PARTAGER
Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on email
Le monde de flashpoint t4 cover

Le quatrième tome du Monde de Flashpoint sort en cette fin de mois de novembre 2021, et avec lui les derniers tie-ins restants de l’event Flashpoint. Après moultes histoires qui gravitaient pour la plupart autour d’une certaine guerre entre les amazones et les atlantes, il était temps de connaître les raisons de leur conflit et les conséquences directes sur cette Terre alternatif.

Pour commencer, on ne change pas de formule du chapitrage. Comme pour les trois premiers tomes, celui-ci ne déroge pas à la règle en proposant une lecture mini-série par mini-série. Les séries les plus intéressantes et pertinentes à suivre sont toujours celle qui ont un lien avec les protagonistes de Flashpoint tels Wonder Woman, Aquaman et accessoirement Superman et Lois. Les autres sont secondaires, voire tertiaires, car elles n’apportent que quelques bribes d’information mais sans plus. Voici ce à quoi vous aurez droit:

LOIS LANE ET LA RESISTANCE : REPORTER DE L’EXTREME

Dans cette réalité, Lois Lane est toujours reporter de terrain pour le Daily Planet. Malheureusement, lors d’une mission au Royaume-Uni, elle assistera impuissante au déluge de l’île. Livrée à elle-même, elle tentera d’infiltrer les rangs des amazones pour connaître les dessous de ce conflit. La force du récit c’est qu’il adopte le point de vue d’une résistante face à l’oppression avec des séquences sur la collecte d’information ou des opérations d’infiltration. D’ailleurs, on y croisera le groupe de héros rencontré dans le one-shot consacré au Canterbury Cricket, ce qui est appréciable quand un lien est fait avec d’autres mini-séries. Et même si cela reste assez aseptisé, on soulignera les thématiques (enrôlement forcé, camps de concentration, bases secrètes souterraines, expériences eugéniques…) qui rappellent les périodes sombres des grands conflits mondiaux.

PROJET SUPERMAN : MAKE AMERICA GREAT AGAIN

Comme vous le savez, Superman n’existe pas dans cette réalité, enfin pas comme il le devrait. La mini-série intitulée Project Superman fait bien entendu écho au fameux Projet Manhattan. L’histoire se déroule dans le passé oû l’on suit Sinclair qui doit prendre part à un projet d’anticipation et de développement de super soldat dirigé par le Général Lane. Guidé par ses valeurs de patriote, on voit progressivement les changements qui s’opère chez Sinclair, tant physiquement que psychologiquement. Puis, vint arrive Kal El dont le vaisseau s’écrasera dans Metropolis. Recueilli par l’armée américaine, il intégrera lui aussi le même projet pour ses capacités très prometteuses et plus malléables à contrôler. Ici, on touche à l’idéal américain avec une opposition de deux visions de la pacification : celle entre un soldat convaincu ou un alien exploité. Et si l’on devine assez rapidement le dénouement de l’histoire, elle a le mérite de prendre le temps de tracer la vie du kryptonien jusqu’à son implication lors de la bataille finale qui apparait dans le volume Flashpoint.

le monde de flashpoint t4 image1

L’OUTSIDER : MONSIEUR IMBATTABLE

L’histoire de l’Outsider n’est pas une version alternative du personnage original, mais une nouvelle création. Michael Desai a grandi en Inde en développant dès la naissance un physique atypique avec une peau cendrée mais qui lui confère une résistance et une force au-delà du surhumain. Au fil des années, ses capacités lui ont permis de monter un empire du crime organisé qu’il maintient d’une main de fer, n’hésitant à agir personnellement lorsque la situation l’impose. L’Outsider porte bien son nom car il est étranger, tant géographiquement que politiquement, au conflit entre la New Themyscera et l’Atlantide, bien qu’il dispose de moyens qui pourraient rivaliser avec ces nations. Malheureusement, l’intrigue se contentera d’une simple histoire de poursuite d’assassin, juste assez pour justifier des scènes de démonstration de puissance. En somme, on a un ersatz de Lex Luthor, maniaque du contrôle de l’information, que rien ni personne ne peut arrêter. Très dispensable, l’ensemble ne contribue pas à rien pour enrichier le monde de Flashpoint si ce n’est qu’à montrer la situation en Asie du sud.

EMPEREUR AQUAMAN/WONDER WOMAN ET LES FURIES : MAKE WAR, NOT LOVE

Et on termine avec les deux mini-séries qui concluent ce quatrième tome du Monde de Flashpoint, et qui font partie des plus essentielles dans la compréhension de la situation actuelle du monde. Pouvant presque se lire en alternant la lecture des chapitres d’une série à une autre, Urban Comics a néanmoins décidé de rester sur un chapitrage classique.

Tout d’abord, du côté d’Aquaman, ce dernier arbore un costume et une carrure qui le rendent très militaire. Au début il apparait comme quelqu’un de diplomate et de conciliant, mais il sera par la suite omnibulé par un sentiment de vengeance à l’égard de Diana qu’il tient responsable de son malheur. Additionnez cela au fait qu’il ne tient pas non plus dans son cœur les habitants de la surface, qu’il voit comme un peuple destructeur, et vous avez une version d’Arthur Curry digne d’un monarque capable de prendre des mesures extrêmes. Et c’est sans compter sur son frère, le Prince Orm, qui l’encourage et le conseille tel que le ferait un Jafar ou un Grima Langue de serpent.

Quant à Wonder Woman, souhaitant au départ une paix et une entente entre toutes les nations, elle deviendra reine malgré un concours dramatique de circonstances. Son histoire traite d’une union, voire d’une histoire d’amour, entre elle et Arthur dont le destin s’est soldé par une trahison envers sa famille, sa propre personne et son peuple. C’est ainsi qu’elle a du se résoudre à rentrer en guerre afin de préserver son peuple. Tout comme Arthur, sa détermination est sans faille, qu’elle démontrera souvent à coup d’épée. Néanmoins, elle reste moins cruelle et plus réfléchie que ce dernier.

le monde de flashpoint t4 image2

UNE QUALITÉ ARTISTIQUE EN DENTS DE SCIE

En ce qui concerne la partie graphique, on reste globalement sur du correct tant pour les dessins que la colorisation. Si l’appréciation des planches est propre à chacun, il y en a pour tous les goûts. Par exemple, Eduardo Nunez offre un rendu très fantaisiste de Lois ou Cyborg avec ses formes hautes et larges. Ou encore Gene Ha avec un découpage particulier dans Projet Superman qui mettent en avant en général un seul protagoniste pour lui donner toute l’attention. Enfin, petite remarque concernant l’homogénéité des dessinateurs pour une même série, mais c’est sûrement à mettre sur le dos des délais à respecter. On pourra citer les numéros consacrés à Wonder Woman qui sont bien plus travaillés dans le premier chapitre, mais dont les suivants perdent en détails et en dynamisme.

Enfin, concernant les auteurs, on peut reconnaitre la patte de l’écriture de certains. Déjà par ordre de lecture, on retrouve Dan Abnett, Scott Snyder, James Robinson, Peter Tomasi et de nouveau Dan Abnett. Et même si tous sont limités par le nombre de numéros à écrire par série, Dan Abnett et Peter Tomasi s’en tirent assez bien dans la caractérisation de leur personnage principal respectif. Petite déception envers James Robinson pour qui son Outsider ne brille que par ses capacités mais ne dégage rien de plus. Enfin, Scott Snyder, qu’on ne présente plus depuis ces dix dernières années avec ses travaux sur Batman et la Justice League. Son Projet Superman commençait très bien, avec de bonnes inspirations, mais malheureusement la fin de son récit, façon deus ex machina, est trop facile.

le monde de flashpoint t4 image3

Ce dernier volume achève la parution de l’ensemble des épisodes tie-ins relatif au Flashpoint. Les récits qu’il contient sont plus intéressants à suivre car ils font plus le lien avec d’autres séries, mais surtout avec l’event Flashpoint de Geoff Johns. On apprend ce qu’il est advenu du duo Superman/Lois, et on connait enfin les dessous de la guerre entre les atlantes et les amazones. Seule la mini-série consacrée à l’Outsider fait de l’ombre au tableau, ce qui était le cas de nombreuses autres séries dans les tomes précédents. Outre la qualité des mini-séries, on regrette qu’il n’y ait pas eu une seule histoire consacrée essentiellement à Cyborg ou Captain Tonnerre (nom de Shazam dans cette réalité alternative) plutôt que de suivre Frankenstein ou Rac Shade.

Fish talker

Fish talker