS DE CŒUR

Highlights de la semaine #161 (Swamp Thing : Green Hell, Human Target,...) 11

The Human Target #3

Scénario : Tom King

Dessins : Greg Smallwood

Ce titre reste l’un de mes préférés actuellement, toujours pour les mêmes raisons : les dessins, les couleurs, la narration, les dialogues, tout est bien fichu. On introduit ici un de mes chouchous, Guy Gardner, dans un rôle d’ex de la femme fatale typique des films noirs, tandis que Booster Gold est placé comme un magouilleur. Mettre ces schémas de personnages dans la JLI est amusant, même si je préfère voir Guy briller plutôt que dans cette situation. Certains risquent de ne pas apprécier ce traitement, mais cette réécriture colle bien à l’histoire, qui est non canonique, on le rappelle.

– Sledgy7

LES VALEURS SURES

Highlights de la semaine #161 (Swamp Thing : Green Hell, Human Target,...) 12

Swamp Thing : Green Hell #1

Scénario : Jeff Lemire

Dessins : Doug Mahnke

Pour notre plus grand plaisir, DC a décidé de sortir des titres horrifiques à foison. Que ce soit sous la bannière Hill House Comics, DC Horror ou Black Label, les équipes créatives se succèdent sur des titres très souvent de bonne facture. Et c’est au tour de Jeff Lemire de revenir sur le personnage de Swamp Thing à travers une minisérie en trois numéros. Personnage qu’il avait déjà pu approcher pendant l’ère New 52 lorsqu’il a écrit Animal Man en étroite collaboration avec Scott Snyder et son (très bon) titre Swamp Thing.

On retrouve les trois parlements (the Green, the Red, the Rot), concept important du crossover des deux auteurs, au centre de l’intrigue. Mais ceux-ci ne sont qu’un prétexte à envoyer, sur Terre, une créature sortie tout droit du cauchemar de ses habitants.

Et cette Terre, parlons-en. Une Terre désolée, où les océans sont montés et où il ne reste plus que quelques humains qui se battent pour le peu de nourriture disponible. On ressent une très forte atmosphère à la Sweet Tooth, par cet univers post-apocalyptique et cette relation de domination entre les Hommes. Doug Mahnke retranscrit à merveille cet univers de misère et de violence, par ses multiples traits aux angles saillants. 

Mais Lemire ne se contente pas ici de reprendre des concepts qu’il a lui-même établis et emprunte également au lore du personnage. On retrouve alors en fin de numéro un protagoniste qu’on a hâte de voir à l’œuvre dans la suite de ce comics. Ce numéro de Swamp Thing: Green Hell est une parfaite introduction à l’univers, à l’ambiance et aux enjeux de cette série. Lemire est à l’aise et s’accompagne d’un artiste vraiment talentueux. Si vous aimez l’horreur, vous êtes servis.

– Justafrogg

Highlights de la semaine #161 (Swamp Thing : Green Hell, Human Target,...) 13

The Flash #777

Scénario : Jeremy Adams

Dessins : Fernando Pasarin

Ce numéro superpose deux intrigues, pour l’instant pas reliées entre elles. Le tout n’est pas trop mal dessiné à part quelques visages étranges à certains moments. C’est simple, amusant, sans prise de tête.

D’un côté, on suit Wally et la Justice League Dark sur Gemworld, dans la lignée des chapitres précédents. Ce croisement entre Flash et l’équipe des héros magiques fonctionne plutôt bien même si cette intrigue avance peu pou l’instant. Jeremy Adams nous sort tout de même une nouvelle idée cool comme il en a des tas : une course sous terre, de forage contre un ver géant.

De l’autre côté on suit le reste de la famille West dans sa vie normale, du point de vue de Jai, narrateur depuis son journal. Ce n’est que le début de cette intrigue, mais elle s’inscrit déjà dans la continuité de ce run dont la famille est un thème important. Ici on exploite la rivalité et jalousie fraternelle entre les deux enfants de Wally et Linda, bien loin des enjeux super-héroïques habituels. On découvre aussi une nouvelle amie d’Irey, dont le nom familier des lecteurs d’Animal Man laisse présager de ce qui viendra dans la suite de cette petite intrigue.

– EtiennePatate

Highlights de la semaine #161 (Swamp Thing : Green Hell, Human Target,...) 14

Deathstroke Inc. #4

Scénario : Joshua Williamson

Dessins : Howard Porter

D’un numéro à l’autre, la qualité de ce titre est assez changeante. Là, Howard Porter fait un bel effort de mise en scène dans un chapitre tourné action. Williamson propose aussi quelque chose de plus divertissant avec des apparitions et des rebondissements qui ne regorgent pas de profondeur, mais qui font le taff demandé. On est clairement sur de la grosse bagarre et de l’espionnage entre organisations méta-humaines et ils font ça bien pour cette fois.

– Sledgy7

Highlights de la semaine #161 (Swamp Thing : Green Hell, Human Target,...) 15

Aquaman : the Becoming #4

Scénario : Brandon Thomas

Dessins : Scott Koblish

Jackson se retrouve un peu perdu au beau milieu d’exposition et de révélations pendant tout le numéro… peut être même un peu trop d’ailleurs, si vous n’êtes pas bien accroché au personnage ou à l’histoire le numéro vous semblera probablement ennuyeux. Il ne se passe pas grand chose d’autre dedans. Mais en tout cas cela permet d’étoffer l’entourage et le background du personnage de Jackson plus directement qu’une bonne partie de ce qui le définit pour l’instant, très lié à Arthur.

La révélation finale du dernier numéro qui faisait un peu peur est finalement plutôt bien gérée. Les dessins restent plutôt moyens mais toujours sauvés par la colorisation aux petits oignons, qui habille parfaitement les fonds marins et la distinction entre les différentes narrations.

– EtiennePatate

Highlights de la semaine #161 (Swamp Thing : Green Hell, Human Target,...) 16

DC vs Vampires #3

Scénario : James Tynion IV, Matthew Rosenberg

Dessins : Otto Schmidt

Le titre est toujours aussi intéressant, ce qui est une bonne surprise. Les couleurs sont jolies, j’aime le trait de Schmidt et le scénario est plus subtil qu’on aurait pu le penser, se contentant à des combats sanglants. Pour tout dire, la seule transformation se fait dans le plus grand des calmes.

Par contre, certains personnages brillent plus que d’autres et ça devient vite la Bat-Family vs Vampires plus qu’autre chose, là où DCeased avait l’originalité de se débarrasser d’un Batman souvent bien trop préparé à chaque situation. Le héros et ses alliés nous offrent tout de même quelques scènes fortes et c’est toujours un plaisir à lire.

– Sledgy7

Sledgy7

Sledgy7

Comme tout enfant des années 90, Sledgy a grandi avec Batman et DC Comics, à travers les séries et les films, avant de dilapider son argent dans les comics une fois adulte. Outre Batman et quelques héros comme Aquaman, son admiration se porte surtout sur les super-vilains. Avec sa soif de connaissances pour cet univers si riche, il aime être au courant de tout, ce qui l’a amené à rejoindre les rangs de DC Planet en tant que newseur.